Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Raising Hope. Saison 1. Episode 22. SEASON FINALE

20 Mai 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-05-19-21h28m12s164.png

 

Raising Hope // Saison 1. Episode 22. Don't Vote for this Episode.
SEASON FINALE


Un épisode mignon c'est ça dans Raising Hope. C'est de l'excellente sitcom et après quelques épisodes corrects et sympas, elle termine sa saison sur une vraie touche de réussite et pourtant, c'était casse gueule dès le départ. Revenir 5 ans en arrière pour montrer où à débuter la maladie de Maw Maw et comment était les membres de la famille Chance avant. C'était couillu mais c'est entièrement réussi et fun. J'ai un grand esprit moqueur de ce genre de truc qui valdingue entre le potache et l'utile. Ce n'est pas tellement moralisateur, justement c'est le contraire, il montre le passé pour prouver qu'au final, ils se sont tous améliorés.

Notamment Jimmy. C'était avant un punk asocial. Je dois dire, le maquillage est vraiment réussi. Bref, Sabrina a un crush pour elle ce qui est drôle puisque maintenant c'est l'inverse qu'il se passe. On découvre donc un peu mieux pourquoi leur relation était assez électrique aux débuts. Il va se loger dans le magasin tel un vandale et manger la nuit alors qu'il est fermé. Cool, peut être un peu trop répétitif sur la longueur de l'épisode mais sympa. Cela m'amène à la scène assez marrante des Chance qui mangent dans le magasin pour éviter de payer. C'est vraiment ce que j'attends de la série, elle offre à ses personnages de ces histoires farfelus.

Maw Maw encore lucide les a virés de chez elle car ils ont piqués de l'argent dans son porte monnaie pour acheter un cadeau pour Sean, un membre de sa famille. Bref, l'histoire était bonne et permettait de vraiment montrer la cruauté des Chance avant de découvrir qu'ils vont être là pour aider Maw Maw avant tout (puisqu'au final, ils arrivent à vivre sans aide désormais). C'est une fin émouvante que l'épisode offre. On explique pour la dent pourrie d'un personnage, pour le manager qui était obèse, etc… pas mal du tout. Aucun détail n'est oublié. J'aime bien. J'ai hâte de voir ce que la suite de la série va pouvoir nous offrir.

Note : 8.5/10. En bref, beau et touchant, avec une petite morale logique mais extrêmement bien ficelée.

Commenter cet article

SamyXXY 30/12/2011 14:30


C'est le meilleur épisode de la série (au moins dela première saison), selon moi, mais il est excellent surtout si on a vu le reste de la saison.


Là où j'ai le plus rit c'est quand le père se retrouve face au lama et qu'il commence à lui cracher dessus...


 


ps. Je comptais trouver une explication au retour de la mère de Hope... bon est-ce qu'il était seulement saoul et ...?

delromainzika 22/05/2011 00:40



Pas de soucis :) Oui j'ai aussi déliré avec cet épisode. ^^



Driveshaft 22/05/2011 00:29



Assurément l'un des meilleurs épisodes de la série. Je suis tombé sur ta critique de l'épisode sans avoir vu l'épisode. J'ai arrêté de lire ta critique et je me suis rué sur l'épisode. Tu as tout
dit, toutes les choses ont un lien. Dent morte pousse sans le savoir la mère de Hope à son premier premier meurtre, le chef obése s'arrête devant un centre de Gastroplastie suite à une course
poursuite avec Jimmy ou plutôt Drakkar Noir. Lui le personnage le plus "normal" de la famille était  ans en arrière un mélange de Ziggie Stardust et Mariyn Monson fallait osé. J'ai eu à
cause de cela un fou rire mémorable. Je m'attendais pas à ça , je m'attendais à l'ado rebelle, ou au gamin complexé mais pas du tout. C'est pour ça que j'aime Raising Hope ça me surprend
toujours. Maw Maw était  ans en arrière une vieille acariatre qui attend la majorité de Jimmy pour les mettre à la rue. Elle était drôle et touchante à travers les prémices de la "maladie
des personnes agées". Les enfants sud américains m'ont aussi beaucoup fait rire (machine à laver). On apprend aussi dans cet épisode que Sabrina était amoureuse de Drakkar Noir dans le passé.
J'arrête avec Drakkar noir car ça me fait délirer rien qu'en y écrivant ces lignes.