Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Injustice. Saison 1. BILAN (UK)

11 Juin 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

tumblr_llowyiCwUY1qa7nf2o1_500.jpg

 

Injustice // Saison 1. 5 épisodes.
BILAN


Après un pilot plaçant une ambiance plutôt sympathique, j'ai donc poursuivit mon chemin et surtout le vice en regardant la suite de la saison 1 de cette série anglaise, enfilée sur ITV1 cette semaine sur cinq soirées. J'étais curieux de voir comme William Travers allai s'en sortir avec le meurtre qu'il a commis. Il s'agissait d'un ancien client à lui, qu'il a réussi à faire libérer. On découvrir finalement que cet avocat est pour le respect de la loi et qu'il la fait lui même. Il pose une question au début après que le client lui ait raconté son histoire : "Avez vous dit la vérité ?". C'est là que tout commence, plus de pas en arrière après ça. Si il découvre plus tard que la personne lui a pas dit la vérité et qu'il arrive à l'acquitter, il se charge de la tuer.
vlcsnap-2011-06-11-20h55m04s151.pngLe personnage est très bien interprété par James Purefoy. L'acteur glace littéralement le sang. Il ferait presque peur à voir en vrai. J'ai vraiment trouvé que l'ensemble tenait vraiment les cinq épisodes d'une vive voix grave et d'un regard puissant de sens. J'avais bien aimé l'acteur dans plusieurs séries et notamment Philanthropist il y a de ça quelques années maintenant (série estivale de NBC en 2008, annulée après 8 épisodes). Ce qu'il y a d'encore plus intéressant avec Travers c'est qu'il est vraiment sans compassion mais qu'il aime sa femme. Au début on croit qu'il est l'avocat de rêve et de fil en aiguille on entre dans son terrible passé, dans l'enquête que cet inspecteur fait sur lui (puisqu'il le suspecte d'être le tueur, officieusement).

Alors justement le côté policier de la série est très bien traité. J'ai eu cette impression de retour dans ces polars assez noirs finalement. Car la série est très kafkaïenne finalement. Elle impose au téléspectateur d'être dans son fauteuil à se demander comment tout va finir. Le pire c'est la confrontation entre Wenborn et Travers. J'ai tout simplement adoré. Vient également sa mort, dans les escaliers, accidentellement mais vraiment choquante. C'est un point d'honneur à mettre à cette série. La surprise est de taille et elle est là. J'aurais cru qu'il allait réussir à vraiment mettre à nu Travers, face à ses actes. La dernière scène de la saison, nous laissant avec son coéquipier tombant sur une photo de Travers est assez intéressant pour la suite de la série, si suite il y a.
vlcsnap-2011-06-11-21h03m40s196.pngEt puis il y a l'affaire que prend Will Travers dans cette saison toute entière. Au lieu de faire un cas par épisode (ce qui aurait pu tout fait être bien foutu), on prend le temps de placer les éléments, de présenter la justices et le barreau anglais de la meilleure façon qu'on soit. C'est honorable bien que les scènes en tribunal étaient loin d'être les plus intéressantes. J'aurais peut être préféré autre chose aussi. Son client, Spaull, est semble t-il impliqué dans une affaire assez lourde qui mêle le crime d'une jeune femme dans une chambre d'hôtel (dont ce dernier clame son innocence) et des malversations de son entreprises. Les dernières minutes et la confrontation entre Tarvers et Spaull était absolument géniale. J'ai pris mon pied. Il y avait une ambiance oppressante et peu rassurante. On découvre finalement qu'il avait pas des infos importantes sur l'entreprises mais plutôt de la pornographie infantile sur son ordinateur, celui que tout le monde cherche depuis le début.

Ainsi, je m'attendais pas à un tel dénouement. Alors certes ça aurait été trop facile de se payer un verre avec l'avocat et son client pour fêter la victoire, mais j'ai été tellement surpris. J'adore. En tout cas, Injustice, malgré son rythme lent et progressif pour terminer en révélations et chocs était une série sympathique et divertissante. J'ai vraiment aimé toute l'ambiance, les personnages et je ne serais pas contre une seconde petite saison à me mettre sous la dent la saison prochaine.

Note : 6.5/10. En bref, une première saison convaincante au sens kafkaïen du rythme et à la douceur et la légèreté avant la tempête. James Purefoy est excellent.

Commenter cet article