Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Lucan. Mini-series. BILAN (UK).

23 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2013-12-22-21h07m51s79

 

Lucan // Mini-series. 2 épisodes.
BILAN


Quelle sacrée histoire tout de même. Mais ce qui réussi le plus à Lucan c’est son ambiance. La manière dont la mini-série est mise en scène donne le ton à deux épisodes assez étranges mais qui tentent de changer la manière de résoudre l’histoire. Car des histoires de meurtre, on en voit en pagaille à la télévision britannique et par moment cela peut être de bonne (Broadchurch, The Fall) que de très mauvaises surprises (je n’ai pas de noms en tête mais je n’ai que j’ai été très déçu par bon nombre de mini-séries du genre). Bref, ces deux épisodes nous offre une petite histoire assez sympathique qui aurait parfois mérité d’être un peu plus courte. Le souci dans cette magnifique exposition de personnages c’est que l’on a parfois l’impression que la série laisse complètement tomber l’intrigue principale pour bifurquer vers d’autres horizons qui ne sont pas nécessairement des plus intéressants. Malgré tout, je n’ai pas détesté Lucan. Notamment car dans cet ensemble de choses, le tout fonctionne plutôt bien grâce à l’ambiance comme je le disais mais également grâce à un casting particulièrement bon.

Dans les années 1970, Richard John Bingham, le septième Earl de la famille Lucan, disparaît après le sauvage assassinat de la nounou de ses enfants, Sandra Rivett. La police est sur ses traces...
vlcsnap-2013-12-22-21h07m51s84.jpgMais la série mini-série va au-delà de la dynastie Lucan, elle va également nous faire rencontrer Aspinall incarné par un Christopher Eccleston (Doctor Who) particulièrement bon. Ce dernier est même à mon sens le grand vainqueur de Lucan. Il parvient à faire oublier tout le reste à certains moments. Mais il faut dire que l’acteur n’a plus rien à prouver et qu’il semble choisir ses rôles très méticuleusement. Je n’ai jamais l’impression qu’il ait choisi de mauvais rôles. Et c’est tout à son honneur, surtout que globalement il peut se le permettre. Si le jeu d’acteur est particulièrement bon, Lucan le doit également à Rory Kinnear qui incarne John Bingham, le fameux disparu que tout le monde recherche. Là aussi on se rend compte que l’acting est particulièrement bon. L’association de toutes ces bonnes têtes se fait de façon intelligente. En effet, nous avons une histoire qui derrière tente de renouveler le genre. Il y a un arrière goût assez classique dans Lucan mais c’est peut-être ce qui permet aussi de se laisser prendre au jeu plus rapidement.

Du coup, la narration, pas nécessairement des plus simplistes, parvient à nous captiver rapidement. La reconstitution des années 70 est elle aussi très intéressante. On sent encore une fois que ITV sait très bien y faire (et accessoirement les anglais). Les deux épisodes racontent les choses différemment. La première partie est là pour nous raconter comment tout cela s’est déroulé et la seconde partie nous permet d’avoir une petite théorie sur la manière dont cela s’est produit et ce qui s’est déroulé par la suite. On a donc les causes et les conséquences. Mais la manière dont tout cela est narré est intéressant. Lucan ne choisie pas raconter son histoire comme toutes les séries policières. Il y a des personnages qui vont ajouter pas mal de substance au récit, permettant par la même occasion d’aller un peu plus loin. Car le but de Lucan n’est clairement pas de s’arrêter au sujet principal, mais aussi de nous permettre de comprendre d’où tout cela peut provenir. Ainsi, voici une très courte mini-série, parfois délicieuse, parfois très sombre mais globalement plutôt réussie.

Note : 6/10. En bref, les anglais sont forts pour faire des reconstitutions. C’est sombre et réussi à la fois.

Commenter cet article