Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale - Nick Amaro

30 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-05-29-21h16m24s209.jpg

 

New York, Unité Spéciale // Saison 15. Episode 24. Spring Awakening.
SEASON FINALE


L’année prochaine sera donc en partie consacrée à Olivia s’occupant d’un bébé. En jouant la carte de la famille d’accueil, je pense que la série va pouvoir explorer d’autres univers et surtout d’autres émotions. On sait à quel point Olivia aime venir en aide aux enfants mais pour le coup ce n’est pas son enfant et ce n’est pas un enfant maltraité. C’est simplement un enfant qui a besoin d’un toit. J’ai trouvé le geste touchant et la perspective nouvelle et intelligente. Cela va permettre à SVU de trouver de nouvelles choses à raconter sans pour autant sortir de sa bulle assez classique. Par ailleurs, si je dois comparer « Spring Awakening » au season finale de l’année dernière, celui-ci est assez décevant. Il ne porte pas suffisamment les fruits de la scène finale de l’épisode précédent. On nous a plus ou moins promis de mettre en danger la carrière d’Amaro sauf que la série ne fait pas grand chose pour s’y intéresser. Bien au contraire, on a plutôt l’impression que celle-ci s’attarde sur des choses pas très intéressantes comme un cas de la semaine qui arrive comme un cheveu sur la soupe. Le côté classique du cas n’apporte donc rien à l’épisode si ce n’est l’occasion pour Amanda de clôturer une enquête et donc pour tout le monde d’aller dans le bon sens. Le plus intéressant c’est la dérive d’Amaro sauf que les dialogues et la manière dont le système est exploité manque cruellement de fond.

Du coup, il faut plutôt se contenter du reste et notamment de l’apparition de Richard Belzer alias Munch. Disparu au début de la saison ce dernier revient faire une petite visite dans la série histoire de discuter un peu des problèmes de violence d’Amaro. La scène était assez sympathique car elle joue sur les sentiments du téléspectateur à l’égare de la série. On a le retour d’une vedette de la série avec l’un des poulains actuels qui est en danger. En somme, tout ce que l’on peut demander de mieux de la part de cette série. Le procès d’Amaro est assez bâclé, plus ou moins laissé tomber par l’épisode alors que celui-ci donne un peu plus de place à l’excellent Murphy. Donal Logue aura donc été un très bon atout dans la saison et à la fois plein de compassion pour tout le monde. Je pense que Donal Logue aurait très bien pu faire un très bon remplaçant de Cragen dans la série sauf que ce n’est pas lui qui a hérité du poste mais bien Olivia. Justement, Olivia, qui est l’héroïne de la série, n’est pas le personnage le plus mis en avant dans cet épisode. Bien au contraire, on a l’impression qu’elle est très en retrait, analysant ce qui se passe avec son équipe. Le regard que SVU tente de porter sur l’équipe avec les conséquences de l’affaire Amaro ne sont pas dénuée d’intérêt. C’est aussi la preuve que SVU a beaucoup grandie.
vlcsnap-2014-05-29-21h06m59s189.jpgJe me souviens encore de cette année où Dick Wolf parlait de la franchise Law & Order comme d’une franchise où les personnages ne sont pas importants car ce sont les histoires qui incarnent les épisodes et donc la série. Je ne suis toujours pas d’accord là dedans mais peu importe, il y a un revirement de situation qui a été fait depuis le départ de Stabler de la série. Mais cet épisode est assez décevant pour un season finale. Je pense que c’est dommage dans le sens où elle a été capable de produire tellement de bien meilleures choses auparavant. Cet épisode est aussi la preuve qu’au fond, SVU a été un peu au dessus de la moyenne cette année. Cet épisode subit une solide et très bonne saison, consistante d’épisodes en épisodes. Du coup, c’est à ce moment là que l’on était en droit d’attendre un dernier épisode particulièrement solide. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’y a pas un travail qui est fait sur les dialogues (notamment au tribunal) mais ce qui aurait été peut-être plus intéressant c’est de suivre durant les deux derniers épisodes de la saison la même histoire avec d’un côté le procès du pédophile en devenir et de l’autre celui d’Amaro. Mais il n’y a pas tant de liens que ça car les deux épisodes semblent se vouloir indépendants l’un de l’autre.

Note : 5/10. En bref, malgré tout le potentiel, l’épisode m’a déçu.

Commenter cet article