Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Mr Sunshine. Saison 1. Episode 5.

8 Mars 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-03-08-16h52m56s200.png

 

Mr Sunshine // Saison 1. Episode 5. Crystal on Ice.


Il manque quelque chose dans cette sitcom et je pense que c'est des blagues. J'aimerais tellement rire devant cette série mais malheureusement j'ai du mal. Elle me fait sourire, tente de faire gigoter mes zygomatiques mais cela n'est pas une mince affaire. Je regarde tellement de comédies que pour me faire plaisir, il faut que je rigole. Alors bien sûr certains passages de l'épisode sont bons : je pense à la phobie de Crystal pour les Schtroumpf ou encore au duo Ben/Roman qui était excellent mais voilà, le reste est décevant.


Cette sitcom rase les murs avec des idées déjà vu dans d'autres comédie mais le tout est habillement caché en ne voulant pas faire de l'humour à tout prix mais juste une comédie sans grande prétention qui fait ce qu'on lui demande : sourire son téléspectateur. Alors certes c'est peut être déconcertant pour les fans de sitcom comme moi mais le drama de cette série laisse ressortir les faiblesses de l'écriture bancal des personnages. C'est peut être ce qu'il n'aurait pas fallu faire. Entre l'humour gras et l'humour pas drôle, il fallait tranché. Je pense que ce n'est pas dans la demi mesure qu'ils ont fait.

 

Cependant je ne peux pas en vouloir aux scénaristes de l'épisode d'avoir associé Ben et Roman. Les deux personnages étaient plutôt marrants ensemble mais encore une fois pas assez utilisés. L'épisode aurait pu vraiment prendre plaisir à faire n'importe quoi avec ces deux personnages mais on sent qu'ils sont sur la retenu et donc on nous balance une petite histoire tire larme pour Roman. Dommage. Au final, voilà un épisode encore une fois trop moyen et à l'usure cette sitcom semble ne pas parvenir à être bonne. Dommage.

Note : 4/10. En bref, il y a un manque certain d'inspiration, on sent les scénaristes déjà essouflés.

Commenter cet article