Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 5. Episode 9. Black Blotter.

15 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

vlcsnap-2012-12-15-13h49m54s203.png

 

Fringe // Saison 5. Episode 9. Black Blotter.


Ce que j'aime bien aussi dans Fringe c'est quand elle sort de son schéma habituel pour nous offrir des épisodes différents et originaux. Ce n'est pas la première fois que la série exploite le filon de Walter sous l'effet d'une drogue mais j'ai trouvé qu'en encore les scénaristes ont su en faire un atout tout en exploitant l'univers de façon très différente. A chaque fois que l'on met Walter sous l'effet d'une drogue dans la série c'est généralement soit pour faire un bilan pour lui rappeler le passé. Cette semaine dans "Black Blotter", Walter va comprendre les conséquences des erreurs qu'il a pu faire par le passé. Des moments assez touchants et surtout beaucoup plus intime pour un personnage qui généralement est beaucoup plus dans l'ombre ou bien extraverti. Cette fois on voit une partie plus caché de lui, celle qui ouvre son coeur aux téléspectateurs. John Noble prouve encore une fois toute la splendeur de son jeu jusqu'au bout. Je sais que je me répète mais le fait qu'il ne soit pas nominé aux Emmys me désole tellement. Prouvant encore une fois ce boycotte de séries qui mériteraient pourtant amplement des nominations contrairement à d'autres.

La réaction de Walter face à ce qu'il se passe autour de lui, et au fait que maintenant il faut venir à bout du message qu'il a caché derrière une onde radio était encore une fois soigné. Fringe est une série qui ose beaucoup de choses, notamment marier la réalité avec l'irréaliste (cette fois dans une petite séquence animée encore une fois très drogue et pouvant faire écho aux cartoons dont Walter a toujours été fan comme il le dit si bien depuis le début de la série). "Black Blotter" était l'heure de gloire de Walter avant d'enclencher la phase finale de la série qui se veut à mon avis bien plus équipe que l'on ne pourrait le penser. Walter a eu la chance de briller dans cet épisode et il dépasse même toutes mes attentes. Le mélange des genres, les hallucinations (notamment pour lui faire comprendre que le mot de passe caché derrière ce signal c'est "Black Umbrella" - Tout ça pour ça me direz vous -) ou encore les quelques monologues sensés et particulièrement touchants d'un personnage à fleur de peau. Le poids du passé n'avait jamais été aussi présent que cette année.
vlcsnap-2012-12-15-13h50m31s60.pngWalter a toujours tenté (et ce depuis le début de la série), de rester quelqu'un d'intègre mais aussi quelqu'un de proche de sa famille sans perdre la tête. Il y a toujours eu des moments dans la série où un évènement va causer quelques changements (comme durant la saison 1 avec son éloignement pour aller retrouver la tombe de son "vrai" fils Peter, comme durant la seconde saison quand il perd Peter, comme dans la saison 3 quand il se rend compte que son fils est tout ce qu'il a, comme durant la saison 4 quand la disparition de Peter pèse sur sa conscience et surtout sur sa sénilité). Fringe a toujours su exploiter à merveille Walter mais justement, sans jamais du tout en abuser. On sait pertinemment que le reste du casting est bien plus important dans chaque épisode. Walter est presque un accessoire si l'on ne va pas plus loin dans la réflexion. Alors que ce n'est pas du tout le cas. Toute la tristesse de Walter se ressent tellement dans cet épisode que je n'ai pu en retenir mes larmes à plusieurs reprises.

C'est aussi pour cela que j'aime Fringe. Elle reste authentique et fidèle à ce qu'elle a toujours voulu faire. Même durant le pilote elle parle déjà d'amour et de tristesse avec la mort de l'amour d'Olivia (enfin, de son premier amour John Scott). Les hallucinations de Walter sont encore une fois très bien intégrées au récit. Il faut dire que les réalisateurs de la série a toujours su bien mettre en abime ce que les scénaristes écrivent. C'est même si les deux métiers étaient en symbiose parfaite. Je pense que je peux même aisément dire que Fringe est une série que je préfère encore plus que Lost rien que pour ça (même s'il y a d'autres raisons). Pendant ce temps, Peter et Olivia commencent à se retrouver. Peter va se rendre compte de l'erreur qu'il a fait et va demander pardon à Olivia dans un petit moment intime qu'ils vont partager dans l'épisode. Peter est sincère en disant à Olivia qu'il l'a encore laissé tomber alors qu'il lui avait promis qu'il ne le ferait pas.
vlcsnap-2012-12-15-13h30m49s15.pngCe couple permet aussi d'ajouter une lueur au bout du tunnel, très mélancolique pour le moment. Finalement, ce nouvel épisode prouve une fois de plus que Fringe est une magnifique série. Elle est même une très grande série. Je me demande comment tout cela prendra fin dans quelques semaines (car oui, il ne faut pas se leurrer il ne reste pas beaucoup d'épisodes à voir - malheureusement -), mais pour le moment je tente de conserver à l'esprit ce magnifique épisode. Et cette magnifique saison qui, à mon avis, malgré son côté décousu par rapport au reste de la série - dans le sens où elle se déroule dans le futur - reste l'une des plus intelligente jamais construite. Aussi bien du point de vue de l'intrigue fil rouge que des personnages.

Note : 10/10. En bref, magnifique.

Commenter cet article

vincent 16/12/2012 16:47


Encore un épisode génial. J'adore quand Walter est sous l'effet de la drogue, ça donne toujours un épisode excellent. C'est dingue comment cet acteur est incroyable et je trouve que les emmy
awards ne veulent strictement rien dire, c'est plus pour récompenser une série qui fait de bonnes audiences plutôt que de récompenser la qualité même d'une série. Pareil pour la récompense
décernée aux acteurs, c'est souvennt le moins bon acteur de la série qui est récompensé (pour moi, c'est presque toujours un acteur secondaire en particulier qui est excellent à l'instar de
l'acteur principal).


Sinon, c'est triste de se dire qu'il ne reste que 4 épisodes à cette série géniale alors que d'autres navets vont jusqu'à au moins 8 ou 9 saisons.


Pour finir, je trouve que cette série se rapproche de très près de Lost au niveau interprétation, émotions, scénario recherché, réalisation mais lost reste pour moi (pour le moment en tout cas)
la meilleure série que j'ai eu l'occasion de regarder à ce jour.