Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Les Experts - Tu tires ou tu pointes…

12 Avril 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : CSI Trilogie

vlcsnap-2012-04-12-21h34m24s160.png


Les Experts // Saison 12. Episode 20. Altered Stakes.


CSI est une série qui n'a plus rien à prouver et du coup, on pourrait presque dire à raconter. Malgré le renouvellement du cast de la série, qui n'a pas forcément apporté que du bon aux intrigues, je trouve que CSI patine cette année pour trouver quelque chose de passionnant à dire. Ce nouvel épisode pourrait être la réponse à ce que CSI peut faire quand elle ne sait pas quoi raconter. Elle bouche les trous avec une bonne dose de fun et d'efficacité, mais également grâce à un retour à la cohésion d'équipe dans un épilogue et un prologue consacré à une partie de baseball de l'équipe de CSI de Las Vegas contre une autre. Aux Etats-Unis cela se fait beaucoup les compétitions de sport entre les organisations policières. J'ai vraiment aimé ces deux scènes même si au départ on pourrait croire que cela ressemble au typique film familiale made in Universal Studios (genre Beethoven quoi). La musique, l'image, l'ambiance, tout était réussi pour nous le faire croire. La fin de l'épisode c'est l'issue de ce match avec la victoire de notre équipe de Las Vegas. Etonnant ? Non. Prévisible ? Oui. Mais bon, l'ensemble est assez bien géré pour me plaire.

Pendant ce temps, on nous offre parmi les meilleurs répliques de la saison. Merci à Morgan Brody et David Hodges pour cette petite critique des français. C'était amusant.
Brody - "I always though that the language of love was français"
Hodges - "Only to the french"
Brody - "Touché".
vlcsnap-2012-04-12-21h40m35s28.pngCe qui est réellement salutaire à CSI c'est sa décontraction. Elle ne se prend pas la tête. On le voit encore dans cet épisode avec D.B Russell et Julie Finlay. Les regards entre les deux personnages qui se mangent des yeux (je crois que c'est la première fois que c'est aussi voyant). J'aime bien parfois cette saison de CSI car même si elle est nulle presque de partout, et complètement inutile à blaser un lézard, elle n'en reste pas moins fun par moment et rien que pour ça, j'en veux encore par moment. L'enquête de la semaine permet de mettre Stokes en haut de l'affiche. Un choix plus ou moins judicieux qui permet surtout de revenir aux fondamentaux de la série (et donc les personnages originels et non plus les nouveaux qui prennent toujours beaucoup de place, au détriment des personnages que l'on a aimé depuis 12 ans). Stokes découvre qu'un homme qu'il a aidé à mettre en prison va se retrouver en liberté à cause de Sam Vega, policier corrompu.

L'équipe va alors tenter de prouver que le gars est bien le tueur. Et alors qu'ils ne parviennent pas à trouver des preuves (ou suffisamment) pour le garder en prison pour meurtre, ils vont malgré tout trouver un moyen facile de le laisser croupir en prison. Cette intrigue aurait pu être un peu plus fun, c'est certains mais malgré tout, j'ai bien aimé. L'épisode est mécanique mais avance bien. Cette machine est polie, huilée, tout ce que vous voulez, mais cela coule comme du beurre dans un gosier. Au final, CSI retrouve son essence originelle et je suis content. Ce n'est pas forcément avec une grande hâte que j'attends la suite de la saison, mais malgré tout, j'espère que l'on aura un final à la hauteur.

Note : 7/10. En bref, un épisode pas mauvais du tout, drôle sur les bords (la petite pique aux français m'a bien marqué) et agréable. Bonne surprise.

Commenter cet article