Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Les Experts - Un petit air de Lady Heather…

11 Novembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : CSI Trilogie

vlcsnap-2012-11-11-22h17m42s85.png

 

Les Experts // Saison 13. Episode 6. Pick and Roll.


Afin de développer l'aspect plus personnage de la série, CSI use d'un adage connu et reconnu : l'histoire de la semaine impliquant un personnage de la série. Cette fois c'est la famille de D.B qui est mise en avant. D'un côté nous allons suivre ses petites histoires de couple et je trouve ça assez mignon même si l'utilité n'est pas forcément là. Disons que CSI aurait très bien pu s'intéresser à autre chose mais ce n'est pas tellement grave étant donné que le fils de D.B était le centre d'attention de cette famille là. En effet, son coach est assassiné et forcément, il va devoir en dire un peu plus sur ce qu'il peut se passer avec le coach dans la vie de tous les jours étant donné qu'il le côtoie souvent. CSI dénote encore une fois un cliché très américain du film qui joue d'un sport très américain et du père qui est très fier de lui. Cela permet de resserrer les liens entre les deux personnages mais aussi de nous offrir quelques scènes familiales intéressantes et peut être même touchante. Je commence à entrevoir de plus en plus la réelle utilité de Ted Danson dans CSI.

C'est un personnage qui a apporté beaucoup plus d'humanité à la série, et un certain sens de la famille qui s'était perdu au départ de Grissom. C'est donc avec ce retour aux sources même de la série que l'on a un personnage encore plus ancré dans cette manière d'évoluer dans la série. Contrairement à Grissom qui était un personnage seul - puis avec Sara avec le temps -, D.B est un père de famille comblé, avec une femme aimante malgré tous les dangers que son métier peut impliquer (comme l'on avait pu le voir dans le 12.22 / 13.01). Evidemment, l'épisode aurait pu aller un peu plus loin et surement qu'il aurait réussi à me toucher mais même s'il n'y est pas parvenu, cela reste un épisode agréable qui m'a également rappelé autre chose de la série : Lady Heather. Tous ces instruments de fétichisme SM auraient surement été plus sensé avec la présence de Melinda Clarke dans la série. Déjà invitée il y a deux ans si mes souvenirs sont bons, elle reste l'une des invités les plus fascinantes de la série (notamment grâce à la relation complexe qu'elle a toujours entretenu avec Grissom au début de la série).
vlcsnap-2012-11-11-22h15m33s72.pngLe moment où les preuves commencent à s'accumuler et le fils de D.B, Charlie, commence à baliser, j'ai bien aimé. Car la série pose une autre choses : D.B est père et flic (pas comme la série française je vous rassure) mais justement, cela pose un paradoxe assez intéressant qui permet de confronter l'innocence du fils comme tout père pourrait le penser, à la potentielle culpabilité comme tout bon flic pourrait le penser. Du coup, la série enchaine plutôt bien l'épisode et nous offre suffisamment de bonnes choses afin de nous séduire. En jouant la carte des personnages, cette année CSI se rapproche un peu plus des téléspectateurs et de ce qu'ils peuvent attendre de la série après avoir passé treize années à la regarder (c'est mon cas et c'est évidement ce dont j'ai envie). Même s'il ne reste pas grand monde du casting originel de la série (après les départs successifs d'années en années - contrairement à une SVU qui conserve la plupart de ses membres d'années en années), les nouveaux sortent leur épingle du jeu.

Note : 5/10. En bref, un épisode en soit correct mettant en avant la famille Russell.

Commenter cet article