Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hit & Miss. Saison 1. Episode 2. Two.

31 Mai 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

12-0117.PNG

 

Hit and Miss // Saison 1. Episode 2. Two.


Toujours peu glorieuse, cette mini série qui tente d’avoir de la gâchette n’a rien dans le pantalon. Ce qui m’embête le plus avec Hit and Miss ce n’est pas son sujet, bourré de questions autour de la véritable personnalité de l’héroïne, entre père (enfin, mère ?), entre transexuel, entre responsabilités, … Il y a pas mal de tentatives d’explorer divers genres mais malheureusement, Hit and Miss se heurte à de gros précipices. En effet, la dynamique familiale est ce qui rythme intégralement ce second épisode, emmitouflé dans un seul lieu (ou presque), cette ferme familiale. Si j’étais les scénaristes, j’aurais peu être un peu mieux équilibré le tout. Cela manque vraiment de jugement, de questions intéressantes malgré de bonnes scènes. La première c’est cette scène presque horrifique de Mia qui nous montre un dégoût d’elle-même. La scène est particulièrement méprisante pour Mia et sa stature à la fois de femme mais aussi physiquement encore un peu d’homme. ‘I don’t want to be a boy’ restera comme la scène la plus étonnant de l’épisode. Le reste n’est pas bien cristallisé pour surprendre.

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que si elle veut commencer à voire Ben (incarné par Jonas Armstrong vu dans Robin Hood ou Prisoner’s Wives), elle va devoir passer outre (et lui aussi) un petit souci physique. L’autre moment c’est la relation entre Mia et Ryan. Ce dernier surprend Mia dans son bain et voit tout simplement son sexe. Il pense qu’il pourrait lui aussi ne pas être un vrai garçon mais une fille. Le questionnement aurait pu être intéressant mais est bâclé par des scénaristes qui veulent trop en faire. Du coup, j’ai eu cette mauvaise impression que les scénaristes on juste voulu aller au bout de leur idée mais de façon très superficielle. J’aurais largement préféré une vraie discussion entre Mia et Ryan (ce qui n’a pas lieu, expédié en quelques phrases ici et là), que le côté drag-queen ne sont pas introduit de façon aussi mauvaise et évidemment que Mia y mette un peu du sien en étant compatissante. Chloe Sevigny est excellente dans ce rôle mais mon dieu que son personnage patine sur du miel. Franchement, je le trouve très mal écrit le personnage de Mia et du coup, malgré son côté brut de décoffrage, elle n’a pas grand-chose à raconter finalement. Vous n’êtes pas d’accord ?

12-0118.PNG

Au fond, ce second épisode de Hit and Miss prouve qu’il manque un gros ingrédient dans la série. Cet ingrédient c’est le lien entre toutes les intrigues. Tout est beaucoup trop décousu. Par moment on a une Mia proche de l’argent qu’elle gagne, ensuite elle tente de défendre les enfants et leur éviter l’expulsion de leur petite ferme familiale, et on revient aux contrats de la jeune femme (sans que ces derniers prennent un réel enjeu dans l’épisode) et pour finir les relations familiales entre Mia, les enfants ou encore les hommes. Et en l’occurrence, Ben. Ce qui aurait pu être une excellente petite chronique sur la vie d’un transexuel en pleine dépression à un tournant de sa vie, fond en drama irrégulier, tentant de nous choquer plus que de nous émouvoir avec des personnages bas de gammes et pas assez développés. L’ensemble manque d’épaisseur et c’est très dommage. J’aurais bien aimé que Hit and Miss soit plus solidement écrite car niveau réalisation c’est au top (l’image est sobre, posée, jamais écornée) et Chloe Sevigny offre une très belle prestation sans faute malgré les grosses faiblesses et ficelles de son personnage. Ainsi, j’espère que la suite (il ne reste que quatre épisodes) permettra à Hit and Miss de gagner en intérêt car pour le moment c’est bien trop plat.

 

Note : 3/10. En bref, pas assez épais, le scénario, trop superficiel nous offre une vision bien trop light d’un personnage pourtant intéressant au premier abord. Derrière une réalisation efficace et une Sevigny en forme se cache un néant absolu.

Commenter cet article