Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Necessary Roughness. Saison 1. Pilot.

30 Juin 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Eté

vlcsnap-2011-06-30-19h00m24s130.png

 

Necessary Roughness // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Je suis la plupart du temps friand des programmes d'USA Network mais le problème est que je commence un peu à roder le système avec ses personnages et ses intrigues. Necessary Roughness prend le milieu de la psychanalyse pour faire ses armes. Avec dans le rôle principal Callie Thorne (connue pour son rôle de Sheila dans Rescue Me) qui incarne cette psy, le Dr Dani, qui va devenir la psy particulière d'une équipe de football américain professionnelle. L'idée pour elle est d'avoir assez d'argent pour payer l'emprunt de sa maison et subvenir aux besoins de ses deux enfants terribles, après son divorce. Le pilot est assez lourd sur certains moments, des trucs sont bâclés, échaudés par une mécanique ronflante. Il y a du potentiel c'est certains, mais il faudra vite l'exploité au risque de tomber dans le déjà vu ennuyant.

Une psychologue sexy de Long Island, fraîchement divorcée, intervient auprès d'une équipe de football professionnelle afin de boucler ses fins de mois. Très vite, d'autres sportifs, musiciens ou politiques viennent la voir pour qu'elle les aide à supporter les affres de la célébrité.
vlcsnap-2011-06-30-19h29m02s162.pngLe Dr Dani est LE personnage. C'est ce que l'on voit et ce que l'on sent dès que l'on regarde ce premier épisode. On ne lui laisse pas répit. J'ai trouvé le début un peu trop rapide, notamment sur le comment elle découvre les multiples tromperies de son mari (comme si cela tombait du ciel). Son mari n'offre guère de bons moments plaisant, c'est plus un boulet qu'autre chose. Du côté des enfants, Lindsay fait sa crise, elle va conduire la voiture de sa mère sans permis et l'emboutir. Bref, du classique pas assez fonctionnel mais efficace. Cela permet de recentrer un peu les éléments familiaux de la série, et elle en a bien besoin.

Je ne suis pas un fan de l'univers du football, j'ai donc du mal avec tout ce qui est images de match mais l'utilisation est plutôt juste et pas trop énervante. Je pense juste que ce sera à la longue, voir la même chose, avec la même psy, j'ai peur de m'ennuyer royalement. Elle s'occupe cette fois de T.K (Mecah Brooks) et doit le remettre dans le droit chemin. Tout ce qui va se dérouler entre les deux personnages n'a rien de bien palpitant. C'est du dialogue de psy déjà ringard. Il n'y a pas de volonté de faire du neuf dans ce milieu, ce qui est dommage, car derrière le gros chèque, il aurait pu y avoir des choses expérimentales. Mais rien.

La relation entre Dani et Matthew (Marc Blucas) est ce qui m'intéresse le plus car ce n'est pas un simple coup d'un soir puisqu'elle va obtenir ce travail grâce à lui. L'ensemble est routinier mais a une certaine légèreté. Tout comme l'ensemble de ce premier épisode qui pose les bases d'une série correct avec du potentiel intéressant. J'ai peur que USA Network la transforme en série avec des cas hebdomadaires sans fond ni forme (surtout que l'ensemble de la partie "psy" est justement bancal). J'ai de l'espoir, pas forcément hâte de voir la suite, mais une curiosité certaine. C'est intelligent c'est déjà ça.

Note : 5/10. En bref, un pilot correct qui place les bases d'une série avec un potentiel. Malheureusement, le pilot oubli parfois qu'il doit accroché son téléspectateur.

Commenter cet article