Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Happy Endings. Saison 3. Episodes 14 et 15.

30 Mars 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-03-30-15h32m24s48.png

 

Happy Endings // Saison 3. Episodes 14 et 15. In the Heat of Noche / The Straight Dope.


J'ai découvert assez récemment que ABC utilisait la volonté des fans d'avoir une nouvelle saison de Happy Endings pour vendre sa série dans la case mortelle du vendredi soir. Je ne sais pas vraiment ce qu'il fait en penser mais je trouve ça assez méchant de la part de la chaine de se moquer des fans de la série de cette façon. C'était donc mon coup de gueule. En espérant que TBS, qui a déjà repris Cougar Town la saison dernière, se laisse tenter par Happy Endings. Les deux séries feraient une belle paire et même pour treize nouveaux épisodes et une quatrième saison je suis partant. Tant que l'on a plus de Penny, Derek, Brad, Alex et cie. Et pourtant, de ces deux épisodes ressort une déception, celle de "In the Heat of Noche". Dans les épisodes précédents Brad était à la recherche d'un nouveau boulot qui puisse satisfaire sa petite personne. Bien évidemment que cela n'a pas fonctionné comme il le voulait. En effet, il doit maintenant sauver Chuckles and Hugs, le jardin d'enfants pour lequel il travaille car celui ci menace d'être fermer.

Ce n'était qu'une intervention divine des scénaristes afin de l'éloigner le plus rapidement possible de ce lieu de travail et lui faire prendre conscience qu'il aime le business et non pas amuser des enfants dans un jardin de jouets. Cette histoire était aussi assez peu drôle voire navrante. Je trouve que Brad était enfermé. J'aime bien quand il exulte et qu'il devient alors complètement fou. C'est ce que je préfère chez ce genre de personnage. Damon Wayans Jr, que j'ai pu récemment voir dans la  première saison de Second Generation Wayans était pourtant en forme. Là il était déception. Dommage. Cependant, Happy Endings se rattrape en partie avec le reste de l'épisode. et notamment Penny qui présente à Max une sorte de boisson mexicaine, le Nochetussin, qui permet d'éviter de penser à ses exs. Bon, même si le tout parait ridicule au premier abord, c'était surtout très drôle. La mise en scène efficace, et très énergique. Cela permet donc de réveiller le téléspectateur et de ne pas l'endormir avec les conneries de Brad.
vlcsnap-2013-03-30-15h43m43s182.pngUn peu comme Alex qui se retrouve embrigader dans une petite histoire pas très drôle pour elle mais pour le téléspectateur. On peut aussi saluer l'apparition de David Alan Grier dans cet épisode. Sans pour autant qu'il soit le plus grand personnage de l'épisode et qu'il soit aussi le plus drôle. Du coup, la transition de Brad n'aura pas été bénéfique à mes yeux au personnage. Certes c'est toujours intéressant de se concentrer sur un personnage dans une saison, mais ce n'était pas la meilleure façon de le faire à mes yeux. Brad mérite donc bien mieux et le second épisode parvient à bien mieux exploiter son pouvoir comique, sans pour autant faire du personnage la figure de proue de l'épisode. "The Straight Dope" se concentrait donc sur deux personnages : Alex d'un côté qui est devenue une grande fan de Baby Justice, une série particulièrement débile qui met en scène un bébé dans le milieu judiciaire. Et d'un autre côté Max qui aimerait bien aller au concert de Jay Z, n'a pas de place et prévoit donc de séduire une jeune femme en faisant croire qu'il est hétéro pour pouvoir s'y rendre.

J'ai surtout aimé la chute de l'histoire où l'on découvre que c'est Derek (Drama !) qui va finalement aller avec elle alors qu'au fond il est largement plus folle que Max. Cet épisode tente donc de définir un peu plus Max dans le sens où il s'est toujours cherché dans la communauté gay. On s'est rendu compte dans un épisode qui citait tout un tas de genres gays qu'il n'entrait dans aucune de ces cases. Ce que j'aime bien chez Max et c'est aussi ce qui fait son originalité, c'est le fait qu'il soit complètement libre vis à vis de sa sexualité. Il ne se sent pas définit par sa sexualité. Contrairement à Derek par exemple. Mais ce n'est que mon point de vue. D'ailleurs, même si avoir des relations sexuelles avec Katie le dégoute (et que pour nous c'est relativement drôle), c'est aussi le moment pour lui de se rendre compte qu'il n'est vraiment pas fait pour ça . Pas fait pour être avec une femme tout simplement.
vlcsnap-2013-03-30-15h27m17s47.pngPendant ce temps, l'épisode se concentre sur Alex, mon personnage préféré de Happy Endings. Entre les multiples citations, les références culturelles (Jimmy Kimmel, Sun Tzu, Wipeout, …) tout cela fonctionne terriblement bien. Elisha Cuthbert démontre depuis le début de Happy Endings qu'elle est devenue une excellente actrice de comédie. Elle est d'ailleurs bien meilleure dans ce registre là que dans le registre dramatique. Mais ce n'est que mon avis. J'ai aussi aimé son petit face à face avec sa soeur au restaurant quand cette dernière tente de lui faire changer d'avis. C'était donc un très bon épisode, à la fois drôle et fun, sans prise de tête. C'est tout ce que j'aime dans Happy Endings. J'aimerais bien parfois que la série s'inspire un peu plus de ce qu'elle sait faire de mieux plutôt que ce qu'elle peut faire de médiocre.

Note : 5/10 et 8/10. En bref, deux épisodes aux antipodes. Si l'un a peiné à me séduire par son histoire, le second complètement loufoque était hilarant.

Commenter cet article