Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Law & Order : LA. Saison 1. Episode 22. FINALE

27 Mai 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-05-27-20h29m37s151.png

 

Law & Order : L.A // Saison 1. Episode 22. Angel's Knoll.
SERIES FINALE


Je vais peut être un peu regretter cette série au final. Car oui, il y a de bons personnages et je commençais à m'y attacher. Sans parler du fait que cet épisode là était réussi. Que l'équilibre entre la partie "Law" et "Order" était pas mauvaise. L'affaire concerne George Patrick, un croupier retrouvé mort dans une baignoire, égorgé. On lui avait même coupé les parties. Cela ne m'étonne pas que l'épisode était plutôt pas mal, il est écrit par Peter Blauner a qui l'on doit le premier épisode de la nouvelle mouture de la série. Bref, l'écriture était moins archaïque, plus fluide et moins dérangeante. Ce qui m'embête vraiment avec cette série c'est qu'au final, Dick Wolf ne semble pas tellement s'en être occupé. Il a donné le pitch de départ de la série, mais n'a écrit aucun scénario concrètement. Sait-il encore écrire ?
vlcsnap-2011-05-27-21h12m03s4.pngBref, "Angel's Knoll" ouvre sur une scène classique mais qui a son petit effet sur le téléspectateur. Cela me rappelle bizarrement la série originale justement, et plus particulièrement un épisode dans les premières saisons. Je ne me souviens pas du nom ni de la saison. Il y a en avait de la guest star dans cet épisode aussi. Notamment Jessica Collins. Elle jouait ici la petite amie qui s'avèrera finalement être la meurtrière. Victor Garber jouera son père, qui va vouloir témoigner contre elle en échange d'une mutation vers une prison avec un système moins rude. Titus Welliver jouait son avocat. J'aime bien Titus, cet acteur est excellent dans The Good Wife. Il retournait donc au système judiciaire américain avec cet épisode. Et enfin, cerise sur le gâteau, Jod Lyn O'Keefe que j'adore depuis son rôle de Gretchen Morgan dans Prison Break. Son face à face avec Alana de la Garza (Rubirosa) était parfait.

Le déroulement de l'enquête n'a pas vraiment ce qu'il y a de plus passionnant au final. Alfred Molina s'enlise dans des phrases au jeu lâche et pompeux. Il s'améliorait avant de régresser dans la série. On découvre au cours de l'enquête que plus d'un crime a été commis et notamment une histoire de vol. Bref, pas grand chose de bien différent des épisodes de la saison en général et pourtant, la dynamique était là, la roue n'était pas enrayée par des parasites. Certes, il n'y a plus Skeet Ulrich, un des pires parasites de la série (qui l'a sûrement tuée dans le lard d'ailleurs) mais il y avait quelques éléments peu convaincants dans la plupart des épisodes de cette série.
vlcsnap-2011-05-27-21h05m28s157.pngAinsi, la partie judiciaire était bonne. On utilise avec justesse les personnages, les codes du deal avec un prisonnier, l'inculpation. J'ai vraiment assisté à quelque chose de mieux construit et moins barboté derrière une longue lignée de phrases inutiles et pas super accrocheuses. Là les dialogues sont fluides, on sent que tout se passe bien mieux, sans grand d'accroc. Au final, un bon épisode de LOLA. Dommage que la série se soit arrêtée, je pense que c'était une saison ratée aux 3/4 certes mais il y avait un potentiel pas encore très bien exploité. Je suis sûr que des remaniements de casting auraient eu lieu durant l'été et qu'à la rentrée, elle aurait pu revenir toute neuve. Finalement, ce ne sera jamais le cas. Dommage, Dick Wolf est donc presque mort télévisuellement parlant.

Note : 7/10. En bref, des dialogues maîtrisés, une intrigue sympa, une pelade de guest star et un ensemble drôle sympa. Voilà ce que j'aurais voulu voir tout du long de cette première saison.

Commenter cet article