Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Misfits. Saison 4. Episode 7.

20 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2012-12-20-18h48m10s88.png

 

Misfits // Saison 4. Episode 7. Seven.


Encore une fois, cette nouvelle saison de Misfits reste particulièrement décevante. Je ne sais pas, je n'adhère pas du tout au propos de cette nouvelle saison. Si certains éléments sont intéressants et le fait que le ton de la série ait changé pourrait me plaire, je ne trouve pas l'intérêt des personnages dans cette toute nouvelle configuration. J'ai entendu dire que la saison 3 était incohérente et mal écrite mais personnellement je l'avais adoré. Malgré ses défauts elle était jouissive et bien plus proche de ce qu'il fallait attendre de Misfits alors qu'elle grandissait. Durant la première saison de la série (puisque cette saison 4 est un peu comme une nouvelle première saison) on avait déjà un fil conducteur avec des questions. Cette fois il n'y en a pas réellement, sauf peut être autour d'Abbey, le dernier personnage introduit dans la série qui a complètement perdu la mémoire. Le côté lobotomie manque vraiment d'intérêt, notamment car la série ne semble pas savoir où elle veut réellement aller avec elle. Cet épisode était trop éparpillé et ne laisse pas le personnage évoluer correctement. Cela passe du coup par quelques références, quelques dialogues ici et là. Mais cela fait tache. Pourtant c'est le seul personnage intéressant pour le moment.

Car cette semaine dans Misfits nous allons surtout suivre les aventures d'Alex, dont le secret est de s'être fait volé son pénis par une transsexuelle qui voulait être un homme. Si l'idée était amusante et que Rudy parvient à faire le show, globalement l'histoire prend beaucoup trop de temps à se mettre en place et la confrontation avec Jess apparait presque ennuyeuse. Il faut attendre la fin et le moment où ils se jettent l'un sur l'autre alors qu'Alex a récupéré son pénis pour que tout de suite cela redevienne un tantinet plus passionnant. Mais le problème de Misfits cette année c'est surement de ne pas trop savoir quoi faire de chacun des personnages. Il y a un côté très timide dans le scénario qui se ressent énormément et c'est dommage car le potentiel est pourtant là. Du coup, la vendetta d'Alex sur la fin de l'épisode était grossièrement ridicule et surtout pas très amusante. Misfits était avant une vraie boule d'énergie humoristique. Il faut dire que depuis le départ de Robert Sheenan, la série n'a pas su retrouver cette belle dynamique qu'il y avait autour de ce personnage. Même si Rudy tente d'être cette nouvelle partie de la série (et je l'aime bien ce personnage), il ne le vaut pas c'est certain.
vlcsnap-2012-12-20-18h56m34s11.pngMalgré tout, on peut saluer dans cet épisode le fait qu'il n'y a pas de folies absurdes. Dans l'épisode précédent par exemple, le lapin était un peu too-much. Mais ce n'est pas grave, car l'épisode se rattrape alors sur Rudy (qui est pour moi le seul atout de cette saison). Les petits nouveaux tentent toujours de se faire une place au sein de ce spectacle. Notamment Jess qui est bloquée dans la storyline d'Alex cette semaine ou encore l'agent de probation. La scène musicale, complètement fucked-up (pour reprendre le vocabulaire fleuri de la série) était amusante mais cela s'arrête là. Finalement, cet avant dernier épisode de la saison ne nous donne aucun goût de ce à quoi pourrait ressembler la fin de la saison. En sachant qu'elle est déjà renouvelée pour une cinquième année, bien évidemment qu'il y aura surement des cliffanghers ici et là. Sauf que je ne pense pas rester là pour les voir. La fraicheur de Misfits et ce qui me donnait envie de regarder chaque semaine a disparu. Il manque quelque chose, ce petit je ne sais trop quoi qui m'avait fait adoré les trois premières saisons.

Note : 5/10. En bref, un épisode négligé encore une fois. Malgré quelques bonnes choses, globalement on s'ennui ou tout est réglé en deux coups de cuillère à pot sans réfléchir à la fin de la saison (qui risque d'être d'une banalité affligeante).

Commenter cet article