Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Puberty Blues. Saison 1. Episode 4.

13 Septembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-09-13-18h23m16s51.png

 

Puberty Blues // Saison 1. Episode 4. Four.


Ce que j'aime beaucoup dans Puberty Blues c'est sa simplicité. Elle ne cherche pas à aller loin mais est pourtant si mature. Elle sait de quoi elle parle, elle parle de cette jeunesse à une période charnière de sa propre vie. C'est réfléchi et intelligent. Ce n'est que la moitié de la saison, et pourtant, j'ai déjà envie d'en voir une seconde saison. Ten, la chaine australienne, a trouvée avec Puberty Blues une vraie bonne série. Elle avait une aide c'est vrai, un écrit littéraire, mais ce n'est pas pour cela que cela doit toujours être une réussite. L'un des sujets de cette série c'est le sexe. On en parle constamment et l'on peut dire que c'est presque devenu une certaine obsession dans la tête de chacun des personnages. Aussi bien des filles qui doivent prouver qu'elles sont des filles mûres en s'offrant aux surfeurs comme une prostituée sur une autoroute (c'est en tout cas l'impression que cela laisse au premier abord). Et puis de l'autre les garçons qui ont des besoins constants. Mais Puberty Blues ne nous montre pas que des scènes gratuites de sexe, car il y a une réflexion.

Les filles se posent des questions (notamment quand Debbie se retrouve face à un dilemme). J'ai trouvé qu'il y avait quelque chose de passionnant dans cette aventure. Et puis Puberty Blues parle aussi de choses sérieuses. Debbie demande par exemple à son père comment c'était à son équipe au lycée. Elle veut savoir ce qui a changé depuis l'époque de ses parents. Même si ses parents restent assez ouverts dans leur genre. Le petit échange de dialogue "Boring good" / "You're not boring dad" était vraiment mignon et très touchant. J'aime bien la famille de Debbie. Elle est assez différente de ce que l'on peut voir habituellement. Alors certes, ce n'est pas les mêmes années (ici on est dans les années 70), mais tout de même. J'aime bien Martin, le père. C'est quelqu'un de fun et qui sait aussi bien être drôle que touchant à la fois. Par ailleurs, la relation de Pam et Debbie reste aussi un point essentiel de Puberty Blues.
vlcsnap-2012-09-13-18h55m37s4.pngDans cette relation il y a aussi une certaine forme de jalousie qui se joue assez bien dans l'épisode. En tout cas, j'apprécie assez bien l'intégration des deux filles dans le milieu de ces garçons de la plage. Puberty Blues tente aussi de nous parler de l'avenir de ceux ci, car au fond, on ne sait pas vraiment ce qu'ils veulent faire à part vivre leur vie. L'imagination des scénaristes est suffisante pour nous offrir là encore de bons moments de réflexion pour chacun. Je pense que le meilleur reste Gary. Je trouve ce personnage vraiment intéressant. Il a quelque chose à raconter. La scène avec sa mère et sa petite amie sur le nombre de sucre qu'elle prend était assez amusante. Ce n'est pas tant pour ce qui est dit mais la façon dont c'est mis en scène. Gary apporte pas mal de bonnes choses à Puberty Blues lui aussi. En tout cas, encore une fois, je suis content de la manière dont les choses se développe et je suis certain que Puberty Blues a encore des tas de choses à nous raconter.

Note : 6.5/10. En bref, une réflexion toujours passionnante sur l'adolescence des années 70.

Commenter cet article