Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Maron. Saison 1. BILAN.

29 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

VI78x3Wa4vjBa8_2_hd.jpg

 

Maron // Saison 1. 10 épisodes.
BILAN


Je vous avais parlé il y a quelques mois de Maron, une comédie de la chaine américaine IFC (à qui l'on doit déjà la bonne Portlandia). A 49 ans, Marc Maron nous raconte sa vie au travers d'une comédie fictionnelle qui s'amuse avec sa vie et ce qui a pu lui arriver par le passé. Si le premier épisode était plutôt bon dans son ensemble (malgré quelques défauts de rythme), la saison va rapidement trouver le moyen de nous offrir des moments d'anthologie. Mon épisode préféré est le 1.06, "Sponsor" avec Danny Trejo. Cet épisode était hilarant du début à la fin. Je n'aurais jamais cru que Maron puisse être une aussi bonne comédie et puis finalement, c'était une surprise que je n'attendais pas du tout. Marc Maron est un excellent acteur. Je ne connaissais pas son podcast avant de commencer cette série et je dois avouer qu'il pourrait être quelque chose que j'écouterais chaque semaine si j'avais le temps. Le premier épisode de Maron ne nous donne pas un aperçu complet du potentiel de la série. Bien que les passages qui se déroulent sur l'enregistrement du podcast sont très souvent parmi les meilleures de la série, certains passages de la vie quotidienne du personnage sont tout aussi bons.

Mais au delà de ça, j'ai adoré tout à tas d'autres épisodes comme par exemple "Sex Fest" (1.07) qui fait partie des meilleurs épisodes de la série. Maron nous raconte donc comment il a rencontre Jen, une jeune femme tout à fait remarquable. La relation entre ces deux personnages est tout simplement magique. C'est de grands moments d'humour. On doit cela à Zach Robbins (Rescue Me), un scénariste que je ne connaissais pas mais qu'il me semble être intéressant à suivre. On ne sait toujours pas si Maron aura droit à une saison 2 sur IFC, mais je l'espère franchement car elle le mérite tout bonnement. J'avais comparé Maron à Louie (une comédie de FX Network) car les deux comédies tentent de nous raconter les aventures et mésaventures d'un comédien. Mais Maron n'est pas la même série. Cela se ressent dans la manière dont elle est structurée. Au début on aurait pu faire la comparaison, mais une fois arrivé au milieu de la saison, on se rend compte que ce n'est pas la même manière de faire les choses.
maron_gay_maron_season_1.jpgLa manière dont "Sex Fest" évolue tout au long de ses vingt minutes était efficace. Cet épisode bâtit même quelque chose d'assez nouveau pour la série à quoi je ne m'attendais pas du tout. Quelques répliques font mouche (“We do it in a claw-foot tub. I’m Tom.”) comme l'interaction entre Maron avec l'animateur de Tub Time with Tom. Maron joue beaucoup dans la subtilité de son héros. Il a une fois tout à fait normale et pourtant, il lui arrive toujours quelque chose de pas très normal. Mais les derniers épisodes de la saison étaient de toute façon les meilleurs. A partir de l'épisode 6, on se rend compte à quel point cette comédie est devenue intéressante a su trouver son rythme de croisière. "Jen Moves to LA" (1.08) était l'occasion de nous offrir encore quelques moments entre Jen et Marc. Bien que cela ne soit pas la meilleure chose que la série ait pu faire, il y avait dans cet épisode quelques choses très jouissives comme la présence d'Aubrey Plaza et Amy Poehler en guise de guests du podcast.

Finalement, ce que je retiens de Maron c'est qu'il s'agit d'une petite comédie pleine de tranches de vies agréables et sans prise de tête. Il faut certes apprécier Marc Maron pour en apprécier sa série mais c'est aussi le moyen à mon sens de voir l'animateur sous un angle différent. Certes, je ne le connaissais pas avant mais j'ai appris à connaitre son podcast au travers des quelques extraits que la série nous offre dans chaque épisode. Le découpage de la saison (plus centré sur lui au début, puis sur ses diverses relations par la suite) était également une manière très intelligente de faire évoluer le personnage et peut être même de le rendre plus attachant. Les deux derniers épisodes m'ont laissé penser qu'il s'agissait d'un épisode complet de 60 minutes ("Projections" et "Mexican Angel" ont été diffusé l'un à la suivre de l'autre). A raison, on sent que Maron a trouvé sa vitesse de croisière et qu'elle est maintenant suffisamment rodée pour offrir ce que l'on attend de sa part à chaque nouvel épisode.

Certes, il y a quelques défauts, comme par exemple Jen et Marc qui ne sont pas toujours très intéressants ("Jen Move to LA" était la preuve), mais il y a aussi d'excellentes guests stars qui n'hésitent pas à se mouiller pour nous divertir comme il se dit (Danny Trejo par exemple). Les guests du podcast sont là par ailleurs pour nous offrir quelques très jolies joutes verbales. La dernière guest, Adam Scott (Parks & Recreation) était un choix également judicieux.

Note : 6.5/10. En bref, une agréable petite surprise avec son lot de belles répliques, de moments comiques et deux épisodes mythiques ("Sex Fest" et surtout "Sponsor").

Commenter cet article