Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Parade's End. Saison 1. Pilot (UK).

25 Août 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2012-08-25-14h38m16s195.png

 

Parade's End // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Parade's End est sûrement l'un des dramas les plus attendus de l'année. La présence de Benedict Cumberbatch au casting n'y est pas étrangère. L'acteur s'est fait une petite (et excellente) réputation depuis qu'il est le héros de la série Sherlock de Steven Moffat. Et à juste titre. L'acteur mérite amplement toutes ces louanges. Nouveau period-drama de la BBC Two, Parade's End se veut ambitieuse. En effet, Tom Stoppard s'est attaqué à l'oeuvre de Ford Madox Ford. Autant dire que tout n'était pas gagné d'avance. Cumberbatch avait essuyé quelques railleries plus tôt cette année quand il avait critiqué Downton Abbey. En gros, il considère que Parade's End est bien mieux que cette dernière. Sur ce point là, je ne suis pas d'accord. Alors certes, Parade's End est magnifique. Il n'y a rien à redire sur les décors et sur le soin qui a été apporté à la réalisation de ce premier épisode (et de ce qui sera la suite de la série). On sent qu'il y a une envie de nous proposer une aventure belle et merveilleuse. Mais Downton Abbey a quelque chose de différent. C'est même dans ses imperfections qu'elle est parfaite.

Les préoccupations d’un aristocrate anglais, à la fin de la 1ère Guerre mondiale, pris dans un complexe triangle amoureux entre sa belle et cruelle épouse et une jeune suffragette.
vlcsnap-2012-08-25-14h42m05s178.pngParade's End est assez surprenante dans son ensemble mais il faut apprécier le style anglais, très représenté. Je pense que cette série sera même difficile d'accès aux Etats-Unis ou encore dans des pays éloignés de l'Europe. Il y a un certain sens du phrasé, et du regard qui est posé sur les personnages. Justement, c'est presque là que cela coince. Le script de Stoppard est très beau, fin et parfait. Mais justement, c'est beaucoup trop polissé à certains moment. On a l'impression que Parade's End veut nous faire la révérence à longueur de temps. Si l'introduction de l'épisode est plutôt bonne et nous permet de nous plonger dans un univers particulièrement intéressant. Petit à petit, Parade's End tente des choses plus proche de la contemplation. Pas forcément ce que l'on recherche dans un drama ambitieux. On n'est pas là pour admirer mais là pour savourer. Alors il y a évidemment ce triangle amoureux qui commence à prendre forme. J'ai trouvé assez intéressant toute ces scènes religieusement belles. L'amour doit être Shakespearien. Et il l'est… en grande partie.

La série tente donc la grandiloquence et la démonstration de grands moyens. Cela réussi plutôt bien à la série aussi parce que le casting est bon. Benedict est parfait. Il incarne cet aristocrate avec beaucoup de charisme et de charme. Sans compter sur la présence de la belle Adelaide Clemens sous les traits de Valentine. Pour ceux qui ne connaissent pas l'actrice de nom, on avait pu la voir dans X Men Origins entre autres. Le casting est complété par d'autres grands noms anglais comme Rupert Everett, Rebecca Hall ou encore Rufus Sewell. Au final, Parade's End offre un premier chapitre intéressant. Il dévoile pas mal de choses et s'avère assez beau à regarder. C'est un drama fin et raffiné. Son style très anglais pourra déplaire à certains, mais séduire d'autres. Je suis plutôt conquis. J'attends de voir ce que la suite a à nous offrir pour être sûr de mes dires. Mais il y a une ambition certaine qui se dégage ce de premier épisode. Celle d'aller peut être encore plus loin que la simple romance.

Note : 7.5/10. En bref, un premier épisode ambitieux pour un très beau period-drama anglais.

Commenter cet article