Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Love Bites. Saison 1. Episode 5.

1 Juillet 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Eté

vlcsnap-2011-07-01-17h35m01s105.png

 

Love Bites // Saison 1. Episode 5. Stand and Deliver.


Après l'épisode moisi de la semaine passée, je pensais que l'on pouvait pas faire pire. Malheureusement, on reste ici au même niveau. J'ai pas ri, je me suis ennuyé, j'ai baillé au Corneille, j'ai eu envoyé de me moucher, et presque de regarder Christophe Dechavanne qui gueulait dans ma télé à quelques mètres de moi. L'ennui est acoustique, Love Bites est vraiment une mauvaise série. Et le comble c'est l'absence de la charmante Becki Newton, qui même si son personnage sert pas à grand chose, apporte sa fraîcheur légendaire.

La première histoire était d'un ennui mortel. L'idée d'un jeune homme (Ben Feldman, acteur qu'on a pu voir dans Drop Dead Diva dans le rôle de l'ange gardien), qui est amoureux d'une fille (Anna Camp) qui est avec un homme bling-bling (Brian J. White) et son père (Beau Bridges) l'encourage a dragué la minette. Je crois que j'ai loupé aucune guest de cette première partie. Bref, avec des gens sympas il pouvait y avoir quelque chose de coup mais non, c'est presque l'inverse. J'ai trouvé ça mortellement ennuyeux, pas intéressant et surtout, même si c'était pas déjà vu, très bas de gamme.

La seconde histoire est pas mieux. Greg Grundberg alias Judd recherche une nouvelle maison avec sa petite amie. L'agent immobilier (Chris Parnell) va leur faire visiter une maison. Toute l'histoire n'était pas intéressante, c'était ennuyant là aussi. Je dirais même que c'était pire que la première. Greg Grundberg n'est plus drôle, il fait le gros balourd (sans mauvais jeu de mots) et ça en devient presque gonflant. Par ailleurs, la dernière histoire était ridicule. Cristian de la Fuente va jouer l'amoureux transit qui séduit une jeune workaholic joué par Emily Rutherford. On a l'exemple du gâteau à la crème pour lequel le glaçage et raté et donc, tout est dégueulasse. Merci Love Bites.

Au final, voilà un nouvel exemple d'épisodes catastrophe. Un jour Roland Emmerich en fera un film, en attendant, on regarde sans regarder, on suit sans aimer, Love Bites c'est presque aussi écoeurant que d'imaginer avaler le fruit des entrailles masculines. Tel un titre épineusement bien choisi, la série ne sauve rien et reste plongée dans une merde colossale. Il ne reste que 4 épisodes et c'est déjà la bérésina.

Note : 0.5/10. En bref, encore un épisode qui ne vaut rien.

Commenter cet article