Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Person of Interest. Saison 1. Episode 8. Foe.

18 Novembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Person of Interest

vlcsnap-2011-11-18-20h58m53s57.png

 

Person of Interest // Saison 1. Episode 8. Foe.


Beaucoup de gens critiquent la série, et l'épisode 7 dernier épisode diffusé en date était tellement bon. Voilà qui est donc réjouissant à voir. Les scénaristes auront mis le temps à trouver le ton. Notamment en prennent le temps de placer les intrigues, les personnages. Je ne peux pas dire que j'ai pas aimé tout les épisodes précédents, car j'aime beaucoup cette série. C'est une procédurale qui, à défaut d'être la meilleure de l'année, reste suffisamment bonne et originale pour nous séduire. "Foe" est un stand-alone, un épisode qui n'aura donc pas de suite et qui n'impact pas sur la mythologie même de la série. La machine tire le niveau d'un certain Wallace Negel, un homme disparu en 1989 de tous les radars et qui réapparait d'un coup en laissant des cadavres des anciens de la Stasi derrière lui. Judicieusement la production a choisie d'inviter Alan Dale afin d'incarner Wallace. Forcément, vu qu'il y a J.J Abrams à la production, créateur de Lost, il faut s'attendre à ce qu'il y est justement des acteurs de la série venant faire un petit tour dans celle ci. Je pense notamment au fait que Michael Emerson (Ben dans Lost) est au générique de la série.

Cet épisode bougeait bien, les éléments se mettent rapidement en place avec notamment cette scène dans Grand Central Station. New York est un paysage fou, bon, glauque, et surtout assez bien représenté (pour sa violence et son côté brut dans certains quartiers) par la série. Elle y est au coeur, et c'est avec une assez grande efficacité que l'on se laisse bercer par les lieux. Grand Central apporte d'ailleurs un peu de chaleur, le lieu étant très "chaud" au niveau des couleurs, et de l'ambiance de gare. L'histoire sous forme de relent de l'histoire de l'Allemagne et de la Stasi, avec une histoire d'amour à la clé qui finie mal quand la femme de Wallace découvre que ce dernier est en fait un tueur. Elle ne voulait plus le voir, et c'était pour ça qu'elle avait disparu. Forcément, quand on y voit comme une simple petite histoire d'amour qui va mener au meurtre, c'est assez creux mais le scénario offre de la densité en imposant à ses personnages de réfléchir un peu plus, de nous offrir une sorte de petite alternative intéressante. 
vlcsnap-2011-11-18-19h05m06s147.pngLe fait que Reese va se retrouver en quelque sorte connecté avec Wallace. Un va donc avoir une nouvelle salve de flashbacks. C'est donc pas mauvais, je trouve même que c'est intéressant. Plus on en apprend sur les personnages mieux c'est au fond. Sans compter que c'est intégré à l'épisode de façon plus lisse par rapport à l'épisode flashback sur Reese au début de la saison. On va retrouver ce qui va changer sa vie après le départ de Jessica avec l'arrivée du personnage de Stanton, et je ne sais pas trop pourquoi. D'un côté j'ai envie que cette histoire continue, mais d'un autre j'ai envie d'en voir plus, et notamment de voir des liens dans ses missions avec Finch. Ce serait quand même excellent de créer un gros twist autour de tout ça. Surtout que l'un l'autre se cachent pas mal de choses, notamment leurs vrais identités. Au final, voilà un bon épisode maîtrisé du début à la fin. Il y avait certains trucs qui m'ont gêné, mais qui sont plus du domaine du déroulement des intrigues que j'attendais un peu différemment. Cependant ce n'est pas grave et j'espère que la suite de la saison livrera d'aussi bons épisodes.

Note : 7/10. En bref, les scénaristes offrent une maîtrise complète de leur histoire. Excellent.

Commenter cet article