Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Once Upon a Time. Saison 1. Episode 8.

9 Janvier 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Once Upon a Time

vlcsnap-2012-01-09-20h27m49s77.png

 

Once Upon a Time // Saison 1. Episode 8. Desperate Souls.


Depuis le début de la saison, Once Upon a Time a trouvé le moyen de me surprendre à chaque épisode, tout terminer en décembre dernier sur un épisode pour le moins excellent et surtout à la mesure de que l'on peut attendre de cette série. Ce nouvel épisode manquait d'une dose de ce qui faisait l'originalité du précédent. C'est un retour en forme je vous l'accorde, car la série nous offre tout de même du bon divertissement aussi bien à Storybrook qu'à Storybrooke. Rumplestiltskin est un des personnages les plus fascinant de cette série, donc forcément un épisode centré sur son passé et son histoire est d'autant plus intéressant et surtout excitant. Robert Carlyle est à la hauteur de son personnage, livrant une performance intéressante et droite. Sans compter ses regards vilains, et son côté pervers. Il est efficace c'est indéniable. Je pense qu'il était difficile de trouver mieux dans le petit monde des séries pour incarner ce fou.

Et dans cet épisode on va développer un peu plus son passé à Storybrook. On apprend donc qu'il était un père de famille avant de devenir cet assassin et passeur de contrats. L'idée est judicieuse mais manque clairement de fond. Le traitement n'est que superficiel, ce qui est vraiment dommage. Car j'avais vraiment envie de voir cette histoire mais les éclaircissements apportés ne sont pas des plus satisfaisants à mon goût. On va cependant en découvrir un peu mieux sur le personnage, et notamment sur le fait qu'il ne voulait pas que son fils soit sacrifier à la guerre. Un père de famille brisé, qui s'est retrouvé à tuer et à prendre l'identité de Rumplestiltskin afin de se faire respecter. Bien sûr, j'espère que l'on reviendra sur le personnage car il y a tellement de choses à raconter encore. Pendant ce temps, on nous révèle pourquoi il est obsédé par les contrats mais également par les enfants (on connait son obsession pour avoir voulu le bébé de Cendrillon par exemple ou encore son intérêt tout particulier pour Henry) et enfin on en connait un peu plus sur le "prix" dont il parle toujours.
vlcsnap-2012-01-09-20h33m55s146.png"Magic always comes with a price" comme il le dit si souvent. Du côté de Storybrooke, les choses sont bien plus intéressantes. Mr Gold va proposer son soutien à Emma. En effet, cette dernière se retrouve en compétition face à Sydney Glass pour obtenir le poste de shérif qui s'est libéré avec la mort de Graham (donc le pauvre est bien mort. Je pense que je suis encore ému de cette mort, touchante et surtout très bien foutue). Même si l'ensemble piétine, on avance quand même et puis le face à face entre Emma et Regina est tout de même de bonne facture. On ne peut pas nier la qualité de certains moments. Sauf le passage avec le feu, ridicule au possible qui m'a fait littéralement hurlé de rire. Notamment à cause des regards des deux actrices, tout aussi bête que l'intrigue en elle même. Mais bon, Jennifer Morrison est une fois de plus intéressante, elle nous permet de faire le bien à Storybrooke (ou de tenter en tout cas) et de tenir tête à Mr Gold (seule à être vraiment arrivé à le faire, si l'on ne compte pas Regina).

Enfin, l'épisode laisse donc la part belle aux personnage principaux, avec une mise en avant plutôt correcte de Rumpelstiltskin, même si sur certains points de l'épisode c'était décevant (on ne va pas suffisamment au bout des choses). Au final, ce nouvel épisode de Once Upon a Time n'était pas mauvais mais il manquait quelque chose. Je regrette notamment la prestation trop fine et feignante de Giancarlo Esposito qui veut trop jouer au personnage Disney et qui se brûle les doigts. Il est bien sympathique pour sourire, mais voilà, je préfèrerai largement le voir aussi méchant que dans Breaking Bad, prêt à tout, avec ses regards vicieux et surtout sa stature qu'il est bien le seul à pouvoir interpréter. Malgré tout, l'épisode m'a fait passé un bon moment, et nous a permis d'en découvrir un peu plus sur Rumpelstiltskin, ce qui permet de voir que ce n'est pas du tant perdu.

Note : 7/10. En bref, un bon épisode mais manquant de fond sur le personnage si complexe de Rumplestiltskin

Commenter cet article

Vincent 09/01/2012 23:17


Tout d'abord, bonne année !!! Cette série m'avait vraiment manqué ( en attendant, j'ai commencé à regarder Nikita et j'ai vu que tu en disais plutôt du bien donc ça me rassure pour la suite). Le
personnage de Rumple-truc est tellement intéressant que forcément on en attend beaucoup plus dans le monde imaginaire. Je trouve au contraire que l'évolution du père de famille en
psychopate a été très bien menée et je pense même qu'on aura le droit à un autre épisode centré sur ce personnage. Du côté "monde réel", j'adore de plus en plus la brune qui joue la
garce à la perfection (un peu aidée par le maquillage quand même) et le trio Mr Gold - Régina(pas la pizza hein !) - la blondasse fonctionne à merveille et annonce de futurs coups bas. Vivement
la suite.


P.S. : Plus qu'une semaine avant Alcatraz !!!!!!!!!!