Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Pretty Little Liars. Saison 1. Episode 12.

11 Janvier 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Pretty Little Liars

vlcsnap-2011-01-11-16h12m25s232.png

 

Pretty Little Liars // Saison 1. Episode 12. Salt Meets Wound.


So guilty, so pleasure. Et oui, c'est un vrai plaisir coupable cette série quand même et c'est justement pour ça que je suis pas accro mais que j'aime bien suivre les aventures de ces petits chipies à la maison en pain de sucre. C'est tellement prévisible, superficiel que ça en devient… jouissif. Oui, jouissif. Même si je n'oserais jamais mélanger les choux et les carottes, je trouve que c'est intéressant de se dire qu'on peut manger à la fois au restaurant et au moulin. Pretty Little Liars c'est malade comme une oie gavée mais qu'importe, c'est tellement… bon.
Oui, car bien sûr, dans ce nouvel épisode les intrigues rebondissent comme un Pon Pon. Tout d'abord Hanna qui découvre que sa mère cache des liasses de billets dans une boîte de… spaghetti. Fallait le faire quand même, sans oublier le gros placement de produit pour Barilla au passage. Non, je dis non. Bref, cette intrigue était sympa mais quand je vois le cliff de la fin de l'épisode, je me dis que c'est finalement pas si bien que ça.
Ezra a peur de Noel et il peut. Je sais pas qui est vraiment ce gars mais il se la joue un peu bad boy maintenant. C'est fou ça. En tout cas, tout ce petit jeu je l'aime bien du prof qui a peur de se faire virer et de Aria qui ne panique pas pour un sou. Sans parler de Noel qui je sais pas, me plait de plus en plus comme personnage. Il joue un peu au méchant déguisé et j'aime ça. Ca sent les bons cliffangher à venir avec le personnage qui est plus mystérieux qu'autre chose. Cela ne s'arrange pas avec Lucas qui avoue être celui qui a détruit le mémorial d'Allison. Cette scène de "révélation" était digne du meilleur du pire théâtre qu'il puisse exister. Tellement mal joué que j'en aurais bien rigolé aux larmes.
Et puis Spencer avec son tennisman de boyfriend. C'est mignon cette histoire mais Alison vient bien sur tout gâché et j'aime pas. Je sais pas, pourquoi elle a été faire ça donc cette intrigue était trop banale et rasoir. Je trouve que Spencer est le personnage qu'il faudrait creusé mais que le fait que l'actrice soit la plus talentueuse de toutes (attention sur "talent", je rigole) doit leurs faire peur et donc pour éviter que le talent méprisable des autres ne déteignent… Voilà quoi.
Je vais terminer avec Emily et ce dîner très "gay" si je puis me permettre. C'était sympa, sans plus car la scène de la mère pas du tout crédible qui peur après avoir agiter des boîtes de conserve, franchement, on fait pas mieux dans le genre. J'en veux des scènes comme ça, encore et toujours. Au final, cet épisode était bien en dessous du précédent, ça se ramolli bien d'un coup, coup de mou, crise de foie après les fêtes de Noël ? Qui sait. Aller, on va dire que le prochain sera sympa.

Note : 4/10. En bref, pas terrible du tout. J'ai plus rigolé en me moquant qu'autre chose et pourtant...

Commenter cet article

Morning Madness 12/01/2011 00:07



Le problème avec la série c'est que la plupart des cliffs deviennent prévisibles mille ans à l'avance (le coup du vol de billets on l'a vu venir à mille km, de même que pour Ian en fin d'épisode,
dès qu'ils ont parlé d'affaires à lui, j'étais sure que Spencer trouverait quelque chose de louche dedans). 


Genre là je suis prête à parier qu'y a une caméra cachée dans le panda qu'Hanna trimballe partout et qu'on le découvrira bientôt...


Bref, la série est pas totalement déplaisante à regarder, mais autant en petit encas estival ça se laissait savourer (et c'était d'ailleurs de meilleure qualité), autant là depuis le retour la
série ne m'emballe plus autant.


A voir sur quelle lancée elle poursuit sa route...