Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Power. Saison 1. Episode 2. Whoever He Is.

23 Juin 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-06-20-00h00m51s16.jpg

 

Power // Saison 1. Episode 2. Whoever He Is.


Ce second épisode est dans la même veine que le premier. Je ne sais pas pourquoi mais derrière Power il y a quelque chose d’assez envoutant. Est-ce la musique r’n’b ou bien le ton assez sombre de la série mais aussi feutré à la fois. Je ne sais pas trop mais pour le moment j’adhère. Je ne m’attendais pas du tout à trouver cette série aussi agréable à suivre. Je m’attendais même à ce que cela soit un immense navet qu’il est impossible de regarder. Mais je me suis bien trompé. Le premier épisode m’avait déjà tapé dans l’oeil et je constate que malgré le fait que le sexe ne sert à rien (comme dans beaucoup de séries de Starz), la série a su pour le moment installer quelque chose. Notamment car du point de vue de l’ambiance, celle-ci est particulièrement bien gérée. On sent que les personnages servent très bien le récit et que l’on passe un agréable moment. Omari Hardwick est plutôt convaincant en parrain de la pègre mais également en patron de boîte. Surtout que la dualité est plutôt bien démontrée par l’histoire. On passe parfois peut-être un peu du coq à l’âne ou d’un cliché à un autre mais ce n’est pas bien grave. Notamment car j’aime parfois bien les clichés appuyés, cela peut donner de la forme à un récit. Surtout un récit comme celui-ci qui aurait pu être un peu trop passe-partout.

Dans cet épisode, Ghost et Tommy répondent aux récentes menaces sur leur business florissant. La manière dont Ghost et Tommy gèrent l’affaire est une bonne chose, notamment car Power ne veut pas prendre de gants. La série nous démontre donc que ce n’est pas un monde où l’on rigole. Si du point de vue de la rue et du business de la drogue, Power nous apporte quelque chose de légèrement violent et efficace, voire même assez sombre, pour ce qui est du night club, les choses sont un peu plus joyeuses. Notamment car Ghost va permettre à son club d’avoir un partenariat avec Vogue Magazine afin qu’ils fassent une soirée. Mais Ghost est presque parfois un peu trop rapide dans sa manière de faire les choses et de penser et pourrait bien ruiner ses chances sans trop s’en rendre compte. Tout cela car il faut qu’il apprenne encore à gérer son business légalement sans aide. Heureusement que Tommy est là pour sauver Ghost. Je me demande même si Tommy n’a peut-être pas quelque chose à cacher lui aussi. Peut-être qu’il cherche simplement à évincer Ghost et à prendre sa place. Après tout, cela serait assez logique et cela pourrait être un twist des plus plaisant à mon goût. J’ai même hâte de voir ce que la série veut bien nous faire par la suite.
vlcsnap-2014-06-20-00h00m27s33.jpgSurtout que l’on sent que finalement, Tommy n’est pas nécessairement d’accord avec le fait que Ghost veuille quitter la rue afin de se concentrer sur quelque chose de beaucoup plus légal. Disons qu’il voit ça d’un mauvais oeil mais peu importe, il y a largement de quoi faire. Par ailleurs, d’un point de vue plus féminin, la série trouve là aussi le meilleur de faire quelque chose d’assez sympathique. Notamment du point de vue de Ghost et Angela. Tout le monde n’est pas vraiment heureux de leurs retrouvailles, surtout que Tasha est toujours assez énervée par ce qu’elle a pu voir entre les deux personnages. Tasha est quelqu’un qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. Encore un cliché afro-américain que l’on retrouve dans pas mal de séries afro-américaines mais bon, peu importe c’est un personnage que j’aime bien car elle a du caractère et qu’elle ne se laisse pas marcher dessus. Enfin, du point de vue plus policier, la série cherche encore des choses et je trouve ça assez bien ficelé. Notamment car il y a des menaces qui se dessine et que tout n’est pas blanc comme neige.

Note : 5/10. En bref, toujours pas si mal que ça.

Commenter cet article