Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Law & Order : Los Angeles. Saison 1. Episode 7.

19 Novembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2010-11-19-00h23m07s165.png

 

Law & Order : Los Angeles // Saison 1. Episode 7. Playa Vista.


Vous ai-je dis que j'adorais LOLA ? Non. Je vous tenter la déclaration d'amour inversée, celle qui tue, qui dit tout ce qu'elle pense. Attention les yeux, ça éclate, c'est pire que le 14 juillet à la fontaine, c'est toujours savoureux et élégantissime. Vous croyez vraiment que je pense ce que je dis là ? Non mais il ne faut pas rêver. LOLA c'est la série de l'année, vers le bas.
Alors que cet épisode nous offre encore une partie presque de moitié judiciaire, on s'ennuie oui. Mais j'ai bien rigolé. Est-ce la coupe façon gaufrette de Terence Howard ou les moues de Skeet Ulrich qui veulent dire je suis triste ? Je sais pas. C'était encore une fois mauvais. Ca sent la merde (et pardonnez moi cette vulgaire) pendant 20 minutes lors de l'enquête et encore ce n'est pas la plus mauvaise partie de l'épisode. Je sais pas, il y a toujours comme une impression qu'ils brassent du sable ces inspecteurs. En fait, à part avoir des costumes et des Ray Ban, ils font quoi ? Rien. C'est bien ça le truc. Il ne se passe rien, mais alors rien du tout. Ah si, Skeet va trouvé un casque de chantier sous un pont. Est-ce qu'un sans abri aurait pris ce casque pour ce qu'il n'est pas. Alors bien sûr, Skeet en fait des tonnes, trop même. Entre enlevé ses lunettes, mettre ses mains autour de sa taille, je sais pas. Il me fait rêver : le fumiste pas nature.
Et bien sûr, la partie justice. Elle me fait rire la justice. Si seulement elle pouvait nous montrer ce qu'elle a sous le jupon des fois car là, ça rame. Et non, je ne parle pas d'un PC sous Windows 95 là. Non non, je vous parle de Terence Howard qui fait aussi bien les plaidoyers que mon chien ne sait marcher et s'épiler. C'est dure la vie. Et lui il prend tout ça avec le sourire. Disons qu'un bon Imoselle Lingual ça passe bien après le déjeuné. Mais lui ne doit pas connaître, constipé comme un rat mort, il offre une prestation digne d'un acteur de série Z qui courrait aussi bien dans les bois qu'il ne se prendrait une branche sur le chemin. Parfois je me demande ce qui pourrait sauvé la série et cet épisode. Je me suis posé la question plusieurs fois et je sais pas, même la guest star de la semaine n'est pas génial et n'offre rien de brillant. Et si ce qu'il fallait retenir de cet épisode c'était que c'est la Green Week chez NBC ? A médité.
Donc LOLA c'est une vraie sitcom. Un vrai drame sauce Feux de l'Amour, avec des acteurs tout droit sorti d'une école qui fourni des diplômes en douce aux chinois. Derrière cet épisode se cache peut être quelque chose d'imperceptible. Je sais pas ce que les scénaristes veulent faire de LOLA mais sitcom est peut être le mot. C'est pas drôle mais moi je rigole du jeu ridicule des acteurs, des scènes mal faites et d'un scénario tout droit sorti d'un bon paquet de cookie Leader Price bourré à l'huile de palme.

Note : 0/10. En bref, c'est juste pas possible d'oser produire des épisodes pareils. Peut être qu'il y a une hotline derrière pour dire : venez, donnez, vous verrez.

Commenter cet article

delromainzika 21/11/2010 11:55



LOL. Ca me fait rire cette série tellement c'est nul.



Val 21/11/2010 10:51



Pourquoi tu t'obliges à la regarder alors que tu mets 0 à tous les épisodes ?