Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Line of Duty. Saison 1. Episode 2. Two.

4 Juillet 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

b01klwgm_640_360.jpg

 

Line of Duty // Saison 1. Episode 2. Two.

 

Alors que la BBC lançait hier Blackout avec Christopher Eccleston, il était temps pour moi de retrouver aujourd’hui Line of Duty, la petite série en 5 épisodes avec Lennie James. Et ce nouvel épisode était encore une fois à la hauteur de mes attentes. Tout n’est pas parfait, mais globalement cela tient la route. Cette petite série me rappelle la rustre et sauvage The Shadow Line de l’an dernier (même si cette dernière reste tout de même bien plus surprenante). Dans ce second épisode on apprend à connaitre un peu plus les personnages et notamment notre CI Tony Gates, le héros de la série. On en apprend un peu plus sur sa relation assez ambiguë avec Jackie Laverty, cette grande PDG de Laverty Holdings qui cache bien plus de choses qu’elle ne laisse transparaitre. D’ailleurs, cela ne m’étonne pas qu’elle semble se servir de Tony. La relation prend donc un tout nouveau tournant dans ce nouvel épisode, plus personnel et moins global. On entre dans le vif du sujet. Ce qui était une excellente idée… en soit. Ce que j’aime dans cet épisode également c’est que l’on s’intéresse de plus près à la bureaucratie.

 

Très peu de séries policières s’intéressent à cet aspect. On voit souvent des officiers sur le terrain, qui relève des traces de pneus (comprenez le double sens), mais là c’est plus centré sur les dossiers que l’on doit remplir après une enquête, ce que cela implique en amont et en aval… Sans compter que l’inspection générale des services est sur le dos de Gates que cela implique de nouvelles intrigues passionnantes et un face à face avec notre DS Arnott. D’ailleurs, l’ambiance entre les deux personnages est toujours très particulière (mais gérée avec excellence). En effet, Jed Mercurio, le scénariste de l’épisode réussi à créer une vraie ambiance claustrophobique très intense. On n’en ressort pas forcément vivant. Mais alors que le rythme n’est pas forcément des plus rapide, reste quelques scènes d’action comme celle de ce voleur à la sauvette qui est sûrement le moment le plus fun de l’épisode où je n’ai pu m’empêcher de rire un bon coup quand il se croute sur l’asphalte. Globalement, on a donc de bonnes scènes policières puisque la série n’oublie pas de renouveler constamment ses enquêtes, ses intrigues mais également la relation de ses personnages.

p00vd137.jpg

Kate Fleming m’intrigue elle aussi. Ce personnage reste un véritable atout dans le fonctionnement de cette série. Même si elle reste anecdotique et que très peu de références à son personnage sont faites durant l’épisode, globalement elle a un truc en plus. Une vraie aura. La dernière minute de l’épisode est également époustouflante. Je ne m’attendais pas du tout à ça. La surprise est telle qu’encore une fois, Line of Duty prouve sa continuité. On est en plein dans une série qui sait où elle va et comment y parvenir. C’est donc d’autant plus passionnant. Petit à petit, tout se construit vers la potentielle chute de certes (Gates, et peut être Arnott), le fait que Arnott n’arrive pas vraiment à s’imposer dans l’équipe, subissant les moqueries des autres (j’aimerais presque que l’on face un petit épisode centré sur ce personnage et sa vie solitaire). Au final,  avec ce nouvel épisode tout continue de tourner de mal en pis. De quoi donner envie de voir la suite. Il ne reste déjà que trois épisodes mais ce n’est pas une raison, le ton est bon, la série sait ce qu’elle veut et elle l’obtient. Après un premier épisode douteux, celui-ci confirme la bonne ascension d’un drama policier captivant et froid.

 

Note :  7.5/10. En bref, claustrophobes attention, Line of Duty n’est pas faite pour vous. Haletante et captivante, cet épisode réussi à faire monter la pression d’un cran.

Commenter cet article