Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Reckless. Saison 1. Episode 2. Parting Shots.

11 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-07-21h14m06s117.jpg

 

Reckless // Saison 1. Episode 2. Parting Shots.


Cette semaine, Jamie et Roy s’occupent de clients opposés dans une affaire de bataille pour la garde d’un enfant. Tout cela fonctionne moyennement, notamment car cela nous éloigne de l’intrigue de la saison qui elle est bien plus intéressante. C’est le souci d’une série judiciaire qui veut jouer plusieurs cartes en même temps et qui tombe donc dans le registre de la série manichéenne alors qu’elle a largement de quoi faire les choses autrement. On a bien pu voir lors du premier épisode qu’il y avait suffisamment de matière pour faire de Reckless une série intégralement (ou presque) feuilletonnante. Je ne dis pas que nos avocats ne peuvent pas prendre de cas de la semaine mais c’est trop marqué procédural alors qu’il y avait un truc à faire dans la veine d’une Damages. Bien évidemment que la série n’est pas aussi bonne que celle de FX Network mais c’est la loi des séries. Sur un network ils n’ont pas la même liberté alors que finalement ils auraient probablement pu l’avoir vu que la série est diffusée en plein été sans grands enjeux d’audience. Bien entendu, cette bataille pour laquelle Jamie et Roy prennent la barre c’est car c’est devenu assez violent. Sauf que l’affaire de la semaine n’est pas suffisamment importante pour être réellement intéressante.

Disons que l’épisode cherche à prendre du temps pour toutes ses intrigues (la police, l’intrigue de la semaine, le cas de la semaine, la vie privée de Roy, etc.) et forcément, le cas de la semaine passe plus ou moins à l’as. Car ils n’ont pas le temps de réellement construire quelque chose. En même temps je peux comprendre les scénaristes que c’est bien plus intéressant de se concentrer sur des aspects comme le fait que Roy défi la juge car c’est une femme et qu’elle ne peut apparemment pas être impartiale dans une intrigue comme celle-ci. C’est drôle car le face à face aurait pu donner quelque chose d’un peu plus intelligent mais Reckless ne cherche pas à creuser l’idée malheureusement. Si dans le premier épisode on a pu voir un peu de la personnalité de nos avocats préférés, je trouve que dans cet épisode on ne sait pas vraiment comment trouver un équilibre entre tout ce que veut être cette série. Car il y a pleine de choses et le concept tient sur quelque chose de beaucoup trop soapy pour se permettre de faire un épisode aussi procédural. La série cherche aussi à être ultra sexy, peut-être un peu trop. On a l’impression que personne n’a le droit d’être moche mine de rien. C’est dingue (et ce même si tout le monde n’est pas forcément d’accord avec moi).
vlcsnap-2014-07-07-21h52m21s27.jpgEnsuite il y a la police. C’est certainement l’aspect le plus intéressant et le plus important de la série. Alors que Roy a du mal à savoir quoi faire de l’enregistrement de cette sex tape, côté policier j’aime bien ce que la série tente de faire du personnage de Terry McCandless. J’aime beaucoup ce personnage car on ne sait pas vraiment ce dont il est capable, seulement qu’il peut faire plus ou moins tout un tas de choses. Mais voilà, ce n’est pas suffisant pour que cet épisode réussisse à réellement nous surprendre. Car c’est aussi le problème d’une série comme celle-ci, de ne pas vraiment savoir trouver un équilibre entre tout ce que cette série est, peut et veut être. C’est dingue car il y a tellement de potentiel là dedans qui est gâché dans cet épisode. Le pilote m’avait intrigué et donné envie d’en voir bien plus. Pour le coup, cet épisode vient malheureusement de me refroidir. Il y a donc encore des trucs à explorer, notamment chez Roy et accessoirement chez Jamie. J’aime bien quand cette dernière vient plus ou moins en aide à Lee. C’était une scène qui, sans être exceptionnelle, était malgré tout agréable. Je vais rester cependant là ne serait-ce que pour les bons twists de l’histoire et le fait qu’il y a Cam Gigandet (et c’est déjà un atout).

Note : 4/10. En bref, le concept s’enfonce.

Commenter cet article