Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Parenthood. Saison 5. Episode 6. The M Word.

1 Novembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Parenthood

vlcsnap-2013-10-31-19h53m10s219.png

 

Parenthood // Saison 5. Episode 6. The M Word.


J’ai vécu deux beaux moments dans cet épisode qui m’ont ému jusqu’aux larmes. Je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce que cette saison 5 de Parenthood décolle aussi tard mais finalement c’est avec grand plaisir que je retrouve la série que j’aime depuis la semaine dernière. L’intrigue de Kristina aurait très bien pu être ratée. En tout cas au début de la saison elle partait légèrement du mauvais pied. Je ne dis pas que je n’avais pas envie de voir Kristina devenir Maire mais disons que ce n’était pas vraiment ce que j’attendais du personnage. Mais ce qu’elle a vécu avec son cancer a complètement changé le personnage et c’est de là que Jason Katims est parti afin de développer quelque chose de plutôt mignon. J’ai donc eu pile poil ce que je voulais mais quelques épisodes plus tard. Il a fallu attendre le grand débat entre les trois candidats, Kristina, Bob Little et quelqu’un d’autre dont tout le monde se moque étant donné que de toute façon la bataille se fera entre Bob et Kristina. Mais j’ai trouvé ce débat particulièrement touchant, notamment car il exploite à merveille l’univers du personnage, son côté touchant, son histoire, sa famille. Le moment où elle commence à éclater en sanglots en parlant de Max m’a bouleversé.

Et pour tout vous avouer, je le suis encore en écrivant ces lignes. Monica Potter est devenue l’une des mes actrices préférées du casting de Parenthood au fil des années et l’an dernier elle eu raison de moi à plusieurs reprises. Elle était égale à elle même encore une fois cette année. En soi, je dois avouer que Parenthood est une série magnifique mais parfois elle peut-être encore plus et elle force le respect dans ce genre de moments là. Cette intrigue est donc parvenue à devenir réellement efficace et puissante émotionnellement. En plus de ça, elle parvient à intégrer le téléspectateur et son implication émotionnelle dans la série. On ne peut pas rêver de mieux, loin de là. C’est pile poil ce que je veux voir dans cette série. Avant le débat, la préparation était intéressante même si elle nous tease l’une des grosses phases du casting. En effet, j’ai trouvé presque dommage que la directrice de campagne de Kristina lui suggère de parler de la maladie de son fils. J’aurais aimé que cela vienne de façon plus spontané. Cela aurait été plus touchant et plus intéressant. Mais bon, l’impact émotionnel reste entier lors du débat donc je reste ravis malgré tout.
vlcsnap-2013-10-31-19h49m46s231.pngCe qui fait la force de Parenthood également c’est Sarah. Je sais que certains n’aiment pas trop ce personnage et je dois avouer qu’elle s’est perdue en quittant l’amour de sa vie (enfin, Jason Ritter) pour ce mou de Hank. Mais elle a tenté de se rattraper avec ce nouvel épisode alors qu’elle nous a prouvé avec beaucoup de force et de caractère qu’elle pouvait être une mère. Le fait qu’elle ne veuille pas que sa fille se marie est compréhensible, elle retranscrit la peur de sa mère sur sa fille maintenant. Sauf que Amber et Ryan ce n’est pas Sarah et Steve. Du coup, elle devrait comprendre, surtout avec la scène finale de l’épisode précédent que Ryan est l’homme qu’il faut à sa fille. J’ai été quand même bouleversé par la scène finale de l’épisode où Amber et Sarah se retrouvent enfin. Après plusieurs épisodes de brouillent ou encore à se questionner sur cette histoire de mariage, Sarah accepte enfin que sa fille se marie et surtout de participer à l’évènement. Je me demande si Amber ne s’est pas déjà marié (le regard du personnage à la fin de l’épisode était presque suggestif).

De plus, Amber laisse à penser que cela s’est passé aussi bien en ayant demandé à Drew d’être son témoin ou encore dit à sa mère qu’ils ont fait la fête tous les deux hier soir. En soi, tout est là pour que l’on pense qu’ils se sont déjà mariés. Camille va dire à sa fille Sarah que ce qu’elle a regretté c’est d’avoir été contre, car elle a raté quelque chose, un moment important de la vie de sa fille. Du coup, je dois avouer que l’idée qu’elle revienne sur le devant de la scène mais déçue (car je suppose que Amber va malgré tout faire penser à sa mère qu’elle ne s’est pas mariée) pourrait apporter du drama supplémentaire. Ce que j’ai malgré tout aimé c’est la manière dont les deux personnages évoluent. D’un côté Sarah qui tente de comprendre les motivations de sa fille au fil de l’épisode jusqu’à ce qu’elle ait une discussion avec sa mère (cela fait plaisir un épisode sans Hank tout de même vous ne trouvez pas ?) et puis d’un autre côté Amber qui veut se marier et exclue alors sa mère de cet événement en demandant à Drew d’être là pour elle.
vlcsnap-2013-10-31-19h28m54s0.pngD’ailleurs, la saison semble avoir abandonné Drew pour le moment. Ce qui n’est pas plus mal. L’intrigue entourant le personnage était tellement décevante et ennuyeuse que j’ai vu ici quelques chose de beaucoup plus intéressant : le mettre de côté. Il faudrait un truc fort émotionnellement pour le personnage et à moins qu’il ne fasse son coming out, je ne pense pas qu’il soit possible de faire quelque chose de fort avec lui (pour le moment en tout cas). Ce sont donc les deux moments forts de l’épisode. Mais cet épisode avait également d’autres choses à nous raconter comme par exemple avec Camille et Zeek qui commencent à faire quelques visites d’appartement sauf que Camille se rend compte que Zeek ne serait pas heureux dans un tel endroit et l’intrigue de la vente de la maison s’envole avec. Ce n’était pas très bon et pas très mémorable mais c’était malgré tout intéressant de se plonger dans la vie des séniors quand ils commencent à penser à leur futur et peut-être à se libérer d’un bien. Je pourrais faire un parallèle avec mes parents, je suis certain que les parents reproduiront cette intrigue plus tard quand ils seront seuls et que fous les enfants seront partis.

Note : 9/10. En bref, je retrouve le Parenthood que j’adore.

Commenter cet article