Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hawaii Five-O. Saison 1. Episode 2.

28 Septembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2010-09-28-22h26m44s183.png

 

Hawaii Five-O // Saison 1. Episode 2. Malama K Aina.

 

Voilà que Hawaii Five-O au lieu de se contenter d'être un bon remake, un bon revival des années 70 se lance dans du NCIS : Hawaii. J'ai eu cette mauvaise impression que la série tentait de s'approcher de ses rivales du mardi soir. C'est dommage mais pas totalement perdu car l'action, l'humour et ce que j'avais aimé dans le pilote, tout ça, c'est intact et fidèle à l'univers mis en place dans l'épisode précédent.
Cette fois nous sommes face au kidnapping d'un hacker de grand niveau qui détient une clé, une clé ouvrant les portes à des fichiers cryptés, le contrôle de systèmes, etc... Le rythme est là, c'est indéniable. Hawaii Five-O reste la série policière, pop corn que j'aime. NCIS j'ai aimé fût un temps mais j'ai presque laissé tomber ces derniers temps, n'ayant pas encore terminé la saison 7, d'une par manque de temps et d'autre part par manque totale d'envie. J'y reviendrais un jour, c'est sûr, mais pas maintenant. Donc voilà, Hawaii Five-O est devenue par la force des choses cette nouvelle série policière que je vais suivre avec fondamentalisme tout au long de l'année.
L'alchimie entre les deux héros, Steve McGarrett et Danny Williams est parfaite. On a droit à un humour potache, pas recherché pour un sou, on vit donc dans le cliché de la police, qu'on critique toujours pour ne être très finaude quand il s'agit de culture. Alors voilà, le truc est bien vivant, au détour d'une scène dans un ascenseur et une petite boutade sur les hippopotames, dans une scène sur un toit où l'on découvre un McGarrett vrai McGyver de la collecte d'empreinte (le coup de on trempe le doigt du suspect dans le sens d'une de ses blessures par balle et on imprime le tout sur un bout de papier).
L'intrigue se développe au fur et à mesure, distillant des bons moments et notamment une scène de combat avec Kono et une housewife dégénérée, sympa. On découvre un Peter Stormare invisible et inutile, dans un rôle mal écrit et bidon mais qu'importe, ce n'est pas là qu'il faut que la série pêche. Il faut que la série divertisse et sur ce fait, c'est une vraie satisfaction. Sans parler des paysages paradisiaques, toujours présents (je regrette par contre les petites transitions avec des jeunes femmes en bikini faisant du surf, absentes). C'est efficace, ça ne mange pas de pain. Un épisode classique à la résolution classique. La fin était un peu too much mais voilà, les années 70 c'était la même chose.

Note : 6/10. En bref, voilà, l'ambiance, l'humour et l'action toujours présents. Hawaii Five-O réussit le coche du second épisode.

Commenter cet article