Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Mad Men. Saison 5. Episode 5.

1 Juin 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Mad Men

vlcsnap-2012-06-01-19h37m40s137.png

 

Mad Men // Saison 5. Episode 5. Signal 30.


Alors que depuis le début, cette saison se concentre avant tout sur les femmes, en leurs donnant la parole comme jamais, Mad Men nous offre enfin un épisode rempli de testostérone et de machisme. Mais cet épisode, alors qu'il a l'air plutôt jovial dans un premier temps, va très rapidement fondre dans le dramatique plus que réussi et émouvant. Il s'agit dans un premier temps de mettre en avant Pete. Ses altercations avec Sterling ont rythmées les premiers épisodes de la saison, et je suis ravi que l'on en vienne enfin à y mettre un terme. Pete va se rendre compte de sa faible, qu'il n'est pas l'homme fort dans toute cette équipe. J'ai peur que cela finisse vraiment mal (un suicide peut être) pour lui d'ici la fin de la saison. Je n'ai jamais vu ce personnage comme celui qui allait rester et braver les montagnes. Il a conquis le monde de Sterling Cooper Draper Pryce parfois avec panache (en trouvant de nouvelles clients et en sauvant l'agence par la même occasion) mais aussi avec de la fausse modestie et du chantage (on se souvient tous de la première saison et du chantage qu'il avait fait à Don quand il avait appris qu'il n'était pas celui qu'il prétend être).

"Signal 30" offre à Pete la vitrine d'exposition logique que l'on était en droit d'attendre avec ce que l'on a vu au début de la saison. Pete c'est l'homme qui tente de faire bonne figure, qui fait tout ce qu'on lui demande car il a des ambitions et il veut réussir à gravir les échelons. Sauf que forcément, ce n'est pas du goût de tout le monde. Raillé par ses supérieurs, il est presque détesté de tout le monde. Le fait qu'il croit que l'agence est une grande famille qui s'aime n'est qu'un vrai mensonge qu'il a cru pendant trop longtemps. Il était temps de lui donner une vraie leçon, que le personnage apprenne qu'il faut être un requin et non pas un homme derrière les autres hommes. Pete et sa femme Trudy vont dans un premier temps inviter Don à manger chez eux, dans la banlieue. Le dîner fût un moment agréable, et c'était aussi le moyen de confronter Pete à son modèle et celui qu'il envie depuis tellement d'années : Don. J'aime beaucoup cette relation qui est établie. Don c'est l'homme qui a un sens des valeurs c'est certain, mais c'est aussi un homme qui sait garder la tête haute et ne pas se mêler des affaires des autres.
vlcsnap-2012-06-01-19h35m42s240.pngJe pense que maintenant que Pete a pris conscience de sa défaite, il va soit plonger encore plus bas (et donc ma théorie du suicide pourrait être intéressante, surtout pour traiter du malheur qui ronge cette agence où tout le monde se fait des courbettes mais ne s'apprécie pas forcément, et je parle entre hommes), soit remonter à la surface et devenir l'homme que l'on attendait pas. Lane Pryce arrive lui aussi à faire sa petite place dans l'épisode. Il apporte à l'agence un gros poisson, Jaguar, et évidemment cela sera le moment de parler de ses origines. Le fait qu'il soit anglais n'aide pas vraiment son introduction dans la société américaine. Il est victime de moquerie mais c'est malgré tout un homme qui sait rester droit et fier de ce qu'il est. Jared Harris est un excellent acteur et cela me ferait mal au coeur de le voir partir de la série (cela me fait penser que je l'adore également dans Fringe. Deux prestations exceptionnelles. Il mérite un Emmy). Bref, Lane est un personnage qui va aussi se poser des questions sur lui même et son utilité dans l'agence.

Mais l'on tente également de développer un peu plus le personnage tout en restant suffisamment mystérieux pour ne pas tout lâcher d'un coup. J'aurais bien aimé que l'épisode aille beaucoup plus loin dans le propos même si cela reste assez bon dans son ensemble. J'ai beaucoup aimé la spontanéité de son baiser à Joan. C'était tellement imprévisible que j'ai adoré. Sans compter son combat à mains nues avec Pete qui offre un beau moment masculin à Mad Men. Cette dernière est avant tout au sujet des hommes de Madison Avenue et pourtant, elle est une série féminine qui parle de la place des femmes dans la société américaine des années 60. Assez marrant non ? Bref, Ken, qui reste très souvent en retrait dans la série revient avec ses histoires d'écriture. J'ai bien aimé car cela permet de tempérer avec les deux grosses intrigues que l'on développe en parallèle. Surtout que de ce point de vue là, on met en danger la position de Ken dans l'agence. Ce n'est pas que ce personnage me manquerait si il venait à partir, mais je dois avouer qu'il reste sympathique à utiliser. Au final, encore un très bon épisode de Mad Men.

Note : 8.5/10. En bref, un épisode masculin de Mad Men pour tempérer avec le féminisme ambiant. Une très bonne idée. Parfois légère mais aussi touchante.

Commenter cet article

delromainzika 04/06/2012 17:37


Il était aussi magistral dans le dernier volet de Sherlock Holmes made in Guy Ritchie.

SamyXXY 04/06/2012 16:36


Jarred Harris est excellent, c'est vrai et le dire encore et encore c'est bien.