Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : House of Cards (US). Saison 2. Episodes 11 et 12.

18 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-04-18-08h46m16s52.jpg

vlcsnap-2014-04-18-08h26m13s57.jpg

 

House of Cards (US) // Saison 2. Episodes 11 et 12. Chapter 24 / Chapter 25.


Plus la saison 2 passe et plus celle-ci semble manquer d’énergie pour arriver au bout. Heureusement que « Chapter 24 » et « Chapter 25 » ne sont pas de si mauvais épisodes que ça car j’aurais vraiment été déçu du résultat. Car je suis déjà déçu de la saison. Plus le temps passe et plus je trouve le tout un peu trop long à la détente. C’est un peu comme si la série avait démarrée sur les chapeaux de roues, brûlé tout son carburant et finissant maintenant dans les choux. Bien entendu il y a quelques surprises qui rendent le tout assez intéressant, notamment le plan à trois que les Underwood vont s’offrir avec Edward Meechum (incarné par Nathan Darrow). Je ne m’y attendais pas vraiment à cette histoire même si cela a été plus ou moins minutieusement préparé. Il y a quelque chose dans cette relation qui nous permet de voir à quel point les Underwood sont toujours aussi cinglés. Notamment car c’est bien la preuve que leur mariage n’est autre qu’un mariage de convenance, tout cela pour que Frank puis devenir présidentiable. Car un homme célibataire ou homosexuel ne peut pas devenir Président. Mais je trouve que la série gère plutôt bien l’homosexualité, sans en faire des tonnes. C’est rafraichissant mine de rien. Après, reste à voir comment cela peut être développé par la suite.

La série ne veut pas faire de vague apparemment et je pense que c’est un angle intelligent à avoir. Comme avec tout ce qui se passe dans la vie des Underwood, tout doit rester secret. Meechum de son côté n’a pas besoin d’en discuter et encore moins les Underwood. Je trouve donc logique que l’on ne revienne pas là dessus et encore moins tout de suite. C’est aussi un moyen d’introduire la sexualité de ce couple étrange. On avait parfois l’impression qu’il ne se passait rien de ce point de vue là mais un petit plan cul de temps en temps cela semble être ce qui donne à ces personnages la force d’affronter les lendemains. Dans un registre totalement différent (et surement pour l’équilibre des sexes), pendant que les Underwood et Meechum passent du bon temps ensemble, nous avons une petite scène de sexe lesbienne que Doug surprend entre Rachel et Lisa. Je me doutais bien que les deux personnages allaient passer du bon temps ensemble. C’était d’une logique implacable. Je m’y attendais de toute façon et puis ce n’est pas comme si House of Cards était la série la plus finaude ces derniers temps. Dans un registre plus politique, Frank doit répondre aux questions d’un procureur spécial. Tout cela n’a rien de bien bon pour lui et rapidement l’épisode cherche aussi à creuser le fossé de Frank.
vlcsnap-2014-04-18-09h03m20s48.jpgvlcsnap-2014-04-18-08h32m22s161.jpgFrank a beau être arrivé à être Vice Président, il n’arrive pas toujours à dupé ses adversaires. Que cela soit Tusk (heureusement que les choses commencent à s’accélérer dans « Chapter 24 » car j’avais légèrement l’impression de m’ennuyer avec cet ennemi). Cet épisode se concentre donc avant tout sur les dialogues, bien avant l’action (la seule action de la soirée sera cette scène de sexe de toute façon). Remy Danton de son côté garde toutes les options ouvertes ce qui n’apporte pas grand chose de nouveau sous le soleil. Surtout qu’il n’y a pas vraiment de problème avec Jackie. Le fait que cette dernière ait tué des gens pendant la guerre et cette histoire de tatouage c’était sacrément inutile et navrant. C’est à ce moment là que l’on se rend compte que la narration de House of Cards n’est pas toujours très intéressante à mon goût. Laissé sur le carreau depuis pas mal de temps, Doug Stamper reprend du poil de la bête dans ces deux épisodes. Je ne sais pas trop ce que veux faire House of Cards avec ce personnage mais d’un autre côté il n’y a plus grand chose à faire apparemment. Alors qu’il est en proie à ses vieux démons, forcément les choses ne changent pas toujours. Disons que la série tente de s’accrocher à ce qu’elle a pu mettre en place par le passé.

C’est assez décevant mais Stamper est toujours un personnage important de la série de toute façon. Il n’est donc pas possible de faire les choses autrement. Petit à petit, House of Cards reprend du poil de la bête. C’est pourquoi « Chapter 25 » est l’un des épisodes les plus intéressants depuis un bout de temps. Le fait que le Président commence à voir dans le jeu de Frank. Le face à face dans le bureau ovale avec le Président accusant Frank de vouloir lui piquer sa place c’est tout simplement jouissif. On sait pertinemment que le but de Frank c’est d’accéder à la présidence mais comment peut-il le faire ? En tant que vice Président simplement en démettant le Président de ses fonctions. Je suppose donc que dans le dernier épisode on pourrait voir le personnage faire un coup de ce genre là. Pendant ce temps, Jackie Sharp tient Claire responsable d’un article à charge contre elle. Claire continue d’être une joueuse importante dans la saison. Il faut dire qu’elle a su imposer son style. Je dirais même que d’un point de vue de la mise en scène et de la mise en abîme des personnages, Robin Wright est la grande surprise de la saison pendant que Kevin Spacey s’encroûte plus ou moins dans son personnage.
vlcsnap-2014-04-18-08h32m30s243.jpgCar Robin Wright n’était pas très présente dans la première saison, notamment car elle jouait un rôle très secondaire dans la vie politique de son mari. Maintenant qu’elle est « Deuxième Dame » du pays, forcément elle a beaucoup plus de responsabilités. En fonctionnant un vrai binôme, les Underwood nous offre quelque chose d’assez efficace malgré tout. C’est une série toujours aussi exotique et passionnante quand elle peut le vouloir, mais uniquement quand elle peut le vouloir. Dans une situation différente elle en devient décevante. Finalement, de ces deux épisodes je ne retiens pas nécessairement grand chose si ce n’est la volonté de montrer un peu plus la perversité de notre couple vedette qui jouant dangereusement alors que certaines de leurs victimes commencent à se rendre compte du petit manège. Je suppose donc que le petit jeu de Frank pourrait rapidement se retourner contre lui mais l’avenir nous le dira, le dernier épisode de la saison nous le dira.

Note : 6/10 et 6.5/10. En bref, le petit jeu de la série tourne parfois un peu à vide. Fort heureusement que le côté pétillant de certains personnages fait le reste et que certaines intrigues font évoluer le tout.

Commenter cet article

moi59 20/04/2014 14:08


J ai aimé la saison 1 mais ma déception sur cette saison est a la hauteur des éloges médiatique.


Sinon oui ça joue bien bien filmé mais je fais toujours passer le scénario avant 


@laurent cette scène c' est surtout une grosse ficelle pour nous dire eh" regardez comme je suis pervers" 


J' attend le plan orgie sm dans la saison 3 


 


 

Laurent 20/04/2014 13:25


Je viens m'incruster car je ne trouve pas que ça sort de nul part et que ça ne sert à rien. Je ne répèterai pas ce que Romain a dit mais j'irai même jusqu'à dire que cette scène est nécessaire.
On sait depuis la saison 1 que Francis a une sexualité ambigue, mais ça n'est apparue qu'une fois et on en a plus jamais reparlé.
Dans le cas présent, l'ambiguité est bel et bien exposée, et ce que je trouve intéressant, c'est que Frank ne trompe pas sa femme. Il aurait très bien pu coucher avec son "garde" sans sa femme,
mais non, il le fait avec elle. Il est clair que malgré la sexualité ouverte du personnage, Francis est unis avec sa femme (même si celle-ci l'a trompé dans la 1ère saison).
Enfin bref, tout ça pour dire que non, je ne comprends pas cette critique envers cette séquence qui tend à dire "du choc pour du choc" alors que ce n'est clairement pas le cas et ceci pour
diverses raisons ^^ 

delromainzika 20/04/2014 12:36


Ah ouais, tu l'aimes vraiment pas toi cette série :D


Mais au delà du scénario, tout le reste est obligé de nous mettre d'accord (réalisation, jeu d'acteur, etc.). :)

moi59 20/04/2014 08:41


"Comme si de rien* résume bien cette série


On peut tuer une journaliste en étant vice président comme si de rien . genre il a esquivé toutes les caméras de toute la gare . un marche arrière sur le magnéto c' était si difficile ?


On peut faire faire n' importe quoi au président au secrétaire d' état sans un réel plan machiavélique mais juste car les scénariste ont décidé que c' était suffisant


 


Bref c' est une série" comme si de rien "

delromainzika 19/04/2014 21:24


Je pourrais aussi ajouter à la dernière scène la suite de cette scène où l'on retrouve tous les personnages comme si rien ne s'était passé. La série n'y fait plus référence. Encore une fois comme
si c'était la routine :)


Et tous les seconds rôles ne sont pas inintéressants. Tusk, Claire, Linda, Rachel. Pour moi la grosse déception c'est l'abandon de l'aspect journalistique