Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Prisoner's Wives. Saison 1. Episode 3.

18 Février 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2012-02-18-12h09m33s66.png

 

Prisoner's Wives // Saison 1. Episode 3. Harriet.


La semaine dernière on avait droit à un excellent épisode sur le personnage de Francesca. Cette semaine c'est différent puisque Prisoner's Wives nous emmène dans le monde d'Harriet, cette femme réservée dont le fils est en prison. Ce dernier accuse d'ailleurs sa mère d'être la raison pour laquelle il est enfermé maintenant. En effet, elle confesse que c'est de sa faute car elle a prévu la police qu'il était en mauvaise compagnie et c'est là qu'ils ont alors trouvés un pistolet en sa possession. C'est donc difficile pour elle, surtout que Gavin, son fils, est battu et menacé dans la prison. Gavin va alors devoir demander à sa mère de devenir mule pour de la drogue dans la prison afin que les tabassages s'arrêtent. L'histoire va permet à Harriet de nous livrer la performance d'une femme désoeuvrée qui ne sait pas tellement ce qu'elle fait, ni ce qu'elle doit faire. La drogue elle va la faire passer assez difficilement, et va tenter de comprendre (merci Internet) comment la faire passer surtout. Le stress monte, la pression, la tension, … tous ces éléments vont faire que l'épisode va nous rendre captivé du début à la fin. On se dit : elle va se faire avoir ce n'est pas possible autrement. Clairement, l'efficacité était là. Et il n'y a rien à redire là dessus.

La fameuse scène de la passation de la drogue ne va pas se faire sans encombre. Le fils n'aura pas réussi à avaler la boulette et le tout n'était pas assez discret. Elle est sauvée de justesse par Lou, la jeune femme qui deal à ses heures perdues pour faire vivre son fils. Ce dernier qui vit dans le mensonge d'un père qui est en prison mais dont il ne sait pas le pourquoi du comment. Harriet était donc très touchante et je m'y attendais pas à ce que l'épisode aborde le sujet de cette façon. J'aurais plutôt pensé que le tout serait mieux géré dans le sens où le fils et la mère qui se retrouvent à la fin, c'est un peu trop facile. Pendant ce temps, Lou va s'arrêter pour que son mari et Paul deviennent en quelque sorte les gardes du corps de Gavin dans la prison. Là aussi la scène était assez ridicule et c'est dommage car le show perd alors en crédibilité. Mais je ne vais pas trop dire de mal non plus car l'ensemble est plutôt pas mal. Francesca quant à elle se met à rêver du fait qu'elle ne verra plus jamais son ancienne maison et qu'elle va devoir vivre avec. Rêver est un bien grand mot car la maison va lui manquer (évidemment). Pendant ce temps, ses enfants vont demander à voir leur père. La scène de retrouvailles aurait pu être plus touchante mais c'était sur Harriet que tous les projecteurs étaient.
vlcsnap-2012-02-18-11h49m43s201.pngLes services sociaux viennent voir Lou alors que Mason s'est mal comporté à l'école. Elle va alors demander à Gemma de se renseigner un peu plus étant donner qu'elle travaille à l'école. Sauf qu'elle va se faire prendre sur le fait par le doyen de l'établissement. Gemma va donc se voir harcelée sexuelle avant d'être mise à pied par la suite. Ce que Gemma va voir par la suite et qui va prendre le téléspectateur en grippe c'est quand Andy, un ancien partenaire d'affaire de Steve (son mari), se faire tabasser dans une arrière ruelle qui cache un trafic de drogue. Gemma va se rendre compte que finalement son mari a bel et bien menti sur toute la ligne et c'est là que tout va devenir encore plus intéressant. Elle va dire à la police qu'elle pense Steve coupable et va les aider à trouver le fameux pistolet qu'elle avait tenter tant bien que mal de cacher de ces mêmes policiers. Au final, on se retrouve avec un épisode intense et un peu plus léger de l'autre. L'ensemble est intéressant. Prisoner's Wives est clairement une bonne petite série de la BBC. Sans prétention elle livre des intrigues passionnantes sur des femmes qui tentent de joindre les deux bouts.

Note : 6.5/10. En bref, efficace et très touchant.

Commenter cet article