Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Puberty Blues. Saison 1. Episode 3.

31 Août 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-08-30-23h43m38s36.png

 

Puberty Blues // Saison 1. Episode 3. Three.


Après deux premiers épisodes prometteurs (comme je vous le disais il y a quelques jours), j'ai donc enchainé avec la suite de Puberty Blues. Et je dois avouer que je ne suis pas vraiment déçu du voyage. Cette série rassemble pas mal de bonnes choses. Cet épisode était assez violent d'un certain point de vue. En effet, on parle beaucoup de la sexualité de Debbie et de Sue. Les deux personnages vont s'envoyer en l'air tout au long de l'épisode. J'ai trouvé ça assez touchant finalement et dramatique. En effet, on voit pertinemment qu'elles ne sont pas heureuses et uniquement là pour être populaire. C'est aussi un phénomène classique de la sexualité de cette époque. Cette sexualité débridée parce que c'est cool, uniquement pour cela. En tout cas, Puberty Blues raconte assez bien cette histoire et avec une certaine finesse. Le scénario est intelligent et intelligible. On voit pertinemment que le tout est là pour nous parler de l'adolescence de façon réaliste, tout en étant assez choquant par la même occasion.

C'est aussi l'occasion de revenir sur l'intégration de Debbie et Sue dans le gang de Greenhills. En effet, les deux jeunes filles doivent faire en sorte de s'intégrer dans le groupe mais aussi de se prouver rapidement aux garçons si elles ne veulent pas se retrouver au bas de l'échelle sociale au lycée encore une fois. Puberty Blues impose donc une très jolie réflexion sur l'adolescence de l'époque, celle qui était assez libre et sans prise de tête. On ne parle pas de l'avenir des personnages mais uniquement des aventures qu'ils peuvent bien vivre. Car à cette époque là, personne ne savait vraiment ce qu'il ou elle voulait faire à part vivre les choses comme elles sont. Sans compter que l'Australie est un parfait terrain de jeu pour parler de ce phénomène. Et puis il y a le côté surfeur de la série qui lui aussi prouve une fois de plus ce côté libre et sans attache des personnages de la série. C'est aussi là que les garçons ont un rôle à jouer. Entre l'un qui a un père difficile avec lui parce qu'il ne pense pas que le surf soit quelque chose de bon pour lui.
vlcsnap-2012-08-30-23h37m03s183.pngLes parents aussi impose un regard intéressant sur cette jeunesse. Comme la mère qui ne sait plus quoi faire alors que sa fille commence à fumer et se rebeller. Finalement, Puberty Blues raconte pas mal de choses et l'ensemble reste plutôt cohérent. Cet épisode permet surtout de lier les intrigues avancées durant les deux premiers et d'en faire quelque chose de passionnant et intéressant. Puberty Blues est donc une série bourrée de rêves qui tente de nous montrer que la génération de nos parents n'était pas forcément mieux que la nouvelle. Le regard apporté est juste et toujours très dur. Car on ne fait pas dans la demie mesure quand on regarde de plus près. Puberty Blues apparait être une mini série (je crois qu'elle a été annoncée de cette façon par la chaine australienne qui la diffuse) de bonne facture. C'est rare encore de nos jours les séries qui savent raconter des histoires justes sur les adolescents. Maintenant, j'espère que la suite sera aussi sympathique à suivre.

Note : 6.5/10. En bref, encore un épisode de qualité sur cette chronique de l'adolescence d'une époque rêveuse.

Commenter cet article