Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Kaboul Kitchen. Saison 1. Episodes 1, 2 et 3. Pilot (France)

16 Février 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-02-16-19h49m57s81.png

 

Kaboul Kitchen // Saison 1. Episodes 1, 2 et 3. La fille à la grosse valise / La piscine / La panthère et l'imprimeur.


Canal + lançait lundi dernier une toute nouvelle fiction française, une comédie. Après la très sympathique Platane l'an dernier, cette fois c'est au fin fond de l'Afghanistan que Canal +  pose bagage avec une série plutôt sympathique du coup nom de Kaboul Kitchen. Elle utilise les clichés du pays comme du petit lait et c'est assez bon dans son ensemble. A défaut d'un scénario tonitruant, ce qui fonctionne à merveille avec cette série c'est le duo Simon Abkarian qui incarne le colonel Ammnullah qui cherche à se faire élire et qui va engager un conseiller en communication afin de gérer cette campagne. Et de l'autre Gilbert Melki, gérant du Kaboul Kitchen qui incarne Jacky, dont la fille Sophie débarque au pays. Cette série on la doit à un trio, et tout d'abord Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit qui ont travaillés sur les deux comédies françaises Vilaine et Les Dents de la Nuit, assez moyen dans leur genre mais parfois très efficace. Et un petit nouveau, Marc Victor, qui fait ses premières armes avec cette série. L'alchimie des personnages là, et il faut vraiment voir plus que le pilote pour comprendre ce dont la série parle réellement et ce qu'elle veut nous raconter sur le long terme.

Afghanistan 2005. Georges Bush est président des États-Unis, Jacques Chirac est président de la France et Jackie, patron du resto "Kaboul Kitchen". Tous les expats y viennent faire la fête. Quand sa fille débarque, Jacky ne la reconnaît pas. Et pour cause il ne l’a pas vue depuis 20 ans ! Elle est venue faire de l’humanitaire. Lui est là pour faire du fric !
vlcsnap-2012-02-16-20h37m28s178.pngCe que j'ai appris c'est que cette série est adaptée d'une histoire vraie et c'est donc d'autant plus fun à regarder quand on imagine que certaines situations se sont réellement déroulées. Je pense notamment à Amanullah qui est vraiment un colonel branquignol. Il est clairement nul pour la politique, et même son conseiller en communication est tout aussi ennuyeux. Le premier épisode "La fille à la grosse valise" nous présente Jacky, patron d'un restaurant où se retrouvent les expatriés. Et c'est là que sa fille, Sophie, va faire sa grande arrivée. Evidemment, la série va principalement jouer sur la synergie entre le père et sa fille, tout en intégrant la culture afghane à la série et à son concept. On va même jouer avec humour et surtout beaucoup de surprises sur l'univers. On a pas souvent de chances de voir l'Afghanistan de ce point de vue là, c'était donc plutôt intéressant. Et surtout Gilbert Melki s'impose tout de suite comme le leader de la série, et Simon Abkarian fait patte de velours mais c'est pour mieux s'imposer plus tard dans la série.

L'épisode va s'égarer très rapidement sur une histoire autour du restaurant et d'une piscine où l'on peut voir des femmes (alors que les femmes en Afghanistan doivent être voilées). Le second épisode "La piscine" va exploiter le filon à fond avec une scène impertinente pour clôturer l'épisode où une femme nue, va plonger dans la piscine alors entourer d'hommes. Ce que j'ai particulièrement bien aimé dans cet épisode c'était que justement, on se moque des règles. Peut être que ce sont des clichés, mais voilà, le tout fonctionne terriblement bien. Ce comportement obscène peut malgré tout être pris pour une marque de manque d'originalité (la série préférant parfois jouer sur ces clichés pour faire rire plutôt que de jouer sur les intrigues en soit). Mais l'équilibre entre les deux est efficace. Enfin, "La panthère et l'imprimeur", troisième épisode de cette première saison développe la relation naissante entre Jacky et Amanullah.
vlcsnap-2012-02-16-20h28m53s151.pngCe dernier va racheter les parts du restaurant d'une tierce personne et il va alors devenir partenaire en affaire avec Jacky. Evidemment, ce ne sera pas du goût de ce dernier qui va tenter de faire avec pour mieux faire tourner son restaurant. Notamment quand il va avoir du mal pour se procurer de l'alcool. Ce produit est celui qui fait justement le succès de ce restaurant. Au final, en trois épisodes on a une galerie de personnages qui est plutôt bien exploitée. Même si je ne suis pas fan de tout et notamment de Sophie incarnée par Stéphanie Pasterkamp qui était déjà bien mauvaise en sourde dans Seconde Chance. Mais Kaboul Kitchen c'est avant tout une caricature très bien fichue, avec deux acteurs qui s'amusent (et ça fait plaisir) avec des bons moments. Même si on ne rit pas à gorge déployée, il y a des situations très cocasses et efficaces.

Note : 6/10, 6.5/10, 6.5/10. En bref, une très bonne surprise.

Commenter cet article