Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 2. Episode 4. S U C K.

17 Août 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-08-05-00h15m06s51.jpg

 

Ray Donovan // Saison 2. Episode 4. S U C K.


Jusqu’où peut aller cette saison 2 de Ray Donovan ? Je me le demande bien. Notamment car je ne sais pas vraiment quoi attendre de la suite de la saison finalement. Elle a beau avoir son potentiel, je dois avouer que je suis tout de même circonspect. Sans trop savoir pourquoi j’ai l’impression que « S U C K » n’était pas un très bon épisode de Ray Donovan et pourtant… j’ai adoré. C’est une très bonne chose que d’apprécier des séries sans trop savoir pourquoi et cela m’arrive maintenant avec celle-ci. C’est bel et bien la preuve qu’il se passe quelque chose là dedans tout de même, quelque chose de bien plus intéressant que l’on ne pourrait le croire. Enfin, c’est en tout cas ce que j’ai bien envie de croire personnellement. Ray tente de sortir Tiny du pays. C’est le partenaire de Sully qui refait donc surface et qui doit être protégé par Ray. Tout cela est tout de même un peu tiré par les cheveux, surtout que l’on a parfois l’impression que Ray Donovan ne sait pas trop dans quelle direction aller. Alors que cette série est pourtant pleine de potentiel pour faire beaucoup plus. Sauf que voilà, j’ai bien aimé toutes les scènes de Ray alors que ce personnage semble errer un peu de partout dans les rues de Los Angeles.

Mais c’est important pour Ray d’errer ou en tout cas de faire errer le personnage. Cela parvient à lui donner un arrière goût de véritable réussite. En tout cas j’en suis personnellement assez fan car je vois que quelque chose se passe de ce point de vue là et c’est ce que j’ai envie de voir grandir dans la série. Ray est un héros cabossé. Il peut être à la fois quelqu’un d’exécrable comme quelqu’un d’adorable, même si le premier adjectif prévaut sur le second. En effet, j’aime bien le fait que la série parvienne à nous offrir un spectacle visuellement intelligent lui aussi. Notamment car l’on a l’impression de plonger dans un vrai polar, très noir. Ian Biederman l’a bien compris, il faut que l’on nous offre l’occasion de voir cette série dynastique sous un jour différent. La manière dont l’éclairage est exploité, dont la mise en scène sert le récit, tout cela on ne le retrouvait pas forcément dans les trois premiers épisodes de la saison. Le principe reste pourtant le même dans le sens où Ray Donovan reste encore une fois la série qu’elle a toujours été. Cet épisode ne change d’ailleurs pas grand chose à la dynamique déjà installée mais il se passe malgré tout un je ne sais quoi qui rend le tout efficace.
vlcsnap-2014-08-05-00h10m43s231.jpgRay va s’assurer également que Mickey puisse aller au Fite Club afin qu’il puisse voir ses fils. Car bien que Ray en veuille à son père, au fond il ne veut pas non plus que tout cela lui retombe en pleine figure (surtout que cela a déjà plus ou moins été le cas par le passé). Le plus intéressant c’est peut-être notre agent du FBI préféré et sa petite discussion de polar avec Ray où ce dernier comprend que quelqu’un doit être tout simplement éliminé. Du point de vue d’Abby, je me demande ce que Ray Donovan nous concocte. En effet, ce personnage est quelqu’un que l’on a envie de voir grandir au fil des épisodes mais je me demande vraiment ce que la série veut réellement faire. Abby c’est une femme forte mais comme le reste de la famille de Ray (je parle de ses propres enfants), ils sont tous plus ou moins effacés. Abby est plus ou moins l’un des restes (et ce n’est pas une critique dans le sens où elle sert le récit à merveille une fois de plus). Enfin, il y a les enfants de Ray qui ont disparus. Dans l’épisode précédent on parlait de l’école de la fille de Ray mais ce que Ray Donovan oublie c’est ce que la série a tenté de faire avec la première saison et toute cette histoire avec le fils de Ray. J’aimais bien ce personnage.

Note : 7.5/10. En bref, un solide épisode de Ray Donovan malgré ses faiblesses. Je n’ai pas vu le temps passer.

Commenter cet article