Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Mistresses. Saison 2. Episode 8. An Affair to Surrender.

24 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-23-22h27m42s194.jpg

 

Mistresses // Saison 2. Episode 8. An Affair to Surrender.


April continue de coucher avec Daniel avant que finalement tout cela ne s’achève à la fin de l’épisode. J’ai trouvé cette histoire légèrement ennuyeuse. Le problème c’est que April est loin d’être un bon personnage dans Mistresses. Il est pile poil tout ce que je déteste dans le sens où c’est terriblement ennuyeux et qu’il n’y a pas grand chose à attendre. Par la suite, je me demande ce qu’ils vont bien pouvoir faire dans le sens où cela manque cruellement de punch et d’intérêt finalement. April n’était pas le pire personnage de la saison au début de celle-ci et puis plus les épisodes sont passés et plus j’ai eu l’impression que l’on se moquait de nous. C’est la faute des scénaristes qui vont dans toutes les directions et qui ne cherchent pas à rendre ce personnage un peu moins mou. Du coup, à côté je préfère largement ce qu’ils font avec Savi. Au moins Dom est un peu absent de l’épisode ce qui rend le tout un peu plus efficace à mon goût puisque Dom est certainement ce que Mistresses a pu faire de pire (et oui, même pire que April). L’acteur n’a que sa belle gueule pour tenter de se faire une place dans la série à mon humble avis. Mais est-ce suffisant ? Je n’en suis pas si sûr. Je pense que c’est tout le contraire malheureusement.

Toni tente alors d’être amie avec Dom pendant que ce dernier n’est plus avec Savi et cette dernière décide alors d’acheter l’autre moitié de la maison détenue par Harry afin de la garder pour elle plutôt que de la vendre. C’est une économie de décor fort intéressante pour la série mais peu importe, de toute façon je pense que je préfère presque ce que Mistresses faisait l’an dernier avec Savi et Harry. Cela avait beau être légèrement ennuyeux par moment ces problèmes de couple, c’était tout de même un peu moins honteux que tout le reste. Mais c’est ça qu’il y a comme souci dans une série qui a des personnages qui peuvent nous raconter tellement d’histoires de coucheries mais qui se concentre sur ce qui est le moins intéressant. Pendant ce temps, je préfère largement ce qui se déroule avec Karen. Cette dernière va alors briser la glace au sujet de l’ex petite amie de Jacob qui est aussi sa patiente. Ce qui créé forcément un conflit d’intérêt entre les trois personnages. Elle ne veut pas avoir le suicide d’Anna sur les bras et je peux largement la comprendre. Mais la série s’amuse une fois de plus avec ses personnages et l’on ne peut pas mieux lui demander. Bien au contraire, puisque le résultat est au rendez-vous.
vlcsnap-2014-07-23-22h41m41s142.jpgEnsuite il y a Joss. Ce que je peux adorer cette dernière. Sa relation avec Scott est à la fois mignonne, compliquée et amusante. Ces trois adjectifs sont parfait pour cette relation dans le sens où Justin Hartley est en plus à son aise dans un rôle qui lui va comme un gant. On est loin de son rôle dans Revenge qui était malheureusement un peu décevant à mon goût. Mais l’on ne peut pas tout avoir non plus dans cette série et c’est ça qui est dommage. J’aimerais bien que la série cherche donc maintenant à faire tout grandir différemment avec un peu plus d’originalité. Pour ce qui est d’April et accessoirement de Savi bien évidemment. Parfois, j’ai l’impression d’être dans cette publicité des gels Durex quand je regarde Mistresses. Je ressens la même gêne. Non pas que parler de sexe me gêne, bien au contraire, mais uniquement car j’ai l’impression que c’est fait maladroitement. Heureusement que des personnages plus libres et amusants sauvent donc les apparences et donnent l’occasion à Mistresses de nous montrer un peu plus ce qu’elle a dans le ventre. Car après tout, elle parle d’un sujet ultra universel qui a donc énormément de potentiel.

Note : 5/10. En bref, je ne sais pas trop où est ce que Mistresses va cette année mais elle y va malgré tout.

Commenter cet article