Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Parade's End. Saison 1. Episode 2.

1 Septembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2012-09-01-20h28m52s139.png

 

Parade's End // Saison 1. Episode 2. Two.


La petite nouvelle série ambitieuse de BBC Two continue de développer son univers. Après un très joli premier épisode, un peu trop lissé, le second épisode garde le ton et permet aussi de voir vers où la saison veut aller. Il y a toujours de bonnes choses même si je regrette le lapse trois ans entre la fin de l'épisode un et ce second épisode. Malgré tout, Parade's End quitte presque le monde lyrique qu'elle s'était construit dans ses premiers retranchements pour nous livrer quelque chose de plus classique dans le monde des séries d'époque. Nous suivons forcément les aventures de notre héros mais également des personnages féminins haut en couleur. Car même si Benedict Cumberbatch est excellent, je trouve que Rebecca Hall qui incarne la divine Sylvia Tietjens lui vole complètement la vedette. Car au fond, Benedict qui incarne Christopher Tietjens, son mari, est une sorte de tapisserie dans la série. Il est là pour justifier tout cette adage féminin. Et ce n'est pas plus mal finalement.

Il faut notamment du coup de coeur que j'ai eu dans cet épisode pour Adelaide Clemens dans le doux rôle de Valentine. Cette jeune fille si innocente et charmante, qui n'a qu'une envie finalement : vivre pleinement sa vie. Et puis de l'autre, on a Sylvia, toujours aussi sublime et surtout excellente qui tente de rester chaste et surtout comme son mari le veut. J'ai notamment adoré tout le pan de l'épisode sur la fameuse histoire de la conception des bébés. C'était assez amusant et aussi symptomatique de cette époque là. Finalement, au delà du côté ultra poli (c'est souvent un peu chiant d'ailleurs) de la série, on va un peu plus loin et on parle aussi des problèmes de cette époque. Les personnages restent aussi singuliers mais proches de ce que l'on attend d'eux. Christopher est assez en retrait je trouve finalement dans ce nouvel épisode. Et ce n'est pas une mauvaise chose. Rebecca Hall sait très bien porter la série sur ses épaules. Je me demande même pourquoi tout ne tourne pas uniquement autour d'elle.
vlcsnap-2012-09-01-19h42m33s250.pngParade's End est une série assez complexe finalement qui tente de jongler entre plusieurs thèmes. Au delà du romantisme classique (et assez assommant pour certaines parties), on va jusqu'à parler de monogamie, de droit des femmes (un thème passionnant à élaborer dans une série très féminine justement), de l'idéalisme également sans compter sur les vieux us que l'on continuent de perpétrer alors que finalement, on pourrait choisir d'évoluer. Au final, ce nouvel épisode fait évoluer pas mal de choses dans la série. Je ne sais pas ce qu'elle avait voulu raconter au départ, dans la fin de l'épisode laisse encore une fois espérer une nouvelle aventure passionnante la semaine prochaine. Ce parallèle entre l'opéra et les coups de feu était d'ailleurs un choix intéressant dans la mise en scène de l'épisode. Cela participe encore une fois à ce côté belle série que j'aime bien. Maintenant il va falloir rester sur ce chemin si l'on veut que Parade's End puisse voler de ses propres ailes.

Note : 7/10. En bref, une série toujours jolie qui cherche à parler de choses plus importantes que l'amour à une époque très romanesque et portée sur les valeurs strictes du terme.

Commenter cet article