Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Outland. Saison 1. Pilot (Australie).

9 Février 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-02-09-18h29m51s15.png

 

Outland // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Les australiens lançait hier une toute nouvelle série. Le sujet était un groupe de fan de SF qui ont une particularité : ils sont gays. Chacun des personnages va représenter un cliché entre le twink de bonne famille, le bear, le chub efféminé et la lesbienne (bon, elle a pas eu de chance, elle est dans un fauteuil roulant). Cette petite comédie débute donc avec un premier épisode qui est sensé nous présenter Max. Ce dernier va rencontrer un beau jeune homme, va passer une super journée avec lui sauf qu'il a honte d'une chose : être fan de science fiction. Il a un appartement bourré d'objets collectors de séries de SF comme les Daleks de Doctor Who (série qui va être citée à plusieurs reprises dans la série, et Andy, un autre personnage va même jusqu'à enfiler un costume de Dalek durant l'épisode), on bien un alien en plastique. On peut être fan de Stark Trek aussi. Il y a pas mal de référence mais aussi la création d'une fausse série de SF : Space Nation dont le groupe est fan. Max est donc quelqu'un qui a plus honte d'être un fan acharné de SF plutôt que de sa bande d'amis qui on peut dire : est un cliché à elle toute seule.

La vie et les amours des membres d'un fan club de science-fiction gay.
vlcsnap-2012-02-09-18h29m52s28.pngOutland est une série particulière qui lie deux mondes stratégiquement plutôt bien lié : les geeks et les gays. Deux univers qui se marient très bien dans la série. Sauf que voilà, le soucis c'est que l'épisode veut trop en faire, que les personnages et leurs caractères ne m'ont pas spécialement touché. J'ai beaucoup aimé Dylan, le pauvre homme normal qui se retrouve au milieu de tous ces cinglés de SF. Nous vous méprenez pas, j'adore la SF moi aussi. Bon, pas autant qu'eux. Du coup, j'ai eu mal pour Dylan. Il se retrouve au beau milieu d'une histoire qui ne semble même pas l'intéresser. Il aime bien Max, il veut sortir avec lui, mais il faut juste qu'il laisse un peu de côté sa fanitude. Ce qu'il ne veut pas. J'ai des doutes sur le fait que l'intrigue de la série puisse vraiment tenir sur le long terme. Cependant les personnages ont chacun leur potentiel. Cette semaine c'était sur Max que l'on centrait l'histoire, et il reste une galerie de personnages derrière. Comme Toby le twink de bonne famille qui semble encore plus geek que les autres et cacher des choses pas super catholique derrière ses gros yeux. J'ai fais quelques petites recherches ne connaissant pas les acteurs, ce dernier est incarné par Ben Gerrard, un nouvel atome gay australien à suivre d'après le GNN.

Et puis il y aussi Rae, la lesbienne qui s'est faite larguée par Simone, sa petite amie, tout simplement parce qu'elles ont eu une altercation assez violente. Là aussi il y a pas mal de potentiel. Le fait que la série ne raconte pas toujours la même histoire du même point de vue va me plaire. Mais pour le moment le pilote n'offre rien qui donne envie de revenir la semaine prochaine. Clairement c'est très simpliste, et ça casse pas trois pattes à un canard. On sent que même si l'on vit cette SF (ce qui change des séries qui ne font que citer des noms ici et là, je pense à Big Bang Theory par exemple, même si cette dernière est encore plus particulière car elle a déjà fait des épisodes nous plongeant dans ce monde là également). Bref, au final, je n'ai pas été transcendé par ce premier épisode. Je l'ai trouvé banal, malgré l'avalanche de clichés qui met clairement l'ambiance (notamment durant la scène où tout le monde s'engueule ici et là). Je vais regarder toute la première saison, ce n'est que 6 épisodes mais il va falloir muscler tout ça. Et je pense que garder Dylan dans le groupe aurait pu être bénéfique à la série.

Note : 3.5/10. En bref, un pilote bourré de fautes malgré un sujet de base curieusement intéressant. C'est bordélique.

Commenter cet article