Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Odysseus. Saison 1. Episodes 4, 5 et 6.

21 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-06-21-11h44m40s171.png

 

Odysseus // Saison 1. Episodes 4, 5 et 6. Faut-il tuer Télémaque ? / Mélénas / Le retour d'Ulysse.


La série de Frédéric Azémar prend de plus en plus d'épaisseur en développant ses personnages et ses intrigues dans ces trois nouveaux épisodes. Ce que j'aime dans cette série c'est qu'elle développe quelque chose de particulièrement passionnant sur la longueur. Odysseus n'est pas une série qui se déguste sur une poignée d'épisodes mais bel et bien sur toute une saison. Malgré tout, il y a quelque chose d'étrange dans cette série. En effet, on se rend compte à quel point les relations entre les membres de la famille de Penelope et Ulysse sont bien plus étranges que l'on ne pourrait le penser. J'ai trouvé assez pervers la scène où Ulysse demande à son fils Télémaque de lui tailler la barbe alors qu'ils sont tous les deux à moitié nu, sans parler de leur petit combat de lutte dans l'eau. C'était quand même assez tendancieux. Un peu comme pouvait l'être la relation entre Pénélope et son fils. A la fin de l'épisode 3, Pénélope se faisait presque violée. Elle risque alors la destitution et est convoquée devant l'assemblée des hommes libres.

Afin de gagner du temps, Télémaque créé un enjeu différent et lance alors une rumeur selon quoi Ulysse serait de retour sur ses terres. Mais cela ne fonctionne pas et Antinoos, adversaire de Léocrite, prend le pouvoir par la force. Personnellement, j'ai troucé l'idée de mettre encore une fois Télémaque au milieu d'un combat était assez pompeux. Disons que l'on avait déjà vu ça deux épisodes plus tôt alors bien entendu j'étais déçu. Mais ce n'est pas bien grave. Il y a tout de même pas mal de très bonnes choses à voir dans Odysseus. Et notamment les enjeux qui se dessine. Le côté épopée politique avec cette jalousie ambiante vis à vis du trône d'Ithaque ou encore cette ambiance de trahisons et de vengeances, tout cela me fascine. C'est ce qui fait le succès de ce genre de séries finalement et bien que Odysseus ne soit pas ce qu'il y a de plus fin au monde (certaines lignes de dialogues font grise mine tout de même), le tout fonctionne plutôt bien malgré tout grâce à une belle énergie de la part des membres du casting.
vlcsnap-2013-06-21-11h41m05s78.pngA commencer par Niels Schneider. Ce n'est pas le meilleur membre du casting de Odysseus, mais ce que j'aime bien chez lui c'est son côté complètement décomplexé. Il ne se fait pas avoir par l'histoire et joue donc assez bien. Il apporte son propre truc à son personnage alors qu'au fond, l'histoire de Télémaque n'a pas grand chose à nous servir. D'ailleurs, sa relation avec Cléa commence sérieusement à devenir assez niaise et ennuyeuse. Contrairement aux histoires de coeur de Pénélope avec Ulysse. C'est tout de suite bien plus intéressant. On sent que derrière se cache une sorte d'épopée grandiose. Le retour d'Ulysse se fait dans "Mélénas" et ce de façon assez tranquille. Odysseus développe donc un peu plus la mythologie des personnages et forge un peu plus le mythe d'Ulysse alors que celui ci prépare son grand retour. J'aime bien comment il revient, en se faisant passer pour un mendian alors que son fils vient tout juste de remporter un combat lui faisant gagner le trône d'Ithaque.

De ses imperfections, Odysseus se taille une belle petite histoire assez bien ficelée. Au fond, le scénario n'est pas mauvais et Frédéric Azémar s'accapare les mythes avec une certaine légèreté. Dans son adaptation on sent qu'il y a une volonté de nous raconter tout un tas de choses. Outre les enjeux de la relation entre Ulysse et Pénélope, qui sont plutôt bien définis dans deux épisodes (5 et 6) de cette petite salve. Il y a également les enjeux du retour d'Ulysse qui sont assez bien mis en scène. Cela passe entre autre par un pacte avec Léocrite, l'arrivée de Mélénas le roi de Sparte à Ithaque pour lui venir en secours dans "Mélénas", ... Toutes ces choses participent à transformer une série médiocre en une série avec un peu plus d'ambition. Alors certes, tout n'est pas parfait et certaines idées tombent à l'eau mais globalement on s'ennui moins maintenant que lors des deux premiers épisodes de la saison qui étaient tout simplement grotesque. L'autre idée c'est de tisser des liens entre Ulysse et son fils.
vlcsnap-2013-06-21-11h59m23s40.pngCe n'est pas aussi simple que l'on ne pourrait le croire. Les épisodes 5 et 6 tentent de faire quelque chose d'assez efficace dans ce registre là et avec une certaine efficacité. Je ne pouvais pas demander mieux. Ce que je regrette cependant c'est qu'ils transforment cela en relation étrange et presque incestueuse. Alors il est vrai que Odysseus prend de plus en plus à coeur de se transformer en série péplum tout en conservant ce côté un peu décomplexé envers les diverses sexualités, mais bon... dans ce cas ci, c'est très étrange. L'apparition d'Homère, dans le rôle du scribe, incarné par un Jérémie Pétrus assez cocasse (disons que le côté timide du personnage ressort assez bien) se fait par la petite porte. Ses diverses interractions avec les autres membres du casting de la série sont plutôt légères. On sent que l'on ne veut pas tout nous dire pour le moment. Mais ce qui est certain, c'est qu'il a pas mal de choses à nous raconter et il en aura également à écrire.

Finalement, de ces trois épisodes je reconnais une certaine cohérence et j'adhère. Les intrigues s'entremêlent de façon efficace, sans trop ennuyer le téléspectateur. Il y a toujours des défauts comme la relation entre Télémaque et Cléa qui deviennent particulièrement ronronnante et ennuyeuse. Ou encore le côté philosophique du personnage de Pénélope qui ne veut qu'amour et paix sur l'île d'Ithaque. Tout cela est quand même très niais. Mais globalement ce n'est pas totalement dénué d'intérêt. Autre regret, les décors qui font de plus en plus petits à mes yeux. On est assez loin du côté grandiose de ce que pouvaient faire ces populations à l'époque de la Grèce antienne. Du coup, la réalisation de Stéphane Giusti manque parfois de rythme et de finesse.

Note : 5.5/10, 6/10 et 5.5/10. En bref, trois épisodes plus égaux.

Commenter cet article