Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hellcats. Saison 1. Episode 4.

3 Octobre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2010-10-03-19h47m58s62.png

 

Hellcats // Saison 1. Episode 4. Nobody loves me but my mother.

 

Hellcats, la petite bête venue du froid qui a fait couler beaucoup d'encre ou plutôt chauffer de claviers. En voilà un épisode faucheur de cordes, qui arrive a changer la donne. L'épisode précédent était loin d'être bon et ce malgré la présence de Gale Harold censée remonter le niveau, et pour tenter de prendre un nouveau tournant pas très intéressant non plus, la série se sépare de Gale le temps d'un épisode semble t-il ?
En tout cas cet épisode n'était pas génial. Tout d'abord la famille de Savannah. La crise de fous rires que j'ai pu avoir avec cette partie de l'épisode où Savannah présente Dan à ses parents. Dan qui par ailleurs avait demander à Savannah de ne pas lui en vouloir de ne pas être exclusif. Les parents conservateurs et religieux, qui voient en Dan celui qui va pervertir leur pauvre petite biche, leur petit caramel, leur petite Savannah. Mais faudra se faire une raison. Les parents étaient tellement bien amenés dans l'histoire que c'était plaisant et surtout présentable comme histoire.
Dans le reste de l'épisode, Marti. Alors ma petite remarque vient d'abord sur le fait que les actrices de la série doivent être multi talent ! Elle chante la Marti. Sinon, le fait qu'elle repousse Lewis et aide sa mère était assez mauvais. Je déteste le duo qu'elle forme avec sa mère et sa mère est ridicule. Son personnage est tout ce qu'il y a de plus détestable ici et elle gâche ainsi le nano potentiel de la série envers son héroïne. Je ne saurais qu'ajouter. L'épisode était correct si l'on regarde l'intrigue drôle et perfide de Savannah mais pour Marti faut drôlement repassé. Elle était déjà plus intéressante dans l'épisode précédent.

Note : 4/10. En bref, Hellcats a encore un chemin, un très long chemin à faire.

Commenter cet article