Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hannibal. Saison 2. Episode 3. Hassun.

22 Mars 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-03-22-19h16m12s61

 

Hannibal // Saison 2. Episode 3. Hassun.


Le procès de Will Graham était quelque chose à utiliser. Et la série s’en sort particulièrement bien au travers d’un épisode à mi chemin entre ce que la série a l’habitude de faire et quelque chose de beaucoup plus judiciaire qu’elle n’a pas forcément l’habitude de voir. C’était aussi l’occasion rêvée de faire revenir Raul Esparza dans le rôle de l’avocat. J’aime beaucoup cet acteur et il est déjà très bon dans un rôle similaire dans New York Unité Spéciale. Mais peu importe, le procès commence par mettre Will dans une salle affaire jusqu’à ce que Hannibal devienne plus ou moins la dernière chance de Will de s’en sortir. Will est présenté comme quelqu’un d’instable psychologiquement, qui est au fond tout sauf quelqu’un de sain d’esprit. On tente donc de prouver plus ou moins que Will est le tueur en question mais la série s’amuse avec ses dialogues et avec le silence de Will. Ce dernier ne dit pas grand chose, ne cherche pas à s’insurger par rapport aux propos qui peuvent être totalement erroné sur sa personne. C’est un vrai spectateur. Il assiste à sa mise à mort. La série met d’ailleurs tout cela en scène au travers d’une hallucination où Will se voit tout simplement griller sur la chaise électrique.

Cet épisode était très confiné puisque l’intégralité (ou presque) des 40 minutes d’épisode se déroulent dans la cour de justice où se joue le procès de Will. Cela permet petit à petit d’installer une vraie ambiance où l’on a l’impression que Will va mourir. Hugh Dancy n’est pas très démonstratif dans cet épisode mais justement, son jeu est suffisamment sobre pour être égal à ce que l’on peut attendre de la part de Hannibal. L’épisode commence donc par installer l’ambiance en faisant un profil psychologique de Will. C’est élégant et surtout soigné. Les dialogues sont terriblement bons et c’est assez fascinant de voir Hannibal développer quelque chose d’aussi réussi. Mine de rien, je ne m’y attendais pas du tout. Certes la série a l’habitude de délivrer de bons dialogues mais ce que je ne m’attendais pas c’est de trouver tout cela aussi juste dans un épisode avec la même dynamique de lieu tout le monde. Les épisodes en huis clos sont à mon sens les plus difficiles à écrire. Car ils imposent d’être rythmés et d’avoir un style propre. Hannibal est une reine pour ce qui est d’avoir un style unique et la série s’en sert justement comme d’une arme.
vlcsnap-2014-03-22-19h20m12s156.jpgChaque chose qui est dite dans l’épisode est pertinente et cherche aussi à donner de plus amples informations au téléspectateur (même si l’on connait les tenants et les aboutissants de ce qui s’est passé avec Will et pourquoi il est ici actuellement). Je pense aussi que la relation entre Will et Hannibal pourrait être ce qui va causer la perte de ce dernier. Cela ne peut pas se dérouler autrement. Mais je pense que Hannibal cherche encore une fois à tester Will bien qu’il ne veuille pas rester non plus seul. Le héros (ou anti-héros) de la série est quelqu’un de vraiment complexe qu’il est difficile de cerner mais la série sait très bien comment s’y prendre pour très justement développer les personnages, leur psychologique et l’intrigue même de la saison. Crawford de son côté semble de toute façon de plus en plus proche de la vérité. J’aime bien quand il commence à réfléchir car cela prouve aussi qu’il n’y a pas que Hannibal qui est intelligent. Laurence Fishburne est en plus de ça un acteur fabuleux et toujours aussi parfait dans son rôle d’agent du FBI qui a envie de mettre la main sur Hannibal mais qui ne sait pas encore comment le faire.

Note : 9/10. En bref, un (presque) huis clos intense.

Commenter cet article