Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Grimm. Saison 1. Episode 7. The Devil of His...

17 Décembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Grimm

vlcsnap-2011-12-17-15h13m40s115.png

 

Grimm // Saison 1. Episode 7. The Devil and His Three Golden Hairs.


Episode de Noël (ou presque) pour Grimm et mythique conte de Rapunzel en guise de plat. Dommage, j'aurais largement préféré Hansel & Gretel pour Noël (la maison en pain d'épice, les cookies, … toutes ces sucreries c'est plus fait pour Noël que Rapunzel vous ne trouvez pas ?). En tout cas j'ai trouvé que cet épisode permettait à la série d'embrasser totalement son genre, c'est à dire de faire renaître le monde du nanar en télévision mais surtout, de faire renaître en chacun de nous cette envie fatale de voir des séries des années 90 où le cerveau était laissé à l'entrée de la salle d'écriture des scénaristes. Même si je suis pas un fan de Rapunzel (ou Raiponce en VF), la relecture apportée avec cet épisode était assez correcte. Je dirais même que les scénaristes se sont bien amusés. Je me suis un peu ennuyé au creu de l'épisode vers le milieu, et même si tout le monde rien est vraiment léché niveau couleurs d'image (contrairement à certains épisodes qui utilisent les couleurs comme référents aux personnages que l'on réincarne).

Au demeurant, je pense que Grimm aurait pu être une série sérieusement foutu, et c'est ce qu'elle tente de nous prouver. Le cas de la semaine se porte sur une jeune femme à la longue chevelure qui s'est retrouvée kidnappée il y a de ça une dizaine d'année et qui réapparait et tue des malfrats dans les bois afin de sauver un couple de jeunes randonneurs. L'ouverture de l'épisode m'a d'ailleurs beaucoup fait rire, les gros malabars qui kidnappent un couple avec ce côté militaire m'a doucement rappelé un truc que l'on pourrait voir avec Steven Seagal dedans. Malgré cela, Grimm arrive à s'en dépêtrer au plus vite dès que l'on voit la chevelure brune (et non blonde comme dans Raiponce) de cette jeune femme, réincarnation de l'Enfant Sauvage de Pierre Bourdieu. Et peut être même de la Jeune fille et des loups, l'une des plus grandes arnaque du siècle dernier).
vlcsnap-2011-12-17-15h08m33s123.pngAu final, l'épisode permet aussi à Monroe de prendre encore de l'importance. Ce dernier éclipse le partenaire de Nick de l'échiquier ce qui n'est pas plus mal. D'ailleurs, Nick est bien mieux sans son partenaire, seul à combattre les personnages des contes, avec Monroe. Ce dernier nous invite dans son humble demeure décorée à l'occasion de Noël (seul lien avec Noël dans l'épisode, dommage également car Noël peut prêter à sourire mais aussi à faire de bons épisodes dans ce genre de séries). Ainsi, je dirais même que même si l'épisode n'est pas parfait, il n'en reste pas moins un bon divertissement sans cheveu ni tête, mais c'est peut être ce qui fait son charme. Grimm n'est pas là pour nous faire réfléchir, mais plutôt pour nous divertir. Telle est le but ultime d'une telle série, qui reste malgré tout honteuse sur les bords, mais qu'il fait bon regarder car ça ne se prend pas vraiment au sérieux quand il s'agit de se moquer des personnages des contes de notre enfance. Les frères Grimm avaient d'ailleurs un esprit très critique des contes. Qui ressort bien ici.

Note : 5/10. En bref, "Rapunzel, descend moi donc ta longue chevelure d'or !"

Commenter cet article