Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Person of Interest. Saison 3. Episode 15. Last Call.

27 Février 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Person of Interest

vlcsnap-2014-02-26-22h47m51s79.jpg

 

Person of Interest // Saison 3. Episode 15. Last Call.


Je ne sais pas si vous avez vu le film The Call de Brad Anderson avec Halle Berry. En tout cas, l’intrigue de « Last Call » s’en rapproche étrangement du coup je me demande si Dan Dietz, le scénariste de l’épisode n’a pas vu ce film. Il avait déjà signé « Mors Praematura » plus tôt cette année, un très bon épisode dans mes souvenirs. Et celui-ci était très bon car non seulement il permet de débarquer un nouvel ennemi pour Finch mais en plus de ça il nous offre cette introduction dans un épisode rutilant et rondement bien mené. Je ne m’y attendais pas du tout. L’ambiance de l’épisode est très singulière. On est comme plongés dans un environnement presque huis clos-esque. En effet, on retrouve Finch et Sandra, l’agent du service d’appels d’urgence de la NYPD dans les mêmes locaux durant presque tout l’épisode. C’était une occasion de changer un peu la dynamique de la série. Il est rare de voir Finch sur le terrain mais c’est quelque chose que j’adore. Notamment car c’est l’occasion pour les scénaristes d’introduire de nouvelles choses autour de Finch (et ici un nouvel ennemi). Cet ennemi né dans cet épisode pourrait apporter un petit vent de fraicheur dont la série n’avait pas nécessairement besoin.

Mais peu importe, qu’ils nous introduisent de nouveaux personnages est toujours une bonne chose. Surtout quand ce sont des ennemis que l’on n’a pas encore vu. Pour en revenir à l’intrigue de l’épisode, elle ressemble donc énormément à The Call mais ce n’est pas une mauvaise idée. Surtout que le film, bien qu’assez classique, reste honorable. Du coup, j’ai été accroché tout au long de l’épisode. Je n’ai pas pu décrocher une seule seconde. Dan Dietz gère à merveille le rythme de cet épisode et nous offre l’occasion de réellement nous amuser. Le téléspectateur oublie presque les autres personnages alors que le scénario se concentre sur Sandra et Finch. Reese et Shaw forment un duo assez sympathique pendant ce temps même s’ils ne servent pas le récit aussi bien que Sandra et Finch. La relation qui se tisse entre les deux personnages devient rapidement touchante. Il n’y a pas tant de séries que ça qui peuvent nous offrir des trucs aussi efficaces que ce que l’on a pu voir dans cet épisode de Person of Interest. On est comme les deux personnages, accroché au téléphone dans l’attente de nouvelles instructions.
vlcsnap-2014-02-26-23h00m24s184.jpgTout cela va forcément avoir un lien avec l’intrigue de Fusco. Ce dernier enquête sur une toute autre histoire en apparence mais ce n’est pas du tout le cas. Le coup de téléphone sensé être supprimé est directement lié. Depuis la fin des HR, Fusco a du mal à retrouver une place importante dans Person of Interest. Au fond ce n’est pas un personnage qu’il est nécessaire de mettre tout le temps en avant mais il a toujours de bonnes répliques et je trouve ça presque dommage de ne pas y aller un peu plus. Le réalisateur de l’épisode passe le plus clair de son temps fixé sur le visage de Melissa Sagemiller. On suit donc ses expressions avec en parallèle le son de la voix qui lui parle dans son casque. Person of Interest nous offre ici un épisode rapidement touchant, surtout que l’on a envie que tout le monde s’en sorte vivant. Je me demande cependant où Person of Interest veut aller avec cette histoire d’organisation secrète. Ce ne peut qu’être une brillante idée mais il va maintenant falloir que l’on ait un peu plus de renseignement et peut-être même que l’on puisse nous, en tant que téléspectateur, avoir un avant goût de l’envers du décor.

Note : 9.5/10. En bref, un excellent épisode au rythme tout feu tout flammes.

Commenter cet article

delromainzika 27/02/2014 14:56


@sabrina : Bonne question :) J'ai hâte qu'elle revienne

sabrina 27/02/2014 14:37


Super épisode. Ta critique est toujours aussi agréable à lire, mais....  où est Roots ?