Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Longmire. Saison 1. Episode 3. A Damn Shame.

19 Juin 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-06-19-23h19m06s61.png

 

Longmire // Saison 1. Episode 3. A Damn Shame.


Après trois épisodes, Longmire reste un divertissement efficace. On a également de petites intrigues secondaires pour retenir les téléspectateurs. Au fond, Longmire débute comme Justified. Cette dernière avait aussi pris le chemin des stand-alone dans un premier temps avant de développer petit à petit sa mythologie et devenir une série plus feuilletonnante. Je pense que Longmire est vouée à prendre le même chemin, mais en moins marqué. Je ne vois pas la série devenir vraiment feuilletonnante même si elle arrive à développer quelques petites histoires en trame de fond. Si cet épisode était une fois de plus grandement sympathique, c'est une fois de plus grâce au genre. Cette série développe un genre bien trop peu présent en télévision aux Etats-Unis ce qui rend la série… rare. De plus, le ton est unique et plus proche de ce qui se fait du même genre au cinéma, plutôt que d'une Justified. On a une vraie série western efficace et bien écrite (car Hell on Wheels reste une arnaque sans nom à mon avis. Je n'ai même pas hâte de voir la suite qui débute en août prochain).

La grande scène d'action de l'épisode se déroule à la fin de l'épisode. C'est principalement des échanges de tires. Ce que j'ai adoré dans cette scène c'est le changement soudain de climat. On a tout d'un coup une neige battante qui s'abat. Je ne m'y attendais pas du tout même si l'on sait pertinemment que la série se déroule en plein hiver (en témoigne la scène d'ouverture du pilote de la série où un corps est retrouvé dans la neige et puis loin, Vic se retrouve à sécher la neige avec un sèche cheveux). Les dix minutes rythmées de l'épisode étaient excellentes. Je n'ai rien à redire à ce sujet. Je suis cependant déçu de la minuscule présence de C. Thomas Howell. Quand on a un nom en guest, en principe on l'utilise d'une bien meilleure façon. Mais d'un autre côté, Longmire prouve aussi qu'elle peut être une série pleine de surprise et ne se laisse pas prendre au piège des guests. Bon ok, un petit peu quand même. Mais pas totalement.
vlcsnap-2012-06-19-23h10m01s248.pngLa scène finale de l'épisode était assez touchante sur fond de "Hallelujah". Il m'en faut peu, mais de la bonne musique, collant à une scène sympathique, cela donne quelque chose d'explosif vous ne trouvez pas. J'étais donc logiquement ravi de suivre cette scène. Après trois épisodes, ce que je peux dire c'est que j'aime vraiment bien Longmire. Le cas de la semaine n'était pas mauvais et l'épisode était cohérent ce qui donne envie de voir la suite de la saison. Il ne reste déjà que 7 épisodes mais d'un autre côté, les saisons concises ce n'est pas plus mal puisque cela permet de ne pas s'ennuyer. L'enquête fonctionne plutôt bien, on a également l'apparition de la semaine de Cady Longmire, même si cette dernière fricote avec Branch. D'ailleurs, on ne trouve pas d'occasion pour réellement voir cette relation à l'écran. Doit-on en déduire quelque chose. Se ce, je vous dis, en scelle, avec mon Stetson et rendez vous la semaine prochaine pour un nouvel épisode de Longmire.

Note : 6.5/10. En bref, assez classique mais efficace.

Commenter cet article