Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Haven. Saison 4. Episode 13. The Lighthouse.

15 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-12-15-18h12m50s181.jpg

 

Haven // Saison 4. Episode 13. The Lighthouse.
SEASON FINALE


Mouais. C’est le premier mot qui m’est venu à la bouche une fois cet épisode terminé. « The Lighthouse » était pourtant un épisode particulièrement mythologique de Haven qui donne quelques réponses sur la série en elle-même et ce sur quoi elle est bâtie. Je me demande parfois si elle ne va pas chercher trop loin ses réponses et perd ainsi son téléspectateur dans tout un tas d’élucubrations pas toujours très lisibles. J’ai parfois eu l’impression que cet épisode ne cherchait pas réellement à laisser son téléspectateur profiter du spectacle. On passe donc de personnages en personnages, de scènes en scènes avec un empilage façon mille-feuilles de réponses. Ce n’est pas comme ça que je voyais cet épisode, et surtout pas la disparition de William (qui devrait revenir la saison prochaine si Syfy se décide à commander une saison 5 de Haven). Bien évidemment, dans tout cela il y a également de gros problèmes de timing. L’épisode précédent faisant pas mal de sur-place, je me demandais ce que cet épisode pouvait bien délivrer. Surtout qu’au fond, Haven est une série avec une mythologie suffisamment riche. La semaine dernière je m’étais plaint du fait que la série avait fait beaucoup d’effets d’annonce cette année sans respecter quoi que ce soit.

En effet, les épisodes s’enchainaient et la série faisait beaucoup trop de rétention d’infirmations. On n’avait donc pas le temps de profiter des personnages et des histoires. C’est certainement ce qui a le plus desservi la saison et son envie de changer légèrement les choses par rapport à la saison précédente. Je ne saurais pas dire quelle est la meilleure saison entre la saison 3 et de la saison 4 car elles ont toutes les deux de gros soucis et j’ai bien peur que Haven soit incapable de refaire ce qu’elle avait pu faire durant sa seconde saison (qui est à mon sens la plus réussie de toute l’histoire de la série). Pour en revenir à nos moutons, Audrey va petit à petit commencer à se souvenir de qui elle est réellement au fond d’elle, comme William avait pu le prédire et bien évidemment à la fin de l’épisode elle va se souvenir totalement de qui elle était et va par la même occasion devenir la grande menace de la série. Je me demande si la saison 5 ne devrait pas être la dernière saison. On est déjà arrivé au bout de pas mal de choses, notamment du point de vue de Duke ou encore de Vice et Dave. D’ailleurs, j’ai bien aimé que l’on nous en dise un peu plus sur ces deux zygotos.
vlcsnap-2013-12-15-18h29m47s115.jpgTout simplement car la série commençait à légèrement faire flétrir ses personnages et c’est à mon sens l’une de mes plus grosses déceptions vis-à-vis de Haven. La série délivre donc ici quelques scènes palpitantes (notamment sur la fin de l’épisode) mais cette histoire de portail, de mort de Jennifer, de Duke qui commence à pleurer du sang, etc. On a l’impression que l’on est coincés dans une série différente de celle que l’on avait appris à connaître au début. Mais ce mystère et sa résolution ne m’étonnent pas pour autant d’une série basée sur du Stephen King. Ce dernier a une imagination débordante et est capable de délivrer des trucs de l’acabit de ce portail afin de donner des réponses. Je n’ai jamais lu la nouvelle The Colorado Kid qu’il a écrit et je pense qu’il regarde de très loin ce que les scénaristes de Haven font (tant qu’il peut toucher son petit chèque). Surtout qu’à part passer sur les plateaux de tournage, il n’a jamais écrit aucun épisode de Haven (alors qu’il écrira le season 2 premiere de Under the Dome). Bref, encore une déception cette année pour Haven même si globalement ce n’est pas non plus ce que la série a pu faire de pire.

Note : 4.5/10. En bref, toujours une déception et cet empilage de réponses donne l’impression au téléspectateur d’être fourré comme une dinde.

Commenter cet article