Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hostages. Saison 1. Episode 3. Power of Persuasion.

8 Octobre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-10-08-18h08m00s200.png

 

Hostages // Saison 1. Episode 3. Power of Persuasion.


Le rythme développé durant les deux premiers épisodes commence légèrement à s'enliser. C'est dommage car je pense sincèrement que Hostages aurait pu devenir beaucoup plus passionnante au fil des épisodes mais après un début au quart de tour on se rend compte à quel point le tout s'essouffle un peu trop rapidement. Cela ne veut pas pour autant dire qu'il n'y a pas des moments attrayants et d'autres divertissants, juste que globalement je n'ai pas été aussi emballé que par les deux épisodes précédents. Tout cela car l'on commence à développer les intrigues secondaires de chacun. Si certains sont sympathiques, d'autres sont d'une lourdeur pensante. On s'ennui donc légèrement et il est difficile de savoir où Hostages veut réellement en venir. A commencer par Ellen Sanders qui se retrouve maintenant entre deux chaises. Disons que j'ai du mal à voir où l'on veut en venir avec elle. Le pire étant que l'on ne voit jamais le personnage travailler. C'est un peu comme si elle ne servait à rien dans l'hôpital à part à déambuler dans les couloirs, voler le portable d'une patiente et la voiture d'un de ses collègues.

Durant les deux premiers épisodes j'émettais l'hypothèse que le Président puisse changer de chirurgien. C'est ce à quoi Kincaid va penser dans cet épisode (il lui en aura fallu du temps). Avec un goût certain pour l'aventure, Hostages s'amuse de cette possibilité et offre alors à Sanders une discours face au Président particulièrement niais. Le problème c'est que j'ai de plus en plus de mal avec Toni Collette dans Hostages. Contrairement à Dylan McDermott qui assume pleinement son côté cabotin, ce n'est pas du tout le cas de cette actrice et du coup, elle tente de croire à ce qu'elle fait sans parvenir à le faire croire au téléspectateur. Dommage. Du coup, le moment où elle se défend devant le Président devient un moment ridicule, surtout que l'on sait pertinemment qu'elle ne va pas être remplacée par quelqu'un d'autre. C'est d'une logique implacable. Et j'aurais bien aimé qu'il y ait un concours de circonstances, qu'il change effectivement de chirurgien et que ce dernier meurt de façon très étrange dans un accident ou je ne sais trop quoi. Cela aurait pu permettre de justifier le fait que Ducan a pensé à tout.
vlcsnap-2013-10-08-18h30m20s29.pngCar il n'a pas pensé au fait que les Sanders pouvaient être plus intelligents. Ellen et Brian aimeraient bien en savoir un peu plus sur Duncan. Ils vont donc mener leur petite enquête de leur côté sauf que pour se faire ils vont devoir ruser et utiliser que des objets électroniques (téléphones, ordinateurs, etc.) qui ne sont pas les leur. Cela va permettre à Ellen de découvrir que Duncan est un agent du FBI. Toute cette partie de l'épisode était certainement la meilleure. D'une part car cela permet aussi d'ajouter un peu d'action à l'épisode et d'autre part car les Sanders tentent de s'échapper de ce traquenard dans lequel ils sont tombés. Ils vont même tenter de préparer leur évasion. Je ne sais pas comment cela va se goupiller mais c'est la seule intrigue qui me donne réellement envie de revenir pour le prochain épisode. Tout le reste manque d'ambition. A commencer par Morgan qui va enfin dire à son petit ami qu'elle en enceinte sauf que Duncan va tout faire pour l'éloigner. Que c'était cul-cul, ennuyeux et pas très plaisant à suivre. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Mais à tout le contraire.

Le fait que les enfants soient tous dans des impasses me plaisait réellement mais l'on sent que le tout manque d'un ingrédient : d'intérêt. Le téléspectateur se moque complètement de ces histoires à la mord moi le noeud dans le sens où elles n'ont aucun lien avec le reste. Même celle de Jake et de l'argent qu'il doit à une petite frappe. J'aime bien que Kramer tente de l'aider cependant car cela prouve aussi que Kramer n'est pas si mauvais que ça et qu'il pourrait être le maillon faible de la bande. Bien entendu il faudra surement attendre la fin de la saison pour voir qu'il n'est pas un méchant mais j'aimerais bien que tout cela se déroule dans de très bonnes circonstances pour lui. surtout qu'à ses côtés Maria Gonzales est une vraie salope. Pardonnez moi mon langage mais il n'y a pas d'autre mot pour la décrire cette petite. Sandrine Holt me fait rire d'ailleurs dans ce rôle qui lui va comme un gant. Pendant ce temps, nous avons l'organisation qui est à la tête de cette opération qui se cache. Je suppose qu'il y a un lien avec le Vice Président ou un truc dans le genre (j'ai déjà vu tout 24). 
vlcsnap-2013-10-08-18h08m50s184.pngCela ne m'étonnerait pas en tout cas que le Vice Président, en voulant atterrir à la tête du pays, ait voulu monter ce plan en épingle. Cependant, le conseiller du Président est un personnage particulièrement chiant de la série et je suis désolé mais ce n'est pas du tout ce que j'ai envie de voir encore tout le temps qu'il nous reste à passer avec Hostages (et il nous reste encore 12 épisodes…). Finalement, Hostages laisse un peu à désirer alors que cet épisode laisse clairement le téléspectateur sur le carreau.

Note : 4.5/10. En bref, trop d'intrigues et surtout trop d'intrigues parasites qui enlèvent à Hostages son côté rythmé et anxiogène des deux premiers épisodes.

Commenter cet article