Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Justified. Saison 5. Episode 5. Shot All to Hell.

12 Février 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-02-12-14h58m17s116.jpg

 

Justified // Saison 5. Episode 5. Shot All to Hell.


Je sais que j’ai un peu de retard dans Justified mais comme chaque année de toute façon, je prends toujours un peu de retard dans cette série. Je me souviens que le pire retard que j’ai pu prendre c’est avec la saison 2 que j’avais découpé moi-même en deux parties que j’avais ingurgité l’une et l’autre en une sorte de binge-watching assez jouissif. En tout cas peu importe, je suis maintenant de retour pour le meilleur et Justified a su me délivrer le meilleur. Car « Shot All to Hell » m’a été vendu il y a quelques jours comme l’un des meilleurs épisodes de la série. Je me suis donc demandé ce que j’avais loupé et surtout pourquoi je l’avais pu de côté autant de temps. Je ne sais même pas. Est-ce le virus Michael Rapaport qui m’a donné envie de laisser tomber un peu Justified ? Une série que j’aime tellement. Je pense que je ne trouverai pas la réponse mais cet épisode c’était tout simplement de la dynamite. On ne m’avait pas menti, la série surprend et fait quelque chose d’assez jouissif avec  un épisode qui aurait pu être tout à fait classique. Cet épisode est notamment manifesté par le grand retour de Theo Tonin incarné par Adam Arkin (Sons of Anarchy, Life). On n’avait pas vu ce personnage depuis le final de la saison 3.

C’est le genre de retour que l’on n’attend pas du tout mais qui fini par devenir une très bonne et belle surprise. J’ai cherché quelques informations sur ce personnage après avoir vu l’épisode et en fait apparemment les producteurs voulaient que Theo Tonin soit dans une partie de la saison 4 sauf que l’acteur était occupé avec The Americans et forcément, cela n’a pas pu se faire. Est-ce un problème ? Je pense puisque c’est à mon sens l’une des plus belles choses que Justified a laissé malheureusement tombé. Afin d’achever le personnage de façon justifiée, Adam Arkin a aussi réalisé ce très bon épisode. Cet épisode permet de mettre en abîme le fait que d’un côté nous avons le triomphe d’un empire et la chute de l’autre. C’est bien évidemment le parallèle qui est fait entre celui de Theo et celui de Boyd. Boyd se révèle au fil des épisodes cette année comme un personnage de plus en plus sombre, sans foi ni loi. On sent qu’il y a un truc chez lui qui commence à dégénérer. Enfin, cela a déjà bien commencé à mon humble avis. Notamment dès l’ouverture de cet épisode, assez brillante il faut l’avouer. Fonctionnant sur peu de dialogues, un Boyd dans l’ombre, assis, calme, prêt à tirer.
vlcsnap-2014-02-12-14h51m11s206.jpgCet épisode c’était un peu l’apothéose de Boyd. Une sorte d’hymne au personnage où il devient une sorte de vilain aux super-pouvoirs. Justified a toujours mis certains personnages sur ce genre de piédestal. Cela fonctionne pour Raylan qui est une sorte de super-héros des westerns (les balles ne l’atteignent pas, il est imprévisible et efficace, etc.) mais aussi pour Boyd cette année. Sa vengeance sur Lee Paxton permet également de compléter le boulot qu’il avait commencé dans « A Murder of Crowes ». Mais si au début Boyd était motivé par la rage et la spontanéité (il était beaucoup plus imprévisible), maintenant il est beaucoup plus calme (comme le démontre la scène d’ouverture) et surtout méticuleux. Il fait très attention à la manière dont il exécute les choses et je trouve ça merveilleux. Boyd est aussi quelqu’un qui fonctionne au verbe. Il est très méticuleux aussi dans les mots qu’il emploi. Les scénaristes se font donc un malin plaisir de trouver de beaux dialogues pour Walton Goggins et l’acteur les incarnent avec tellement de charisme. On ne peut donc que tomber sous le charme.

Mais cet ode à Boyd ne peut pas se faire sans tout le reste de la série. Car au fond si Boyd est aussi intéressant car de part ses interactions avec les personnages de la série. Par ailleurs, Boyd connait le comté d’Harlan et je pense que c’est aussi ce qui lui donne un avantage considérable par rapport aux méchants comme Robert Quarles ou encore Nicky Augustine. Ces derniers n’avaient pas réussi à comprendre le comté et c’est pour cela qu’ils ont raté toutes les opportunités qu’ils avaient sous les yeux. Et ce peu importe leurs connexions. Boyd connait parfaitement le comté et nous le prouve à chaque nouvel épisode. Il a fait tellement de choses dans ce comté qu’il connait aussi les gens et comment les mettre dans le chemin qu’il souhaite. Seulement Boyd pouvait faire tout ce qu’il a fait dans cet épisode, que cela soit s’en sortir d’un double meurtre, faire en sorte que Hayes Workman puisse liquider Mooney en plein jour sans parler d’Ava. L’épisode utilise également Elias Marcos incarné par le très bon Alan Tudyk (Dollhouse, Suburgatory) afin de mettre un terme, une bonne fois pour toute à l’empire Tonin.
vlcsnap-2014-02-12-15h25m55s58.jpgDans tout cela, Art est aussi triomphant. Et cela change plus ou moins la série dans le sens où c’est plutôt Raylan le grand héros dans Justified. Sauf que pour cette fois-ci ce n’est pas nécessairement le cas. C’est d’autant plus surprenant de voir Art comme ça dans le sens où la série n’avait jamais vraiment réussi à le rendre de cette façon aussi fascinant. Finalement, ce tout nouvel épisode de Justified était brillant du début à la fin. Faisant remonter la complexité de la série à la surface avec une dextérité étonnante. Les scénaristes savent ce qu’ils font et l’on a envie d’en voir encore plus des épisodes de ce genre là. En espérant que cela ne soit pas qu’une passade et que Boyd et Raylan puissent enfin devenir les deux seuls mots d’ordre de Justified.

Note : 10/10. En bref, épique.

Commenter cet article

Pascal 15/02/2014 15:38


Content de voir que tu l'as aussi apprécié que moi :)


Je m'en vais de ce pas voir l'épisode 6 !