Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Human Target. Saison 1. Episode 8.

4 Avril 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

105 rewind 0073

 

Human Target // Saison 1. Episode 8. Salvage.

 

Nouvelle aventure pour notre cher Christopher Chance et retour d'Emmanuelle Vaugier, oui cette agent du FBI qui avait pu découvrir dans l'épisode 2 de la saison au Conssulat et d'Autumn Reeser qu'ont avait découverte en geek dans l'épisode Lockdown, épisode 6 dans une entreprise d'armes.

C'est pas la crise dans Human Target ici on retrouve un tueur à gage qui a un lien avec le passé de Christopher Chance. Il est sensé tués une assemblée de politicien en réunion de crise sur le monde, une sorte de G20 secret. Jusque là, je suis à fond dans ce nouvel épisode. Il faut dire que la manie qu'à Human Target de nous montrer la fin avant le début commence à me courir sur le haricot. Oui, mince, il y en a marre de voir la fin avant le début. Ce n'est plus une série sinon. Ce n'est pas non plus 2 secondes mais 5 minutes qu'on nous dévoile, une discussion complète. Débile ? Très.

Cependant, cela n'empêche pas l'épisode d'être bon et d'avoir son lot de bons moments. C'est la série du "guilty pleasure" par excellence car l'excellent Mark Valley passe pour le couteau suisse des séries US, un peu à la manière de MacGyver dans les années 90. Je ne peut m'empêcher finalement d'aimer plus ou moins ou en tout cas de trouver cette série réujouissante à souhait.

Cet épisode n'y a pas étranger. Les scénaristes ne bossent pas mais tout repose sur le casting même si Emmanuelle Vaugier n'est pas pour moi la meilleure actrice (elle me rappelle son rôle dans Smallville) et Autumn Reeser qui n'est pas du tout convainquante en sorte de geek attitude (j'espère que ce sera mieux si sa série No Ordinary Family sur ABC est retenue pour l'an prochain et qu'elle ne plombera pas la série). Elle ressemble à rien, frippée comme un sac et pas pour un clou faite pour le rôle. Ca sent le rôle accepter car elle n'avait plus d'argent.

Enfin, l'action se clôture dans le métro, et quel métro. My God, j'ai cru mourir en voyant le temps défilé sur le compteur d'attente du métro. C'était fourni en dialogues mais des dialogues bouche trou, qui ne nous apprennent rien sur le passé de Christopher alors qu'ils se connaissent de bien avant. C'est raté, c'est dommage.

 

Note : 6/10. En bref, un épisode qui mêle l'action au "guilty pleasure" qu'elle est. Elle assume son côté méprisant, c'est pour ça qu'on l'aime finalement.

Commenter cet article