Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Magic City. Saison 1. Pilot.

31 Mars 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-03-31-15h45m33s62.png

 

Magic City // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Après Boss à l'automne dernier, Starz se lance encore une fois dans un chantier intéressant : une autre série de qualité. Après s'est aguerri du cinéma de Gus Van Sant (qui avait réalisé le pilote de Boss), cette fois Magic City s'inspire étonnement bien du cinéma de Brian de Palma avec un petit côté David Lynch, comme cerise sur le gâteau. D'ailleurs, Mitch Glazer, créateur de la série, n'était pas spécialement habitué à ce genre d'univers puisqu'il a été scénariste sur Les Simpson (le grand saut) et sur le film La Recrue (avec Colin Farrell et Al Pacino). Magic City c'est avant tout une histoire, et quelle histoire. Le personnage de Ike Evans, incarné par Jeffrey Dean Morgan en jette tout de suite. L'acteur s'amuse avec nous et la caméra. On ne peut que l'en remercier. Du personnage de Ike se dégage une certaine candeur mais aussi une aisance assez distinguée. Franchement inspiré de la classe de Don Draper dans le monde de nos jours (le look, les Rayban, et puis ce standing, ne fait que faire écho à la série d'AMC mais en bien, car ce n'est pas une pâle copie, juste un faux air). Surtout que Ike se détourne rapidement de cette image que l'on peut avoir de lui pour être bien plus sympa en père de famille d'Olga Kurylenko (James Bond girl dans Quantum of Solace pour les incultes). Cette dernière incarne une femme de classe, Vera Evans. Elle est belle, charmeuse et sait jouer avec ça.

La Havane, désormais aux mains de Fidel Castro, n'est plus le paradis des joueurs. Ces derniers se tournent vers un nouvel eldorado: Miami, où se croisent aussi bien des mafieux que des hommes politiques ou des vedettes...
vlcsnap-2012-03-31-15h59m24s181.pngL'esthétique de Magic City procure d'ailleurs cet ultime plaisir dans la série. Même si l'histoire n'est pas encore tout à fait construite (car on ne sait pas totalement où l'on va, entre politiciens, mafieux ou encore Frank Sinitra et pour ce dernier je vous en reparle plus loin), on est tout de suis plongé dans un univers bien particulier qui respire bon la Havane, sa chaleur et surtout cette fumée de cigare (je déteste les cigares et leur odeur mais je trouve ça franchement classe quand même). Mais ce n'est pas tout, il y a également le fils, Danny Evans, incarné par Christian Cooke (vu dans la petite série Trinity, anglaise et pâle copie de Gossip Girl). Ce dernier nous offre une sorte de prémisse à ce qui pourrait être LE personnage que je vais préféré dans Magic City. Il incarne quelque chose d'assez beau, et bon. Evidemment, ce premier épisode tente aussi de poser les bases de l'histoire de Magic City. C'est pour le moment assez frais, et intéressant. On ne se laisse pas avoir par des multiples sous intrigues qui vous nous ennuyer, le premier épisode nous raconte une histoire. Il faut certes accrocher, car le style n'est pas toujours très accessible (le cinéma de De Palma n'est pas apprécié de tout le monde, et surtout pas forcément hyper grand public pour certaines de ses oeuvres).

Mais moi j'ai adoré cet écho à ce cinéma là, on est aussi dans un univers chaud. Ce qui permet encore une fois de se rêver déjà sur des plages de sable fin, à Havane. Le plaisir quant à lui vient en mangeant comme on dit et donc ici en regardant. Pour ce qui est du flashback sur la femme de Ike, je pense que ce sera le mystère de la saison, et qu'il sera résolu à la fin au travers des démons du personnage principal. Je pense que Ike est rongé par ce qui est arrivé et qu'il s'en veut. Côté personnages plus célèbres on a donc Frank Sinatra mais uniquement en écho. On ne voit jamais son visage et j'ai trouvé le montage assez astucieux pour son passage dans la série. Le seul souci était que l'on passe son disque studio et non pas une version live d'un de ses titres. Malgré le fait que le tout devra s'ajuster au fur et à mesure que l'on avance dans la saison, et donc prendre de l'ampleur, ce premier épisode laisse une très bonne impression à mes mirettes. J'ai déjà hâte de retrouver la suite. Encore une bonne série pour Starz. Cette chaine a le pouvoir de devenir bien plus grande. Souhaitons à Magic City un bien meilleur succès que l'excellente Boss.

Note : 7/10. En bref, un bel hommage au cinéma de De Palma avec une once de Lynch. Belle esthétique mais aussi bon casting et une intrigue de base pour le moment intéressante.

Commenter cet article