Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Jennifer Falls. Saison 1. Pilot.

6 Juin 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-06-05-23h00m23s77.jpg

 

Jennifer Falls // Saison 1. Episode 1. Pilot.


TV Land est surtout connue pour ses comédies mettant en scène d’anciennes gloires de la comédie avec des rires enregistrés à n’en plus finir. C’est notamment eux qui ont mis à l’antenne Hot in Cleveland avec Betty White ou encore son spin-off The Soul Man avec Cedric The Enterteiner. Maintenant, la chaîne tente de nouvelles expériences. Voici donc une nouvelle comédie et première en single-cam pour la chaîne créée par Matthew Carlson (Malcolm). Afin de faire son beurre, la série invite deux anciennes gloires de My Name is Earl à jouer les têtes d’affiche de la série : Jaime Pressly (I Hate My Teenage Daughter) et Ethan Suplee (Raising Hope). Quel plaisir que de retrouver ces deux acteurs dans une comédie. Surtout qu’ils vont passer énormément de temps ensemble. Afin de compléter le casting nous avons Jessica Walter (déjà vu dans une autre comédie de TV Land : Retired at 35 et accessoirement la terrible Lucille Bluth de Arrested Development). Mais pour en revenir à ce premier épisode de Jennifer Falls, je dois avouer que je n’ai ni trouvé ça mauvais, ni trouvé ça exceptionnel. Cette comédie reprend pas mal de poncifs du genre en trouvant de quoi s’amuser avec son héroïne, Jennifer.

Une femme d'affaires virée de son entreprise est obligée de retourner vivre chez sa mère avec sa fille adolescente, dans le village où elle a grandi. Elle revoit alors ses vieux amis et accepte à contrecoeur de faire la serveuse dans le bar de son frère...
vlcsnap-2014-06-05-22h53m54s26.jpgCette dernière avait tout, la belle vie, l’argent, etc. et tout d’un coup elle n’a plus rien. C’est une façon assez bonne de débuter la série, surtout quand celle-ci va forcément jouer le choc des cultures, la confrontation avec une patronne qu’elle ne peut déjà pas se voir en peinture et une relation qui doit reprendre son cours avec une meilleure amie perdue de vue. Tout cela se goupille pas si mal que ça dans ce premier épisode. On comprend qui sont les personnages mais également comment ils vont parvenir à évoluer par la suite. Sans compter qu’il y a largement de quoi faire avec l’univers. Ce n’est pas une série qui s’enferme dans un genre et qui peut donc être tout plein de choses à la fois. Jennifer Falls fait donc avait tout la part belle au talent de Jaime Pressly. Cette dernière est vraiment fabuleuse. On a parfois même l’impression que ce rôle a été écrit pour elle. Elle m’amuse énormément et je dois avouer que je n’aurais pas été contre encore plus d’humour. Il y a déjà pas mal de démonstrations humoristiques. Jennifer Falls ne cherche pas vraiment à créer la nostalgie contrairement à beaucoup de séries de la chaîne.

La série cherche simplement à nous raconter une histoire pas très originale mais qui, avec un peu d’entrain, pourrait réellement devenir amusante. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti tout au long de l’épisode. J’ai beaucoup de sympathie pour Jennifer, reprenant notamment le gimmick du face caméra (qui n’est pas sans rappeler House of Cards pour le principe et la référence qui n’en est probablement pas une). Le but n’est pas non plus de nous surprendre ou encore de nous offrir des tas de répliques à gogo. Jennifer Falls ne sera donc pas le nouveau 2 Broke Girls, ni même le nouveau Ben & Kate pour ce qui est des séries se déroulant en partie dans un bar. On se rapproche donc de quelque chose de différent, un mélange de choses et d’autres empruntées à des séries que l’on a pu voir ailleurs. Je vais donc suivre cette petite comédie tout au long de l’été. Cela ne demande pas énormément d’efforts. Bien que TV Land cumule les bons castings (et que donc de ce point de vue là je ne pouvais qu’être servi), je dois avouer que j’avais tout de même peur que cela soit aussi vieillot que le reste des comédies de la chaîne. Je suis heureux de constaté que j’ai eu tord.

Note : 5/10. En bref, cela aurait pu être mieux, et aurait pu être pire.

Commenter cet article