Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hostages. Saison 1. Episode 11. Off the Record.

3 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-12-03-14h41m48s249.png

 

Hostages // Saison 1. Episode 11. Off the Record.


Quand je me passe encore et encore la dernière scène de cet épisode, je me dis que Hostages vient d’atteindre quelque chose. Je ne sais pas vraiment comment le décrire, mais en tout cas ce n’est pas nécessairement sa plus grande réussite. Le souci que j’ai avec le fait que Duncan et Ellen s’embrassent c’est qu’il n’y a pas vraiment de cohérence. Ellen est une femme suffisamment intelligente (elle a fait médecine tout de même et elle reconnue pour son métier) pour ne pas tomber dans le cliché du syndrome de Stockholm. Non ? Et puis Duncan de son côté est suffisamment intelligent pour se dire qu’il ne faudrait pas tromper sa femme qui est encore sur son lit de mort. Et puis les deux familles ont des enfants. Mais le baiser échangé, aussi ridicule soit-il laisse presque entrevoir quelque chose d’intéressant. Notamment car cette relation passionnelle qui est en train de naître va permet de faire quelque chose à la Bonnie & Clyde. C’est presque ce dont je rêve. Et pour une fois que Toni Collette n’est pas trop niaise dans une scène (et encore, le moment où elle acquiesce le fait qu’elle va tuer le Président… j’ai trouvé ce moment légèrement mal joué).

Mais dans tout cela se cache tout de même pas mal de choses étranges. Cet épisode tente de changer un peu la donne et de nous offrir une toute nouvelle direction à cinq épisodes de la fin de la saison (série). Cette série évolue de façon très étrange, notamment car je n’ai jamais l’impression de voir quelque chose réellement bouger. Sauf dans cet épisode alors que Duncan embarque tout le monde afin de tenter de sauver le Président qui a prévu d’être assassiné façon JFK lors de son tout dernier voyage d’affaires. C’était amusant que de voir Duncan et tout le monde ramer pour contrer les plans de cette organisation secrète menée par des débiles mentaux, il faut bien l’avouer. Mais la scène finale de l’épisode (pas celle du baiser mais l’autre) va certainement apporter son lot de consolation. Si seulement Duncan était tué lors d’une scène d’interrogatoire mouvementé, cela pourrait certainement aider Hostages à devenir une toute autre série. Dans le genre ridicule il y a aussi la relation entre Sandrine et Kramer. Les deux s’aiment tellement qu’ils ne veulent plus se quitter. C’est beau.
vlcsnap-2013-12-03-14h43m54s231.pngVous remarquerez tout de même le côté ultra féministe de la série prouvant encore une fois que Sandrine ne veut pas se rabaisser aux autres, c’est Kramer qui va être tout tendre et avouer à quel point il aime Sandrine. C’est mignon mais cela n’a rien à faire au milieu d’un épisode qui aurait pu être dans le feu de l’action. Malheureusement, l’épisode passe beaucoup trop de temps à bricoler des dialogues ici et là afin de donner de la consistance à un récit qui a déjà prouvé à quel point il était complètement nul. Oui, c’est nul tout simplement. De toute façon, on ne pouvait pas demander à une série comme celle-ci d’être intelligente cela aurait été demander la lune à quelque chose qui n’avait de toute façon pas d’issue. Je crois que dans tout cela mon personnage préféré (et c’est ironique) c’est le Colonel Thomas Blair. Brian White est déjà un acteur de seconde zone à mes yeux mais il dépasse largement les expressions bizarroïdes de Toni Collette. C’est un autre niveau de ridicule là. Hostages s’amuse dans cet épisode à mettre toutes ses intrigues au même endroit au même moment.

C’est une idée intelligente mine de rien ce qui permet aussi de voir si tout ce qu’elle nous a mis sous le nez depuis tant de temps est réellement efficace. Cela ne fonctionne malheureusement pas aussi bien que j’aurais aimé l’imaginer mais cela reste plutôt correct dans son ensemble. Disons que l’on s’amuse assez bien malgré tout. 

Note : 4/10. En bref, un épisode qui se termine bien mais qui ne se déroule pas toujours très bien.

Commenter cet article