Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Missing. Saison 1. Pilot.

16 Mars 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-03-16-10h37m36s124

 

Missing // Saison 1. Episode 1. Pilot.


ABC se retrouve à produire une série européenne, ce qui de ce point de vue là n'est pas une mauvaise chose (voir Paris, Rome, etc… c'est agréable). Le seul soucis c'est que les artifices de ce pilote ne sont pas bons. Je me suis pas spécialement ennuyé, car l'énergie est là, et on est constamment secoués par de l'action, des coups de feu, des rebondissements, des révélations (notamment que Rebecca est une ancienne agent de la CIA, tout comme feu son mari incarné par Sean Bean). Mais quelqu'un qui comme moi a beaucoup aimé Taken, le film franco-américain de Pierre Morel ne peut pas trouver Missing bonne. Clairement parce que la série reprend tout simplement le principe de Taken mais en bien moins bon. Le sujet est presque bâclé finalement. Ce qui est dommage car il y a tellement de potentiel aussi bien de suspense que d'action. Je pense notamment au cliffangher où Rebecca se retrouve à se faire tirer dessus sur un pont à Paris alors que l'on sait pertinemment qu'elle ne peut pas mourir maintenant étant donné le fait qu'elle est l'héroïne de la série, et qu'elle est à la recherche de son fils.

Un ancien agent de la CIA dont la vie a été bouleversée par un événement tragique voit le sort la frapper à nouveau dix ans plus tard lorsque son fils disparait dans d'étranges circonstances alors qu'il suit des études à Rome. Commence alors pour elle une course contre la montre dangereuse à travers l'Europe...
vlcsnap-2012-03-16-10h40m25s20.pngvlcsnap-2012-03-16-10h57m31s41.pngL'histoire débute de façon très ennuyeuse. J'avais pu voir les 14 premières minutes de ce pilote grâce à ABC qui a décidé de nous "teaser" la série. Sauf que ce que j'avais vu c'est ABC qui tente de faire un remake de Taken avec les moyens aussi bien techniques que cette omniprésence de la musique signée The CW. Et c'est bien là le problème. Alors que Missing aurait pu nous faire voyager (ce qu'elle fait à moitié), finalement elle minaude tout et s'entiche alors à nous proposer ce que l'on ne peut pas vraiment apprécier : une production bas de gamme où Rebecca Winstone ne semble pas vraiment s'amuser. Elle patine la pauvre et le fait que la CIA la kidnappe directement dans le pilote pour lui faire un état des lieux était déjà trop rapide. J'aurais préféré que les menaces qui entourent le personnage soient moins claires et précises. J'aurais vraiment préféré que Missing soit donc plus mystérieuse, qu'elle rappelle un peu Identité Secrète avec le bon vieux Liam Neeson également. Car oui, je ne prend que des références avec Neeson, mais le pauvre est le seul à faire de bon films de ce genre là ces derniers temps à mon goût.

Missing c'est donc le Taken du pauvre, et la comparaison ne peut pas ne pas être faite étant donné que dans Taken c'est aussi un ancien agent qui tente de retrouver sa fille. Ashley Judd est sympathique mais elle a plus l'acabit d'une femme qui ne sait pas trop où aller ni comment s'y prendre. Ce qui m'a cependant surpris et que j'ai adoré c'est que la série utilise très bien le polyglotisme. On voit qu'il y a un effort du côté du scénario pour faire parler Rebecca en français, en russe, en italien, en anglais, etc… Tellement de langues que l'on en perdrait notre latin. Mais au moins, on voit que c'est une vraie production internationale. Au final, ce premier épisode était rythmé et de ce côté là, il n'y a pas grand chose à redire, mais il manque un supplément notamment au niveau de la production (l'utilisation massive de musiques The CW-esque, de lieu et de personnage chiants comme le moment chez le fleuriste avec Becca et sa meilleure amie, …). Judd est cool, Cliff Curtis en agent de la CIA fait un bon Saïd Taghmaoui (qui aurait été plus logique dans ce rôle). Et on attend avec impatience le retour de Sean Bean...

Note : 4/10. En bref, un pilote qui se rattrape sur les scènes d'action, derrière cette coquille vide qui n'arrive pas à nous faire voyager comme on le voudrait.

Commenter cet article