Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Justified. Saison 3. Episode 2.

25 Janvier 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-01-25-18h22m01s105.png

 

Justified // Saison 3. Episode 2. Cut Ties.


Après avoir présenté les enjeux de la saison dans l'épisode précédent, celui ci est clairement là pour reprendre le rythme habituel de la série avec une histoire par épisode, tout en introduisant de nouveaux éléments sous-jacent. En effet, Raylan est sur la piste du tueur d'un assassin d'un U.S Marshal. L'intrigue était classique et pas vraiment excitante. En tout cas, j'ai pas été surpris. C'est du bon cop-show certes, mais ce n'est pas mieux que du Chase par exemple - pour comparer avec le genre des U.S Marshal - ou du In Plain Sight. C'est juste que Justified a un cast bien meilleur et une réalisation et des décors mieux foutus. C'est tout. Côté scénario on ne peut pas dire que c'est plus fouillé et c'est bel et bien le soucis car Justified a un moyen bien a elle de nous offrir des scènes absolument fabuleuses en terme fil rouge, ou encore de relation entre ses personnages mais dans les cas stand-alone c'est souvent assez moyen. Mais bon, j'ai quand même bien aimé l'épisode et je n'ai pas boudé mon plaisir de retrouver Raylan. Ce dernier ne fait d'ailleurs pas grand chose pour faire avancer son enquête. "Cut Ties" est donc bien plus intéressant pour le reste. Et notamment l'arrivée de Karen Goodall sous les traits de Carla Gugino.

Cette actrice est toujours aussi sympathique dans tous les sens du terme et elle a un moyen assez radical de faire parler les hommes (enfin, on ne peut que le ressentir comme ça, on a l'impression qu'elle lèche les yeux des téléspectateurs avec ses atouts). Elle apporte donc de nouveaux moments intéressants pour Raylan et notamment quelques questions. Raylan connait Karen, lui demandant pourquoi elle a changée de nom, et surtout cela permet au téléspectateur de se poser des questions sur le passé des deux tourtereaux. Evidemment Karen Goodall, incarnée par Carla Gugino nous ramène à… Karen Sisco, une série dans laquelle jouait Carla et qui nous ramène à Elmore Leonard qui a écrit des épisodes de Justified mais également de Karen Sisco. Je ne sais pas trop si il y a une connexion entre tous ces points mais cela ne m'étonnerait pas. Juste un truc : Timothy Olyphant n'a jamais joué dans Karen Sisco. Dommage, la boucle aurait été bouclée à la perfection. Mais Raylan va aussi nous offrir des moments avec Winona bien évidemment. Cette dernière recherche une maison, Raylan pourrait bien faire de même. Leurs quelques scènes sont mignonnes et c'est ce qui rend parfois les épisodes un tantinet plus intéressants.
vlcsnap-2012-01-25-18h22m06s161.pngEnfin, "Cut Ties" nous propose également de s'attarder sur Boyd qui est toujours en prison. On l'avait volontairement mis de côté dans l'épisode précédent et à ce que je vois. Boyd arrive à assoir sa position en prison face à Dickie Bennett. On retrouve donc quelques éléments de la saison précédente mais pas forcément pour le meilleur. Les apports à l'épisode par les personnages ne sont pas totalement clairs pour le moment. J'ai envie de comprendre tout de suite ce que l'on va faire de Boyd car à mon avis, c'est encore lui qui va nous amener l'acte final de la saison. On apprend quand même la présence de Limehouse, qui détient l'argent de Mag. Je ne sais pas trop ce que ce personnage va apporter mais ce n'est pas des sourire. En tout cas, il est assez cinglé. Et j'ai été assez surpris de cette scène qui suggère une violence assez rustre de la part du personnage. Au final, ce nouvel épisode Justified n'est pas décevant (bien que c'est ce que mon propos pourrait vous laisser penser) mais il n'était pas non plus excellent. Il n'a pas totalement capitalisé sur ce qui est fait dans le season première ce qui est un de mes seuls regrets. J'espère un retour rapide de Robert Quarles dans la cours des grands.

Note : 6/10. En bref, un épisode classique de Justified, peut être un peu trop.

Commenter cet article